Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sale temps pour les SDF et les malades mentaux !
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 02 - 2016

Les années passent pour les sans domiciles-fixe et les malades mentaux mais sans que la situation de ces pauvres malheureux ne s'améliore. Dans chaque région du pays, des dizaines de citoyens issus de cette couche sont livrés à eux-mêmes, à la merci du climat.
De temps à autre, des actions de solidarité envers cette frange se font parfois sous les projecteurs des caméras de télévision et des crépitements des appareils photos des journalistes. Des colis alimentaires sont distribués et quelques hommes, femmes et parfois enfants n'ayant pas de domicile sont mis provisoirement à l'abri. Ceci ne sera que de courte durée avant que les SDF et les malades mentaux ne retrouvent la rue. Dans un passé récent, un malade mental a agressé mortellement dans la rue une jeune fille et blessé grièvement une autre dans une wilaya de l'est du pays. La réaction des autorités locales a été immédiate : le wali a ordonné de «ramasser» tous les malades mentaux «errant» dans la ville. Aidés par les gardes-communaux, les éléments de la Protection civile a embarqué plus d'une trentaine vers l'hôpital de la ville où ils furent tous internés. Une bagarre générale a éclaté dans un «cabanon», chose qui a contraint le directeur de l'hôpital d'interpeller le wali. Sur instruction du premier chef de l'exécutif, le directeur de l'hôpital a pris attache avec son collègue de l'hôpital psychiatrique, situé dans une autre wilaya, pour une éventuelle admission de ces malades. «Je ne vois pas de problème pour prendre en charge ces malades mais en raison de leur nombre, la réalisation d'un autre asile est fortement recommandé.» Pour les SDF, la situation est la même. Répondant à l'appel de citoyens, les éléments de la Sûreté nationale et ceux de la Protection civile interviennent mais ne savent pas quoi faire. Pour des raisons humanitaires, la personne prise en charge est mise à l'abri durant la nuit dans un hôpital avant qu'elle ne soit invitée à repartir à la levée du jour. En l'absence des associations caritatives, le gouvernement est appelé à prendre en charge cette couche de la population. Dans l'attente que des logements sociaux leurs soient attribués, les familles SDF devaient être hébergées dans des centres sociaux. La création des hébergements d'urgence devraient également être créées. Nous n'apprenons rien à personne en disant que la Constitution algérienne garantit le droit au logement et le travail pour les citoyens et l'Etat a prévu des budgets pour les couches nécessiteuses. Malheureusement, rien n'a été fait pour l'instant au profit de cette catégorie de personnes qui continuent de souffrir. Des responsables de la société civile avec qui nous nous sommes entretenus s'interrogent sur le rôle des élus (APW, députés, sénateurs) et surtout des directeurs de l'action sociale. Si les représentants du peuple ne bougent pas pour défendre les droits des citoyens, pour quelle raison et pour quel rôle ont-ils été élus alors ? Nos interlocuteurs s'insurgent également sur les activités des directions de l'action sociale ouvertes dans les 48 wilayas. «Si les services de la DAS ont été créées uniquement pour distribuer le couffin du Ramadhan, ce n'est pas la peine», a indiqué M. Mourad. La situation de cette frange demeure désastreuse et la fin de leurs problèmes risque encore de perdurer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.