Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Commission ministérielle de la Fatwa: Les salles d'ablution maintenues fermées    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des us ancrés chez la famille tindoufie
Traditions ramadhanesques
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 04 - 2021

Le mois sacré du Ramadhan est la période par excellence où sont revivifiées des traditions socioculturelles diverses profondément ancrées chez la famille tindoufie.
Outre le volet spirituel et religieux, les signes de solidarité et d'entraide sont très visibles, beaucoup plus que durant le reste de l'année, en ce mois de piété et de ferveur qui est accueilli, tout comme ailleurs aux quatre coins du pays, par l'inévitable renouvellement des ustensiles pour la garniture de la table de l'Iftar (repas de rupture du jeûne). Durant tout le mois du Ramadhan, les ménagères s'affairent savamment à la préparation de l'incontournable «Hrira», ou «H'sa» comme l'appellent certains, une soupe à base de blé concassé, sans laquelle ne peut être conçu le repas d'Iftar, assure Mme Fatma Benyoucef de l'association Hassiba Benbouali pour le patrimoine.
Un plat qui est préparé à base de blé local, qui est fumé juste après sa moisson, puis concassé, donnant lieu à des grains de «Mermez» qui est le secret même de son goût singulier. Le service du thé ponctuant le repas d'Iftar constitue un cérémonial important dans la soirée ramadhanesque, dont la préparation sur un brasier se déroule sous les yeux de tous, en tant que moment de convivialité regroupant les membres de la famille et les invités, estime Mohamed Belaid, président de l'association «Guenga» du patrimoine ancien. Aussi, les familles tinfoufies perpétuent la tradition de l'échange des plats entre voisins, dans un geste de raffermissement des liens de bonté et de solidarité, plus particulièrement durant ce mois de bonnes actions, a-t-il ajouté.
Pour beaucoup de familles, les veillées du Ramadhan sont l'occasion aussi de s'adonner à des jeux distractifs traditionnels tels que le jeu de «Sig» (bâtonnets) notamment chez la gent féminine, et à d'autres éducatifs et culturels participant à développer les capacités d'assimilation et d'apprentissage chez l'enfant, selon l'association «Guenga». L'avènement du mois de Ramadhan amène également les familles tindoufies concernées à bien préparer la circoncision de leurs enfants, dans un esprit de bénéfice de la bénédiction du mois sacré et de Leilat El-Qadr (nuit du Destin), selon le président de l'association du patrimoine ancien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.