Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Appel à la création d'un Conseil national de la sécurité hydrique
Gestion de l'eau
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 07 - 2022


Pour faire face au stress hydrique, l'Algérie a
entamé depuis plusieurs années une démarche
de diversification de production de
cette ressource. Et ce, à travers la construction
des barrages, station de dessalement,
station d'épuration et l'exploitation des eaux
souterraines. Maintenant, ce n'est plus question
d'approvisionnement en eau mais de sécurité
hydrique. Pour l'expert consultant en
eau, Ahmed Kettab, la sécurité hydrique n'est
pas uniquement l'affaire du secteur de l'eau.
C'est une problématique du siècle qui nécessite
l'implication de tous les secteurs y
compris le citoyen pour une réflexion commune.
«La ressource hydrique n'est pas uniquement
l'affaire du secteur de l'eau, mais
celle de l'agriculture, de l'industrie et de
l'énergie», a-t-il noté, ajoutant qu'il faut, pour
cette raison, diversifier les expériences et
impliquer même les citoyens. Intervenant
hier sur les ondes de la Chaîne III de la radio
nationale, M. Kettab a souligné, à ce propos,
la nécessité de créer un Conseil national de
la sécurité hydrique pour apporter des solutions
à cette stratégie d'eau, à l'horizon 2030-
2050. Les réflexions menées dans le domaine
de l'eau demeurent, selon lui, insuffisantes.
«Les think tanks existants n'apportent pas
des solutions suffisantes et durables, parce
qu'ils sont composés à 90% par les mêmes
postes de responsabilité», regrette-t-il, appelant
à faire recours aux experts pour la création
d'un Conseil national de la Sécurité hydrique,
dépendant de la Présidence de la République.
Outre les infrastructures
d'approvisionnement mises en place et les solutions
proposées par les experts, il faut bien
faire attention au phénomène de déperdition.
Le taux de fuites déclarés par le secteur
de l'eau durant les 20 dernières années est de
50%, a fait savoir l'intervenant ajoutant qu'il
a diminué jusqu'à 30%. Le taux de gaspillage
de l'eau doit être diminué de plus, poursuitil
ajoutant que pour rationaliser la consommation
il y a un tas de mécanismes à suivre
à savoir l'information, la sensibilisation et
la communication. La préservation de l'eau
doit être la priorité des organes de la presse
et des mosquées. «Il n'y a pas mieux que la
presse pour sensibiliser les citoyens. Dans
chaque commune d'Algérie, il y a à peu près
une dizaine de mosquées. Si nous arrivons à
sensibiliser les citoyens à travers les imams
nous obtiendrons un bon résultat », suggèret-
il. «J'avais proposé auparavant aux anciens
ministres d'organiser une journée de formation
spéciale pour la presse (média, radio,
presse écrite)», a-t-il rappelé au passage.
Enchaînant dans le même ordre d'idées,
M. Kettab a mis l'accent sur la nécessité de
la révision de la tarification par rapport à la
grande consommation comme étant une
étape primordiale pour la rationalisation de
la consommation de l'eau. Le prix doit être valorisé,
selon lui, en fonction du taux de
consommation. «Les études sur ce point enregistrent
un manque flagrant», dit-il, précisant
qu'il existe un décalage en termes de
consommation parmi la population. «Un m3
est vendu à six dinars aux stations de lavage
d'automobile. Le propriétaire utilise 200 l
pour laver 6 voitures et gagner 6.000 dinars.
Même si nous lui augmentons le prix, il assurera
toujours son gain», prévient-il, avant de
préconiser l'augmentation des tarifications
aux grands consommateurs, et sa réduction
aux citoyens qui ont de faibles revenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.