Super Ligue : Florentino Perez s'explique    La BADR vulgarise ses produits    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Le choix cornélien des membres du BF de la FAF    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le parcours du combattant des candidats indépendants    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Des dossiers lourds en voie de finalisation    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Les exigences de la CNCC    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    6 ans de prison pour deux anciens DG    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Profession: Auto-serveur    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    156 nouveaux cas, 111 guérisons et 03 décès    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après les BRIC, les CIVETS et les VILAIN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 09 - 2010

Le 30 novembre 2001, un article publié par le Département de la recherche de la banque Goldmann Sachs vantait les mérites de quatre pays appelés à concurrencer les poids lourds de l'économie planétaire. Il s'agissait, c'est bien connu aujourd'hui, du Brésil, de la Russie, de l'Inde et de la Chine. Depuis, l'acronyme qui les rassemble (BRIC) est désormais célèbre dans le monde entier.
Rien de mieux en effet que ces quatre lettres accolées pour résumer la montée en force des pays émergents et de leur capacité à concurrencer, voire à supplanter, des puissances industrielles telles que les Etats-Unis, le Japon ou l'Europe.
L'émergence attendue de nouvelles puissances conomiques
C'est peu dire que le concept de BRIC a renforcé la renommée des économistes de Goldmann Sachs. Ils ont été les premiers à l'imaginer et ils en tirent un prestige certain. On ne s'étonnera donc pas en apprenant que d'autres acronymes sont régulièrement proposés avec plus ou moins de succès. L'un des procédés les plus usités est rallonger celui des BRIC en le transformant par exemple en BRICS pour y inclure l'Afrique du Sud (South Africa). De même, les économistes qui pensent que la Turquie sera la grande puissance émergente de cette décennie n'hésitent pas à parler de BRICT alors que ceux qui appellent à ne pas oublier la Corée du Sud utilisent plutôt l'acronyme de BRICK (K pour Korea). On le devine, toutes les combinaisons sont possibles même si le terme BRIC reste omniprésent. Toutefois, un autre acronyme est en train de pointer le bout de son nez.
Lancé en avril dernier par Michael Geoghegan, le directeur général de la banque HSBC, il concerne des pays émergents de taille moyenne susceptibles de rejoindre dans les dix années à venir le quatuor des BRIC. Connu sous l'appellation de CIVETS, il désigne la Colombie, l'Indonésie, le Vietnam, l'Egypte, la Turquie et l'Afrique du Sud (*). Les CIVETS sont donc des « pré-BRIC » dont la croissance devrait exploser et atteindre des niveaux comparables à ceux de la Chine (9%), du Brésil (7%) ou de l'Inde (6%). Certes, d'autres pays affichent déjà pareilles performances mais les CIVETS présentent, selon HSBC, des caractéristiques qui les rendent très attractifs pour les investisseurs à la recherche de gros potentiels de croissance.
Tous ces pays ont une population importante ce qui garantit, en cas de renforcement des classes moyennes, l'existence à terme d'une forte demande intérieure. De même, les économies des CIVETS sont plutôt diversifiées et ne dépendent pas uniquement des exportations de matières premières ou autres produits de base. Enfin, sans être des havres de paix civile, ces pays, qui disposent de réserves de change conséquentes, sont considérés comme plutôt stables sur le plan politique même si l'Egypte inquiète un peu en raison des incertitudes autour de la succession du président Moubarak. Dernière précision, le terme CIVETS est à prendre au sens anglais, c'est-à-dire celui qui désigne un petit mammifère à la fois carnivore et très accrocheur. Tout un programme qui n'a rien à voir avec un quelconque ragoût de lapin ou de lièvre…
Et l'Algérie dans tout ça ?
L'absence de l'Algérie parmi les CIVETS ne surprendra personne. Ce pays ne fait d'ailleurs partie d'aucun acronyme à la mode et le moins que l'on puisse dire c'est que la grande majorité des économistes qui suivent les marchés émergents n'en attendent pas grand-chose. L'incertitude politique, l'aléa législatif et l'immense dépendance à l'égard des exportations d'hydrocarbures font donc que l'Algérie ne peut même pas prétendre à faire partie des pays pré-émergents. Mais comme la mode est aux sigles, on peut tout de même dire qu'elle est membre de droit du club des VILAIN. Cet acronyme, inventé pour les besoins de la présente chronique, comprend le Venezuela, l'Irak, la Libye, l'Algérie, l'Iran et le Nigeria.
En clair, des pays incapables de se diversifier sur le plan économique et dont on se demande quel sera leur avenir le jour où ils n'auront plus d'hydrocarbures à exporter…
(*) After BRICs, look to CIVETS for growth, Reuters, 27 avril 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.