L'Inter Milan officialise le retour de Lukaku    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes    JM / Water-polo (messieurs) : la Serbie et le Monténégro en finale    JM/ Handball Algérie : blessé, Ayoub Abdi forfait pour le reste du tournoi    Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Facteurs défavorables    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Après les BRIC, les CIVETS et les VILAIN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 09 - 2010

Le 30 novembre 2001, un article publié par le Département de la recherche de la banque Goldmann Sachs vantait les mérites de quatre pays appelés à concurrencer les poids lourds de l'économie planétaire. Il s'agissait, c'est bien connu aujourd'hui, du Brésil, de la Russie, de l'Inde et de la Chine. Depuis, l'acronyme qui les rassemble (BRIC) est désormais célèbre dans le monde entier.
Rien de mieux en effet que ces quatre lettres accolées pour résumer la montée en force des pays émergents et de leur capacité à concurrencer, voire à supplanter, des puissances industrielles telles que les Etats-Unis, le Japon ou l'Europe.
L'émergence attendue de nouvelles puissances conomiques
C'est peu dire que le concept de BRIC a renforcé la renommée des économistes de Goldmann Sachs. Ils ont été les premiers à l'imaginer et ils en tirent un prestige certain. On ne s'étonnera donc pas en apprenant que d'autres acronymes sont régulièrement proposés avec plus ou moins de succès. L'un des procédés les plus usités est rallonger celui des BRIC en le transformant par exemple en BRICS pour y inclure l'Afrique du Sud (South Africa). De même, les économistes qui pensent que la Turquie sera la grande puissance émergente de cette décennie n'hésitent pas à parler de BRICT alors que ceux qui appellent à ne pas oublier la Corée du Sud utilisent plutôt l'acronyme de BRICK (K pour Korea). On le devine, toutes les combinaisons sont possibles même si le terme BRIC reste omniprésent. Toutefois, un autre acronyme est en train de pointer le bout de son nez.
Lancé en avril dernier par Michael Geoghegan, le directeur général de la banque HSBC, il concerne des pays émergents de taille moyenne susceptibles de rejoindre dans les dix années à venir le quatuor des BRIC. Connu sous l'appellation de CIVETS, il désigne la Colombie, l'Indonésie, le Vietnam, l'Egypte, la Turquie et l'Afrique du Sud (*). Les CIVETS sont donc des « pré-BRIC » dont la croissance devrait exploser et atteindre des niveaux comparables à ceux de la Chine (9%), du Brésil (7%) ou de l'Inde (6%). Certes, d'autres pays affichent déjà pareilles performances mais les CIVETS présentent, selon HSBC, des caractéristiques qui les rendent très attractifs pour les investisseurs à la recherche de gros potentiels de croissance.
Tous ces pays ont une population importante ce qui garantit, en cas de renforcement des classes moyennes, l'existence à terme d'une forte demande intérieure. De même, les économies des CIVETS sont plutôt diversifiées et ne dépendent pas uniquement des exportations de matières premières ou autres produits de base. Enfin, sans être des havres de paix civile, ces pays, qui disposent de réserves de change conséquentes, sont considérés comme plutôt stables sur le plan politique même si l'Egypte inquiète un peu en raison des incertitudes autour de la succession du président Moubarak. Dernière précision, le terme CIVETS est à prendre au sens anglais, c'est-à-dire celui qui désigne un petit mammifère à la fois carnivore et très accrocheur. Tout un programme qui n'a rien à voir avec un quelconque ragoût de lapin ou de lièvre…
Et l'Algérie dans tout ça ?
L'absence de l'Algérie parmi les CIVETS ne surprendra personne. Ce pays ne fait d'ailleurs partie d'aucun acronyme à la mode et le moins que l'on puisse dire c'est que la grande majorité des économistes qui suivent les marchés émergents n'en attendent pas grand-chose. L'incertitude politique, l'aléa législatif et l'immense dépendance à l'égard des exportations d'hydrocarbures font donc que l'Algérie ne peut même pas prétendre à faire partie des pays pré-émergents. Mais comme la mode est aux sigles, on peut tout de même dire qu'elle est membre de droit du club des VILAIN. Cet acronyme, inventé pour les besoins de la présente chronique, comprend le Venezuela, l'Irak, la Libye, l'Algérie, l'Iran et le Nigeria.
En clair, des pays incapables de se diversifier sur le plan économique et dont on se demande quel sera leur avenir le jour où ils n'auront plus d'hydrocarbures à exporter…
(*) After BRICs, look to CIVETS for growth, Reuters, 27 avril 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.