Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le sombre fantasme du décolonisateur vieillissant
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 04 - 2012

Les colons avaient des fermes géantes. Les décolonisateurs aussi. Les colons traitaient la paix et la soumission avec les zaouïas. Les décolonisateurs aussi. Les colons frappaient ceux qui voulaient la libération. Les décolonisateurs frappent ceux qui veulent la liberté. Les colons trafiquaient les élections. Les décolonisateurs aussi. Les colons avaient un étrange rapport avec la métropole et Paris. Les décolonisateurs aussi. Les colons ont fini par lancer le plan de Constantine pour calmer les indigènes. Les décolonisateurs aussi. Les colons donnaient des médailles aux bachas et aussi des burnous et des chevaux gratuits. Les décolonisateurs aussi. Les colons méprisaient les indigènes en les regardant comme des intrus. Les décolonisateurs aussi. Les colons disaient que sans eux le pays serait des marécages. Les décolonisateurs aussi. Les colons disaient aussi que sans eux ce peuple allait se dévorer lui-même. Les décolonisateurs n'en pensent pas moins et le répètent partout. Les colons promettraient des réformes depuis 1920. Les décolonisateurs aussi, depuis 1962. Les colons avaient inventé le laissez-passer. Les décolonisateurs ont inventé l'état d'urgence. Les colons avaient encouragé les tribus, pas les institutions. Les décolonisateurs aussi. Les colons contrôlaient le commerce extérieur de l'Algérie. Les décolonisateurs en chef, aussi. Les colons n'aimaient pas les indigènes trop instruits. Les décolonisateurs en chef, aussi. Les colons avaient des indigènes qui dénonçaient d'autres indigènes. Les décolonisateurs aussi. Les colons disaient qu'avant eux, il n'y avait rien dans ce pays, ni personne et que donc le pays était à eux. Les décolonisateurs le disent aussi pour ce qui est d'avant 1954. Les colons utilisaient les autochtones pour leurs guerres et leurs tranchées. Les décolonisateurs l'ont fait aussi en 90.
Les colons n'aimaient pas les «arabes» qui venaient circuler à Alger, sans but. Les décolonisateurs le font aussi en interdisant Alger à ceux qui ne sont pas Algérois ou à ceux qui veulent y venir manifester. Les colons disaient que les «arabes» étaient des paresseux. Les décolonisateurs iront plus loin : ils importeront des Chinois pour repeindre les murs. Là, non seulement «l'arabe» est paresseux mais il n'existe même plus. Les colons avaient leurs plages, leurs quartiers et leurs zones. Les décolonisateurs, aussi.
Bien sûr, les décolonisateurs ont construit des écoles, des routes, des robinets, des hôpitaux mais laissent croire qu'ils l'ont fait avec leur argent alors que c'est le nôtre. Bien sûr, l'Algérien ne cire plus les chaussures, mais le problème est qu'il ne sait pas où aller avec les siennes. Bien sûr, il y a des choses qui ont changé mais, dans le fond du fond, on a toujours le même sentiment et la même sensation : le pays n'est pas encore à nous et c'est encore une colonie, quelque part. Bien sûr que c'est différent, mais le problème c'est que les décolonisateurs ont cette fâcheuse tendance à se comporter en colons, de plus en plus. Dans la façon de parler, de gouverner, de convaincre et d'expliquer. Frantz Fanon l'avait dit, trop tôt et trop tard à la fois. La dernière différence est que les colons étaient Français et les décolonisateurs sont Algériens. Sauf qu'ils pensent qu'ils le sont plus que nous. Et que nous ne le sommes pas autant qu'eux. D'où ce système colonial «positif» qui nous fait du mal au nom de notre bien. Qui nous surveille au nom de notre sécurité. Qui nous agite dans un bocal, au nom de la stabilité et qui prive de la nation au nom du nationalisme. D'où ces Algériens qui vont comme leurs aînés : qui prennent la mer ou la montagne avant de prendre un jour la bonne décision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.