«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ultime forcing en faveur de la participation électorale
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 05 - 2012

La campagne électorale s'est achevée lundi à minuit. Tous les partis et leurs candidats attendent maintenant le verdict des urnes. Seul le chef de l'Etat a rompu le silence imposé depuis cette date sur le sujet des élections. Il l'a fait sous la forme d'un ultime appel au peuple lui demandant de se rendre aux urnes massivement ce jeudi, jour du scrutin. Il s'est exprimé dans ce sens hier à partir de Sétif où il s'est rendu pour présider aux cérémonies commémoratives de l'anniversaire des massacres du 8 Mai 1945.
Faite quelques heures avant que ne débutent les opérations du scrutin, son adresse aux Algériens à voter en force donne à comprendre que Bouteflika a eu du doute sur l'impact de ses précédents appels de même nature dans l'opinion publique. Son ultime intervention provoquera-t-elle la prise de conscience citoyenne espérée par lui en faveur d'une participation électorale massive qu'il a présentée comme devant être la réponse du peuple aux tentatives de déstabilisation du pays et d'ingérences étrangères dans les affaires nationales algériennes ?
L'ambiance qui a été celle de la campagne électorale, à savoir une absence d'engouement populaire flagrante pour le débat électoral, ne plaide pas en faveur d'une lecture optimiste. Son forcing en faveur de la participation, Bouteflika l'a justifié dans ses précédentes interventions avant celle de Sétif hier en faisant valoir que le rendez-vous du 10 mai va être aussi important pour la nation que le fut celui du 1er Novembre 1954. A Sétif, il a invoqué tour à tour toutes les révoltes populaires menées par le peuple algérien contre l'occupation coloniale et, bien entendu, les massacres du 8 Mai 1945 dont ce rendez vous devrait être, selon lui, le prolongement. Pour persuader que ses appels à voter n'ont aucune connotation partisane, mais sont dictés par l'intérêt national de l'Algérie et du peuple, Bouteflika a demandé aux électeurs de voter pour qui ils veulent, pour le courant politique de leur choix, mais de voter quand même.
En s'investissant à nouveau et personnellement à quelques heures de l'ouverture des bureaux de vote dans l'opération de mobilisation de l'électorat en faveur de sa participation massive au scrutin, Bouteflika a pensé être en mesure d'inverser la tendance abstentionniste prononcée qui s'est affichée. Le chef de l'Etat n'est évidemment pas candidat, mais plus que tous ceux qui le sont et les partis qui les ont présentés, il est concerné par ce qui va advenir dans le scrutin du 10 mai. Non pas par la coloration politique de la majorité parlementaire qui en émanera, mais par le comportement de l'électorat. L'enjeu pour lui et les autres détenteurs du pouvoir réel dans le pays est que le scrutin valide les réformes politiques qu'ils ont lâchées. Ce qu'ils ne pourront faire valoir que si les électeurs y participent massivement. Faute de quoi, il apparaîtra clairement que les Algériens n'y souscrivent pas et l'expriment par l'abstention.
L'impact en terme de crédibilité des élections législatives qu'ils ont promis libres, régulières et transparentes sera nul à l'étranger pour les tenants du pouvoir dans ce cas de figure, et rendra irrémédiablement infranchissable le fossé qui les sépare des citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.