Tlemcen piégé à domicile    Ancien joueur de l'EN, du CRB et du PSG    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    Le Condor L3 Smart, un concentré d'autonomie, de design et de performance    Réception du tronçon traversant Tissemsilt à la fin 1er du semestre 2019    «Escalade» des attaques de colons contre les Palestiniens    Gaïd Salah entame une visite officielle aux Emirats Arabes Unis    Préparatifs de l'élection présidentielle    Ooredoo organise un dîner en l'honneur des médias nationaux    Ali Badaoui, contrôleur général de sûreté de wilaya    Faire du Sersou un havre de paix    Un policier en civil mortellement poignardé    «Nathan le sage» présentée à Alger    Une vingtaine d'artistes y exposent    Exposition de Djamel Bouttaba    Sahara occidental : La responsabilité historique et juridique de l'Espagne reste entière    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Abdelmalek Sellal poursuit sa tournée des "organisations de masse" :    Après l'ONM et l'UGTA, il a rencontré la direction de l'UNPA.. Sellal défend le «projet» du Président-candidat    Importation : Tendance haussière de la facture des produits alimentaires    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Coupe du monde de sabre féminin (juniors) : Atteindre le tableau des 32, objectif des Algériennes à domicile    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    Airbus arrête les frais avec l'A380 : Les raisons d'un tragique destin    L'or atteint son plus haut niveau    Oran : Quelques 14 800 logements sociaux seront distribués en 2019    Benghabrit ordonne un changement radical des contenus !    10 morts et 23 blessésen 48 heures    Abdel a disparu !    La colére demilliers de Candidats à l'immigration    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Marine Le Pen débusque l'hypocrisie des laïcs en France
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2012

La laïcité de la République française n'est opposable avec intransigeance qu'à la communauté musulmane sommée systématiquement de s'y conformer à chaque fois qu'elle s'estime stigmatisée par des lois et des mesures édictées en vertu de ce principe de laïcité de l'Etat français. La défense de la laïcité en France a pourtant des limites pour ses plus acharnés partisans, comme le prouve le tollé de leur réaction suite à la proposition formulée par Marine Le Pen du vote d'une loi interdisant l'étalage dans la rue de signes ostensiblement religieux.
La proposition de Marine Le Pen n'a fait que suggérer d'élargir le champ d'application de la fameuse loi sur le «voile islamique» déjà votée et appliquée en France à l'initiative des défenseurs de la laïcité républicaine. La fille de Jean-Marie Le Pen s'est attirée les foudres indignées de ces derniers en mêlant «voile islamique» et kippa juive sur la liste des signes religieux dont l'étalage public doit être prescrit. Elle n'avait pas soulevé leur ire quand elle pourfendait le seul port du voile par les musulmanes. Ils ne s'étaient pas offusqués de la participation à leurs côtés du FN dans la campagne anti-«voile islamique» qui s'est conclue par l'interdiction de ce dernier dans les lieux publics. Pour avoir cette fois mélangé les genres en mettant sur le même plan le «voile islamique» et la kippa juive, elle se voit accusée d'être une intégriste et sa défense de la laïcité déclarée xénophobe et donc condamnable. En fait, Marine Le Pen est coupable à leurs yeux d'avoir mis à nu les ressorts islamophobes de leur croisade contre les signes religieux.
Tant que Marine Le Pen s'en est tenue au seul registre de la stigmatisation des atteintes à la laïcité que représentaient les signes et pratiques religieux des musulmans, ses délires n'ont ni choqué ni indigné. L'islamophobie en France n'est pas un crime qui vaut condamnation sans appel à ceux la professent. Elle s'exprime librement et ses propagateurs défendus au nom de la sacro-sainte «liberté d'expression». En revanche, le moindre soupçon de soupçon de judéophobie provoque la levée de boucliers contre celui ou celle dont le propos en apparaît teinté. C'est ce dont Marine Le Pen est accusée après avoir fait référence à la kippa dans sa proposition d'une loi sur les signes religieux. Pourfendre, stigmatiser, provoquer les musulmans, s'excuse et se défend dans l'Hexagone, s'en prendre aux juifs et au judaïsme, voilà le crime absolu, intolérable dont les auteurs s'exposent aux pires représailles dont celles de se voir interdits d'expression dans le pays de la liberté d'expression.
Marine Le Pen n'a surpris avec sa sortie sur la kippa que ceux qui faisaient semblant de croire qu'elle avait jeté aux orties les fondamentaux raciste, antisémite et xénophobe que son père a donnés au parti qu'elle préside maintenant. Elle a bénéficié de leur compréhension tant qu'elle s'en est tenue à la stigmatisation des seuls musulmans et de leur religion. Mieux, elle a fait des émules en la matière au sein de tous les courants politiques français qui se sont essayés à lui ravir ce fonds de commerce électoralement rentable.
Marine Le Pen a mis au pied du mur les défenseurs purs et durs de la laïcité en les mettant devant l'alternative soit d'admettre que leur combat contre les signes religieux n'est mené que contre ceux qui singularisent les musulmans, soit d'admettre qu'il englobe ceux des autres religions et donc que la kippa en est un judaïque que la loi laïque doit en interdire l'étalage dans la rue au même titre que le «voile islamique». Pour les avoir acculés à se démasquer, Marine Le Pen - ne rions pas - mérite d'être félicitée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.