Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 1ère journée    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Images d'ailleurs, regards d'ici    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le décès de Maradona secoue le monde du football    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Récupération des peaux de mouton : Un « filon » qui rapporte gros
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 10 - 2012


Le commerce des peaux de mouton connaît un «dynamisme» certain à Oran avec la célébration de l'Aïd El-Adha, synonyme, tradition oblige, d'immolation de nombreuses bêtes Après le rituel du sacrifice de l'Aïd El-Adha, ils sont de plus en plus rares les foyers qui conservent la peau de mouton ou sa laine. Nombreux sont les ménages qui préfèrent les jeter, au grand bonheur des jeunes collecteurs, qui ramassent ces peaux pour les revendre ensuite contre des sommes d'argent variant entre 300 et 500 dinars la pièce. A chaque Aïd El-Adha, de nombreux commerçants se livrent à une concurrence féroce pour acquérir ces peaux auprès des citoyens afin de les revendre à des tanneries. Celles-ci se chargent de les transformer en matière première utilisée dans la fabrication de produits en cuir, ou exportés vers certains pays européens et asiatiques. A Oran, plusieurs camions ont sillonné les cités et les quartiers de la ville, dès l'après-midi du premier jour de l'Aïd, pour collecter cette matière première afin de la revendre aux tanneries. Ces revendeurs les récupèrent carrément dans les poubelles, avant le passage des camions de ramassage des ordures. Lavées et ensuite couvertes avec des quantités considérables de gros sel pour les préserver de la pourriture, les peaux emballées dans des sacs en plastique sont ensuite cédées aux tanneries. Menacée aujourd'hui par la crise du marché local de la manufacture et l'exportation massive et incontrôlée de la matière brute, l'industrie du cuir subit des difficultés d'approvisionnement en peau brute. La wilaya d'Oran compte deux tanneries, qui souffrent d'un grand problème d'approvisionnement en peau brute. Ces dernières années, le trafic de peaux brutes a atteint un seuil critique et la matière première, constituée essentiellement de peaux brutes, est étrangement introuvable depuis plusieurs mois. La raison est qu'elle est frauduleusement exportée vers les pays de l'Europe de l'Est et du Moyen-Orient, grâce à des réseaux transnationaux organisés. Chaque année, lors de la fête de l'Aïd El-Adha, des centaines de milliers de bêtes sont sacrifiées. Cela représente en termes de peaux de quoi faire fonctionner à plein régime toutes les tanneries algériennes pendant une dizaine d'années. Une bonne partie est détournée par les contrebandiers. Les peaux et cuirs algériens sont les plus demandés au monde pour leur qualité de coupe et leur solidité, selon les professionnels. De ce fait, ils ont toujours fait l'objet de convoitises. Cette «bonne» réputation semble aujourd'hui porter préjudice aux tanneurs algériens en menaçant de mettre en péril leurs unités de transformation et les emplois qui y sont rattachés. Les transformateurs estimés actuellement à une vingtaine dont deux installés à Oran, qui ont jusque-là perdu près de 30% de leurs employés, accusent en premier lieu l'exportation légale et illégale des peaux à l'état brut, surtout qu'elle détruit la plus-value et l'emploi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.