PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Récupération des peaux de mouton : Un « filon » qui rapporte gros
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 10 - 2012


Le commerce des peaux de mouton connaît un «dynamisme» certain à Oran avec la célébration de l'Aïd El-Adha, synonyme, tradition oblige, d'immolation de nombreuses bêtes Après le rituel du sacrifice de l'Aïd El-Adha, ils sont de plus en plus rares les foyers qui conservent la peau de mouton ou sa laine. Nombreux sont les ménages qui préfèrent les jeter, au grand bonheur des jeunes collecteurs, qui ramassent ces peaux pour les revendre ensuite contre des sommes d'argent variant entre 300 et 500 dinars la pièce. A chaque Aïd El-Adha, de nombreux commerçants se livrent à une concurrence féroce pour acquérir ces peaux auprès des citoyens afin de les revendre à des tanneries. Celles-ci se chargent de les transformer en matière première utilisée dans la fabrication de produits en cuir, ou exportés vers certains pays européens et asiatiques. A Oran, plusieurs camions ont sillonné les cités et les quartiers de la ville, dès l'après-midi du premier jour de l'Aïd, pour collecter cette matière première afin de la revendre aux tanneries. Ces revendeurs les récupèrent carrément dans les poubelles, avant le passage des camions de ramassage des ordures. Lavées et ensuite couvertes avec des quantités considérables de gros sel pour les préserver de la pourriture, les peaux emballées dans des sacs en plastique sont ensuite cédées aux tanneries. Menacée aujourd'hui par la crise du marché local de la manufacture et l'exportation massive et incontrôlée de la matière brute, l'industrie du cuir subit des difficultés d'approvisionnement en peau brute. La wilaya d'Oran compte deux tanneries, qui souffrent d'un grand problème d'approvisionnement en peau brute. Ces dernières années, le trafic de peaux brutes a atteint un seuil critique et la matière première, constituée essentiellement de peaux brutes, est étrangement introuvable depuis plusieurs mois. La raison est qu'elle est frauduleusement exportée vers les pays de l'Europe de l'Est et du Moyen-Orient, grâce à des réseaux transnationaux organisés. Chaque année, lors de la fête de l'Aïd El-Adha, des centaines de milliers de bêtes sont sacrifiées. Cela représente en termes de peaux de quoi faire fonctionner à plein régime toutes les tanneries algériennes pendant une dizaine d'années. Une bonne partie est détournée par les contrebandiers. Les peaux et cuirs algériens sont les plus demandés au monde pour leur qualité de coupe et leur solidité, selon les professionnels. De ce fait, ils ont toujours fait l'objet de convoitises. Cette «bonne» réputation semble aujourd'hui porter préjudice aux tanneurs algériens en menaçant de mettre en péril leurs unités de transformation et les emplois qui y sont rattachés. Les transformateurs estimés actuellement à une vingtaine dont deux installés à Oran, qui ont jusque-là perdu près de 30% de leurs employés, accusent en premier lieu l'exportation légale et illégale des peaux à l'état brut, surtout qu'elle détruit la plus-value et l'emploi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.