Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des duels électoraux sans grandes convictions
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 11 - 2012

A partir d'aujourd'hui et pendant vingt-trois jours les partis et candidats en lice pour les consultations locales du 29 novembre vont avoir à se démener pour convaincre les électeurs de faire le bon choix lors de ce rendez-vous électoral. Qui pour chacun de ces compétiteurs ne peut être que celui qui les distinguera dans les urnes. Beaucoup de prétendants sur la ligne de départ, mais ils seront bien peu à l'arrivée. Le système électoral algérien étant ainsi conçu que seules les listes atteignant le seuil de 7% des voix du corps électoral pourront prétendre avoir des élus. Mission impossible pour l'écrasante majorité de ces postulants à la représentation locale au vu de l'insignifiance de leur ancrage populaire.
Comme pour le scrutin des législatives, la compétition va se limiter à un duel entre une poignée de partis. Lequel duel, ses résultats seraient déjà établis à en croire le point de vue dominant dans l'opinion citoyenne. Rares sont en effet les citoyens à penser que les consultations locales vont être libres et régulières au point que sortirait des urnes en cette occurrence une configuration politico-partisane autre que celle qui a été dessinée par le scrutin des législatives. Et le citoyen lambda n'est pas le seul à le penser. Même des partis qui se sont estimés lésés arbitrairement par cette nouvelle configuration à laquelle ils attribuent des causes de fraudes électorales, sont dans la résignation quant à son inéluctable reconduction pour le scrutin des locales. Ils justifient que malgré cela ils sont partants dans une compétition aux résultats dont ils sont convaincus par avance de la fausseté, par l'argument qu'il leur faut faire campagne pour sensibiliser l'opinion publique sur le détournement de la volonté populaire et certains par celui que leur participation électorale obéit au souci de prémunir le pays contre «toute menace pouvant l'entraîner dans le chaos sous le couvert du prétendu printemps arabe ».
A s'en tenir au climat qui a été celui de la précampagne électorale durant laquelle les partis se sont échinés à confectionner leurs listes de candidats, la campagne qui débute aujourd'hui s'annonce comme devant être peu animée faute de l'intérêt citoyen pour une lutte électorale qui n'en est pas une pour beaucoup. D'aucuns pourtant estiment qu'il ne faut pas trop s'avancer sur la question de l'indifférence populaire affichée durant la période de la précampagne électorale. Ils font valoir que les locales ont des enjeux qui parlent aux citoyens, car il s'agit de voter pour une multitude de choses et de problèmes liés à leur quotidien et cadre de vie. Cette considération qui effectivement devrait dissuader les électeurs de se détourner de l'acte électoral, a perdu de sa pertinence pour beaucoup d'entre ces électeurs tant les scrutins locaux se sont succédé mais dont la transparence et la régularité se sont avérées un leurre. Constat qui a fini par confirmer à leurs yeux que leur acte de voter n'est d'aucune utilité sauf celle d'entretenir au bénéfice des pouvoirs en place l'illusion qu'en Algérie les bureaux de vote sont les lieux démocratiques d'où sortent les institutions élues du pays. Une illusion qui a fini par se dissiper même pour les plus naïfs du corps électoral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.