Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une pétition de députés envoyée à Bouteflika : Un salaire de plus de 37 millions et un passeport diplomatique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 12 - 2013


Les députés dans leur majorité revendiquent plus de « dignité », notamment à travers la révision du point indiciaire de leurs salaires, une amélioration des indemnités et l'octroi d'un passeport diplomatique. Ces revendications circulaient depuis un certain temps dans les couloirs de l'hémicycle du boulevard Zighoud-Youcef mais, n'ayant pas trouvé écho positif, les députés ont augmenté la pression en lançant une pétition portant sur les demandes en question, une pétition approuvée par plus de 300 signataires, affirme-t-on. Les parlementaires du FLN et du RND que nous avons pu joindre hier au téléphone confirment cette tendance en étayant leur démarche par de nombreux arguments. Le passeport diplomatique est une exigence qui s'inscrit en droite ligne du « statut de député », soutient-on. Lequel député (sans passeport rouge) est malmené, voire humilié, avec le citoyen lambda dans les aéroports étrangers. Bien sûr, les députés dénoncent avec fermeté ce traitement avilissant subi par nos compatriotes dans les frontières, mais il faut commencer, peut être, par donner de l'importance aux élus du peuple pour commencer à se faire respecter chez les étrangers. Et en matière de salaire et d'indemnités, les signataires de la longue pétition estiment qu'ils sont très loin situés par rapport aux députés des pays voisins. Les parlementaires exigent une hausse consistante de salaire. Depuis l'augmentation de 2008, pour rappel accordée quelques semaines avant l'adoption de la Constitution, laissant croire qu'on est à la veille d'une autre révision du genre, le salaire de base d'un député s'élève à 294 595 DA par mois (un net de près 26 millions de centimes), soit 15 505 points indiciaires à raison de 19 DA par point. « Tous les cadres supérieurs de l'Etat ont bénéficié d'augmentations depuis 2008 et l'on ne devrait pas exclure les députés de cette revalorisation salariale », insistent les concernés. Ils exigent aujourd'hui que le point soit porté à 24 DA afin d'obtenir un salaire de base de 372 120 DA, nous a précisé un député du FLN. En plus d'une série de primes (indemnité complémentaire, primes d'utilisation de téléphone, remboursement des frais de location, frais de secrétariat parlementaire et frais de restauration), qui permettraient de porter le salaire à plus de 40 millions de centimes. « Comment voulez-vous qu'on vive avec 63 000 dinars de prime mensuelle d'hébergement, alors que le prix affiché par l'hôtel Aurassi par exemple atteint les 3 millions/jour ? », s'interroge-t-on. « Si l'état prend en charge nos frais d'hébergement à ce prix pour une douzaine de jours par mois, nous accorde un bureau avec des secrétaires, un véhicule de service, ainsi que d'autres exigences dont la note est réglée par nos soins, on s'arrêtera de revendiquer une augmentation de indemnités », relèvent des députés du parti majoritaire qui est à l'origine de cette initiative (pétition). Quoique l'on précise que tous les députés, toutes tendances politiques confondues, adhèrent au principe des revendications soumises au président de l'APN et au président de la République. « La pétition fait consensus au sein de l'APN, ce ne sont pas uniquement des exigences d'un parti en particulier », soutiennent des parlementaires du FLN. Ces derniers n'ont pas manqué de souligner qu'ils sont indignés par la campagne de médiatisation des revendications des députés, « pourquoi on ne le fait pas avec les ambassadeurs, qui touchent eux au strict minimum 13 000 euros, ou encore les ministres et autres PDG et cadres supérieurs de l'Etat ? » En tout cas, rappellent les parlementaires, « nous revendiquons le droit du député pour ce mandat et pour les prochains. Mais, pour ce qui est de l'adhésion de l'ensemble des députés à la pétition en question, comme le soutiennent ses initiateurs, on relève la position contradictoire du FFS, ainsi que celle supposée d'autres partis de l'opposition que nous n'avons pas pu joindre hier et qui constituent une minorité au sein de l'APN, les 162 députés qui manquent sur le listing de la pétition, en quelque sorte. Le FFS, par la voix de son chef du groupe parlementaire, M. C. Bouaïche, a désavoué, hier, la démarche en question et nié toute participation de députés de son parti à cette pétition. « L'assemblée est diabolisée aux yeux de l'opinion et il n'en faut pas plus pour ternir davantage l'image du député. Et puis, sérieusement, il y a d'autres problèmes à aborder, plus importants que le passeport diplomatique ou autres indemnités, comme par exemple la commission d'enquête que nous avons demandé pour faire la lumière sur les tristes évènements de Ghardaïa et qui reste sans suite jusqu'à aujourd'hui », estime notre interlocuteur. Ajoutant dans ce sillage que « le député serait plus avisé de demander plus de prérogatives au lieu de s'intéresser à des questions d'ordre matériel, plus grave encore à travers une pétition ! ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.