Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'indigérable pirouette de la CPI
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 11 - 2014

En 2010, tout le monde s'en souvien, des commandos militaires israéliens avaient mené un assaut meurtrier en eaux internationales contre la flottille humanitaire qui se dirigeait vers Ghaza pour apporter des secours à la population de ce territoire palestinien soumis à un implacable blocus par l'Etat sioniste. Le raid avait fait neuf morts parmi les humanitaires passagers de l'un des bateaux le " Mavi Marmara ", tous citoyens turcs. Suite à quoi la république des Comores avait en ses qualités d'Etat signataire du Statut de Rome et pays auprès duquel était enregistré le " Mavi Marmara " déposé une plainte pour crime de guerre contre l'Etat sioniste auprès de la Cour pénale internationale (CPI).
Plus de quatre ans après sa saisine, la CPI a rendu un arrêt concluant que l'on peut " raisonnablement penser que des crimes de guerre relevant de la compétence de la cour ont été commis sur l'un des navires en cause le " Mavi Marmara " mais qu'elle les estime n'étant pas " suffisamment graves " pour qu'elle y donne suite. La procureure auprès de cette cour, Fatou Bensouda, a expliqué le classement de l'affaire en prétextant que la CPI doit avant tout statuer sur les crimes de guerre de " grande échelle " ou dans la poursuite d'un plan ou d'une politique ". L'arrêt de la Cour pénale internationale n'est en fait que la confirmation de l'impunité judiciaire dont bénéficie l'Etat sioniste et dont le " respect " a été imposé à cette instance pénale internationale par ailleurs prompte à s'autosaisir de crimes de guerre commis en d'autres Etats non protégés par les puissants protecteurs d'Israël.
Ainsi donc selon la magistrate de la CPI, le crime commis sur le " Mavi Marmara " bien que reconnu comme crime de guerre ne fera pas l'objet d'ouverture d'une enquête et son examen préliminaire est clos parce que selon elle " les critères juridiques posés par le Statut de Rome " pour une action de la CPI " ne sont pas remplis ".
Les dirigeants de l'Etat sioniste ont pavoisé à l'annonce de l'arrêt rendu par la CPI et ont parfaitement eu raison de le faire. L'argument dont s'est servie la CPI pour clore l'affaire du " Mavi Marmara " leur permet de ne pas craindre de condamnations de sa part pour les crimes de même nature que son armée et ses forces de sécurité commettent pratiquement au quotidien contre la population palestinienne en territoires sous occupation. Le raid contre la flottille humanitaire dont la Cour pénale internationale a estimé qu'il a fait un nombre de tués qui ne mérite pas son " auguste " attention, s'inscrivait pourtant comme les crimes de guerre qu'Israël commet à répétition en territoires occupés dans la poursuite d'un plan et d'une politique ayant un but génocidaire du peuple palestinien, qu'elle est seule à ne pas sembler avoir décelé. Cette même cour a la même " cécité " devant les crimes commis par Israël lors de ses deux agressions militaires contre la bande de Ghaza puisqu'elle ne s'est pas autosaisie de leurs cas alors qu'ils ont l'ampleur dans ces cas de crimes contre l'humanité ce qu'ont attesté et dénoncé et les représentants de l'ONU et les organisations internationales humanitaires ou de défense des droits de l'homme.
Par son arrêt rendu dans l'affaire du " Mavi Marmara ", elle n'a fait que confirmer l'accusation portée contre elle d'être une instance judiciaire internationale pratiquant l'exercice d'une justice qui ne s'applique qu'aux dirigeants et Etats exclus de la protection des grandes puissances qui lui dictent sa conduite. L'accusation n'est pas sans fondement après sa sidérante conclusion sur le carnage du " Mavi Marmara " et au vu de son silence et de sa non manifestation devant le crime contre l'humanité commis à Ghaza l'été dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.