Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De plus en plus d'incendies causés par les compteurs électriques : Un phénomène inquiétant qui prend de l'ampleur
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 01 - 2015


Des compteurs électriques qui prennent feu sans raisons apparentes dans plusieurs cités à Oran, constituent un phénomène récurrent qui préoccupe sérieusement aussi bien la Sonelgaz que les abonnés, inquiets surtout pour leur sécurité. Une vingtaine d'incendies causés par des compteurs électriques ont été enregistrés en 2014, alors que cette année pas moins de trois cas ont été signalés. Ces incendies sont déclenchés dans la cage de regroupement des compteurs électriques. Des situations où parfois l'on frise la catastrophe. Le dernier sinistré remonte à la journée de lundi dernier à la cité El Wiaam 300-Logements à Bir El-Djir. Une femme a été victime de fractures et sept autres âgées entre 20 et 50 ans, ont été asphyxiées par la fumée qui s'est dégagée de cet incendie, qui s'est déclaré après un court-circuit qui a pris départ dans une niche de compteurs électriques avant de se propager. Pour les dégâts matériels, 20 compteurs électriques ont été calcinés. La cause principale de ces incendies est souvent un court-circuit au niveau d'un compteur électrique. Et comme ces compteurs sont regroupés depuis début l'année 2000 au niveau du rez-de-chaussée des bâtiments, chaque court-circuit causé au niveau d'un compteur se propage aux autres et mène à un incendie, les gaines en plastique prenant feu ainsi que la boiserie. Il arrive parfois même que des dégâts matériels soient occasionnés aux biens des habitants du rez-de-chaussée des bâtiments, lieu de regroupement des armoires des compteurs électriques, mitoyennes à leurs appartements. Selon la sonelgaz, la décision de placer les compteurs regroupés au niveau du rez-de-chaussée des immeubles obéit à plusieurs facteurs. D'abord par souci de sécurité de ces ouvrages électriques, à savoir les compteurs puis pour combattre le vol d'énergie. Avec ce système, le relevé des compteurs se fait aussi d'une manière efficace. Au sujet des sinistres occasionnés par des courts-circuits au niveau des compteurs regroupés, la chargée de communication de la Sonelgaz Oran, qui s'est exprimée jeudi sur les ondes de la radio locale a souligné qu'au niveau des colonnes montantes où sont placées les gaines techniques, les citoyens mettent toutes sortes d'objets. La vraie cause de ces incendies est que certains habitants utilisent les armoires des colonnes montantes comme débarras pour toutes sortes d'objets inflammables comme, les tapis, les bidons de plastique, des meubles, des chiffons... Le risque de propagation rapide d'un incendie, une fois déclenché est plus important. Les infiltrations d'eau à l'intérieur des gaines techniques, à cause du manque d'entretien et de maintenance des réseaux d'assainissement et d'AEP cause aussi des courts-circuits au niveau des compteurs dont les armoires sont mitoyennes ». De son côté un autre cadre de la sonlegaz a souligné que « certains citoyens disposent de disjoncteurs de mauvaise qualité au niveau de leur appartement. Avec une forte consommation, les disjoncteurs chauffent et causent des cours circuit ». En somme, le problème des incendies au niveau des bâtiments est surtout dû à ces mauvaises pratiques y compris le piratage. Si le citoyen venait à en prendre conscience, le nombre d'accidents diminuerait considérablement pour ne pas dire disparaîtrait. D'autre part selon des habitants, ces incendies seraient dus à la qualité suspecte des matériaux, notamment les connecteurs électriques utilisés par les sous-traitants pour la réalisation de l'installation des colonnes montantes. Une hypothèse rejetée par les responsables de la Sonelgaz. Selon la chargée de communication les matériaux et les câbles sont contrôlés régulièrement, par une brigade spécialisée. « Des caméras infra-rouge sont utilisées pour détecter les endroits ou les câbles sont détériorés. Ces derniers sont remplacés à chaque fois ». En effet, le recours de la Sonelgaz au regroupement des compteurs électriques des immeubles, s'il a permis de limiter le phénomène de vol du courant électrique par certains «abonnés», représente en même temps un réel risque pour les occupants de ces habitations collectives. Aussi, voyant en ce regroupement de compteurs un facteur aggravant de ces accidents, les citoyens souhaitent le retour à l'ancien système ou, les compteurs étaient placés au niveau de chaque étage, soit deux ou trois lorsque le bâtiment abrite trois logements par étage, afin que, si incendie il y a, ce dernier sera circonscrit à un seul étage. De la sorte, les dégâts seront moindres et l'intervention plus efficace.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.