La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grève à l'éducation : La ministre revient à la charge
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 02 - 2015

C'est une véritable course contre la montre que mène la ministre de l'Education nationale Nouria Benghabrit pour que la grève annoncée pour les 10 et 11 et celle du 16 février prochains par les syndicats du secteur soit annulée.
Lundi dernier, sept syndicats de l'intersyndicale de l'éducation s'étaient réunis pour parler d'une même voix et exposer en une seule plateforme les revendications des différentes catégories de travailleurs.
A la une de ces revendications, il y a surtout l'application des recommandations de juillet 2014 portant sur la révision du statut de certaines catégories d'enseignants, dont ceux du primaire. Durant cette réunion de lundi dernier, l'intersyndicale, (CLA, Snapest, Satef, Unpef, Snapap, SNTE) avait maintenu son mot d'ordre de grève préventive pour les journées des 10 et 11 février prochains. Le CNAPEST a opté lui pour une grève d'une journée reconductible le 16 février. Parmi les revendications, il y a notamment l'élargissement des primes et allocations propres aux corps de l'Education aux personnels des services économiques et laboratoires ainsi que l'amélioration des conditions socioprofessionnelles des personnels et travailleurs des corps communs et des agents de sécurité. Plus globalement, les revendications des sept syndicats portent notamment sur la révision du statut particulier, le régime indemnitaire et les salaires. En particulier la révision du décret 12/240 relatif au statut particulier de 700.000 fonctionnaires du secteur, de la réintégration automatique de tous les fonctionnaires après 10 et 20 ans de service, ainsi que celle des contractuels et des suppléants, le reclassement des professeurs des lycées techniques et le droit aux postes adaptés et la révision du système éducatif. Hier samedi, la ministre a indiqué que des discussions ont eu lieu mercredi avec les syndicats au siège du ministère sans donner plus de précisions sur les acteurs syndicaux de ces discussions. Se voulant rassurante, elle a précisé dans des déclarations à la presse que les « négociations avec les partenaires se poursuivent toujours en vue de trouver des solutions aux problèmes posés ». Elle a, en outre, évoqué «la nécessité d'une bonne volonté » pour parvenir à des résultats. «Les négociations avec les syndicats et les travailleurs de l'Education se poursuivent toujours et ne s'arrêteront pas.
Les portes du ministère restent ouvertes et nous chercherons, par le dialogue, des solutions aux problèmes posés », a ajouté la ministre de l'Education nationale. Prônant le dialogue, elle a estimé également qu'« une bonne volonté » est nécessaire de part et d'autre pour faire aboutir ces efforts. Elle a donc dans ce registre affirmé que « des représentants des syndicats initiateurs de la grève ont été reçus mercredi par le ministère de l'Education pour leur soumettre les réponses à leurs revendications et arriver à des solutions réglementaires et durables ». Pour autant, elle a appelé les syndicats, qui réclament la révision des dysfonctionnements des statuts des travailleurs de l'Education à « ne pas perdre espoir » quant à la prise en charge de leurs revendications socioprofessionnelles qui, a-t-elle toutefois soutenu, « exige du temps ». La semaine dernière, Mme Benghabrit avait, dans un entretien à l'APS, appelé les travailleurs de son secteur à patienter et « ne pas perdre espoir quant au règlement de leurs revendications, tout en condamnant, à demi-mots, le recours systématique à la grève des syndicats au lieu de poser les problèmes du secteur dur la table des négociations. « Les syndicats ne doivent pas perdre l'espoir de trouver des solutions adéquates à leurs problèmes sociaux et professionnels qui ont besoin de temps pour être résolus », a-t-elle dit avant de préciser que « le dossier des revendications des syndicats a besoin de temps pour être traité et résolu, car il concerne près de 40% des fonctionnaires du secteur ». Quant aux dossiers encore pendants, elle a souligné qu'ils doivent être traités par d'autres parties « et nous sommes actuellement en train de les étudier ». La ministre a toutefois brandi la menace d'un recours à la justice en cas de grève. Les syndicats, qui déplorent un manque de dialogue et ont dénoncé le recours du ministère à des discussions séparées avec les syndicats au lieu de les réunir tous autour d'un même ordre du jour, ont de leur côté déjà déposé le préavis de grève.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.