Les étudiants brisent le cordon policier, rue Hassiba    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Trois manifestants placés sous contrôle judiciaire à Oran    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Banque asiatique d'investissement rebat les cartes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 04 - 2015

Tout le monde veut en être. Ou presque... Depuis l'annonce de sa création par la Chine en octobre 2014, de nombreux pays se pressent à la porte de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII). Dernier en date, l'Egypte qui a officialisé sa candidature en tant que membre fondateur quelques heures avant la clôture des demandes fixée au 31 mars 2015. Pour les dirigeants chinois, qui se sont félicités de ce nouveau renfort, c'est la preuve que leur projet fait non seulement sens mais qu'il bénéficie du soutien de la communauté internationale.
IRRITATION DES ETATS-UNIS
De fait, cet établissement multilatéral, dont le siège sera à Pékin et dont le capital de départ a été fixé à 50 milliards de dollars, va compter parmi ses fondateurs l'Allemagne, première puissance économique européenne, la France, l'Italie, la Grande-Bretagne et la Suisse. Les pays, dits émergents, ne manqueront pas à l'appel avec la Russie et, surtout, le Brésil. Parmi les autres nations industrialisées, figurent aussi l'Australie et la Corée du Sud. De quoi donner une assise planétaire à la BAII et cela dès son entrée en fonctionnement.
Tous les observateurs ont noté l'absence des Etats-Unis d'Amérique dans le capital de cette banque. Prise de court par l'annonce chinoise, Washington a vertement critiqué le projet. Plusieurs officiels américains ont même émis des réserves quant au fonctionnement futur de l'institution, pour son supposé manque de transparence ou pour son incapacité à améliorer les conditions sociales dans les pays où elle devrait intervenir. Des accusations qui, relèvent encore les observateurs, sont autant de procès d'intention qui cachent mal l'inquiétude et l'agacement du gouvernement américain.
En effet, jusqu'à présent, les Etats-Unis pèsent d'un poids important au sein du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM), deux institutions dont les sièges sont à Washington. Avec l'émergence de la Banque asiatique d'investissement, c'est un concurrent non pas simplement régional mais planétaire qui fait donc son apparition. La Banque mondiale va devoir composer avec ce nouvel acteur qui sera moins enclin à appliquer les directives, plus ou moins officielles, du Trésor et du gouvernement américains. Cela fait des années que l'on scrute les évolutions internationales pour détecter une possible perte d'influence de Washington dans la gestion des affaires économiques mondiales. La naissance de la BAII est clairement un événement qui rentre dans cette catégorie au même titre, par exemple, que l'emploi de devises autres que le dollar, dans les transactions internationales ou dans la constitution de réserves de change.
QUEL FONCTIONNEMENT ?
Il reste tout de même à savoir comment sera organisée la BAII et comment fonctionnera son conseil d'administration. Le fait que le siège de l'établissement se situe à Pékin n'est pas anodin mais il faudra analyser de près ses règles de fonctionnement ainsi que la répartition de ses droits de vote. Pour nombre d'experts, il ne fait nul doute que l'Asie, et au premier lieu la Chine, aura la part du lion. De quoi consacrer l'idée que ce qui se joue dans ce continent est bien une lutte d'influence entre l'ancien Empire du milieu et les Etats-Unis d'Amérique. En ce sens, le bras de fer ne fait que commencer mais le fait que la Banque mondiale, bien plus concurrencée dans l'affaire que le FMI, perde un peu de son monopole est loin d'être une mauvaise nouvelle...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.