Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



TIARET: Un ramadhan pas comme les autres
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 06 - 2015

Cette année, la mercuriale n'a pas pris son envol à la plus grande satisfaction de la ménagère. En effet, excepté une «légère fièvre», constatée dans les marchés les deux premiers jours du mois sacré, les prix des fruits et légumes sont restés abordables pour le commun des chalands. Jeudi, au marché couvert de la ville, véritable baromètre sur la place de Tiaret, les fruits et légumes, disponibles en quantités suffisantes, restaient à la portée des bourses moyennes.
En effet, contrairement aux années précédentes, l'offre a dépassé la demande pour plusieurs denrées alimentaires, à l'exemple de la pomme de terre cédée à 40 dinars le kilo. La carotte, la tomate, le navet ou l'oignon ne dépassaient guère la barre des 50 DA. Même les haricots verts, très prisés par les jeûneurs, sont restés largement à la portée du couffin de la ménagère, puisque cédés dans une fourchette de 70 à 90 dinars le kilogramme.
De nombreux citoyens, rencontrés jeudi aux abords du marché couvert, ne cachent pas leur satisfaction de voir les marchés suffisamment approvisionnés. Les contrôleurs des prix, qui sillonnent quotidiennement les marchés, ne sont pas étrangers à cette «accalmie» sur le front des prix, estime Djillali, un père de famille retraité. Au marché de proximité de Sonatiba, des producteurs de la région sont venus jusqu'en ville pour vendre par eux-mêmes leurs produits frais, sentant bon la terre et à des prix défiant toute concurrence. Au rayon des viandes rouges et blanches, il faut dire qu'il n'y pas le feu sur les étalages des bouchers, puisque le poulet ou la dinde étaient cédés à des prix oscillant entre 280 et 310 dinars. La viande bovine est proposée à 900 dinars, alors que l'agneau continue à narguer le chaland, du haut de ses 1.200 dinars le kilo. Même le lait en sachet, habituellement soumis à une forte demande, est disponible en quantités suffisantes cette année. Même les dattes, comme Deglet Nour, en véritable seigneur de la table du jeûneur, sont proposées à des prix raisonnables, jusqu'à 480 DA le kilo. Cette année, la stabilité des prix est la conséquence d'une large disponibilité des produits agricoles de saison, nous explique un commerçant au marché de Volani. L'ouverture par les pouvoirs publics d'un marché à la cité Sonatiba, au sud de la ville, proposant des produits et denrées locaux à des prix compétitifs a également contribué à cette stabilité. A noter, enfin, ce louable geste de commerçants et bienfaiteurs anonymes, qui ont décidé de financer l'ouverture de restos de la rahma et l'achat de colis alimentaires, pour venir en aide aux nécessiteux et autres familles dans le besoin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.