Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



BENI-SAF : 380 motos en défaut saisies
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 09 - 2015

Une vaste campagne de contrôle a été organisée, dernièrement. Elle a ciblé, particulièrement les utilisateurs de motos qui continuent, malgré toutes les mesures de sensibilisation, à transgresser les règles de la sécurité, en général. Selon un communiqué de la SWAT, jeudi, les services la Sûreté de daïra de Béni-Saf ont procédé à la saisie de 380 motos pour diverses infractions, telles l'absence de casque de sécurité chez les motocyclistes, le défaut des documents et surtout la nuisance sonore causée par la suppression des silencieux d'échappement, ce qui gêne considérablement la quiétude des citoyens.
Cette opération entre dans le cadre de la campagne initiée par les services de la Sûreté de la wilaya d'Aïn Témouchent qui cible les motocyclistes ne respectant pas la réglementation. Les motos ont été récupérées après des contrôles de routine, effectués par les agents de police. Certaines motos sillonnaient, de jour comme de nuit, les différents quartiers et cités de Béni-Saf, tout en faisant fi du code de la circulation. Une opération qui a, grandement, soulagé la population, en raison des désagréments que causent ces engins sonores, notamment à la veille du mois sacré qui coïncide avec la période estivale, synonyme de sieste, l'après-midi, ou encore de nuits courtes. Le bilan déjà établi fait état de plusieurs deux-roues mis à la fourrière communale. En plus des nuisances (surtout les engins démunis des silencieux), les mis en cause roulaient, sans se protéger la tête avec un casque de moto, et souvent ne disposaient pas de papiers prouvant l'appartenance des engins. Ce phénomène a, rappelons-le, pris des proportions angoissantes qui n'a laissé aucun insensible aux nuisances, en plus des risques qui peuvent se produire et pour les piétons, notamment, les enfants, et pour les motocyclistes eux-mêmes. L'opération est maintenue jusqu'à parvenir à une situation normale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.