Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sauvez le soldat Sonelgaz
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 10 - 2015

Dans l'air du temps depuis un bon moment, l'augmentation des prix de l'électricité et du gaz est devenue une réalité… amère. Même si elle ne touchera, dans un premier temps, que les gros consommateurs de la 3e et 4e tranches, entendre par là les industriels, selon le ministre de l'Energie, Salah Khebri, l'annonce n'a rien de jouissif ni ne rassure grand monde. Car dans l'explication du représentant du gouvernement, c'est ce «dans un premier temps» qui fait craindre le pire.
Dans la logique du ministre, et pour sauver le soldat Sonelgaz, la solution est dans l'augmentation des factures pour desserrer les contraintes financières de la compagnie nationale. Si Khebri précise que les petits consommateurs et les ménages ne sont pas concernés par cette mesure pour l'instant, ils seront néanmoins rattrapés, tôt ou tard, par ces augmentations sans indiquer leur valeur. L'Etat, qui finance bon an, mal an le déficit des différentes filiales de Sonelgaz estimé à 80 milliards de dinars annuellement, se trouve ainsi obligé de recourir à ces hausses du prix du kilowatt sachant que les revenus de la compagnie ne couvrent pas plus de 60% de la production.
Si, théoriquement, le gouvernement est en droit de chercher des palliatifs à ces manques à gagner, il est de son devoir de trouver des solutions pour une meilleure gestion de Sonelgaz. Accéder à un recouvrement des créances plus offensif en direction des institutions publiques et des collectivités locales, qui tournent autour de 45 à 47 milliards DA par an, et une rationalisation des ressources humaines devront permettre de recadrer une entreprise budgétivore qui a montré toutes ses limites dans la gestion d'un secteur aussi stratégique que celui de l'électricité et du gaz.
Il est vrai aussi que dans une implacable logique commerciale, un industriel ne peut pas être mis sur le même pied d'égalité qu'un simple ménage et Bouterfa est tout à fait dans son droit de s'interroger sur le prix d'achat de l'énergie à 2,2 DA hors taxe par la clientèle haute tension, alors que le coût de revient est de 3 DA, de même qu'il trouve illogique que les sidérurgies, les verreries et les cimenteries, entre autres gros consommateurs, paient leur consommation au prix subventionné.
Personne ne pourra le contredire mais quand on affirme que le simple citoyen ne sera pas concerné par cette hausse, ou du moins pas dans un premier temps, on se trompe lourdement. Ou on veut tromper son monde, et c'est plus grave. Car le fait d'augmenter le prix de l'électricité, du gaz et du gas-oil pour les industriels se répercutera par ricochet sur le portefeuille du citoyen puisque ces mêmes gros consommateurs devront répercuter à leur tour cette hausse, et un peu plus à l'occasion, sur leurs produits et prestations de service induisant une augmentation systématique et généralisée de tous les biens de consommation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.