PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sauvez le soldat Sonelgaz
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 10 - 2015

Dans l'air du temps depuis un bon moment, l'augmentation des prix de l'électricité et du gaz est devenue une réalité… amère. Même si elle ne touchera, dans un premier temps, que les gros consommateurs de la 3e et 4e tranches, entendre par là les industriels, selon le ministre de l'Energie, Salah Khebri, l'annonce n'a rien de jouissif ni ne rassure grand monde. Car dans l'explication du représentant du gouvernement, c'est ce «dans un premier temps» qui fait craindre le pire.
Dans la logique du ministre, et pour sauver le soldat Sonelgaz, la solution est dans l'augmentation des factures pour desserrer les contraintes financières de la compagnie nationale. Si Khebri précise que les petits consommateurs et les ménages ne sont pas concernés par cette mesure pour l'instant, ils seront néanmoins rattrapés, tôt ou tard, par ces augmentations sans indiquer leur valeur. L'Etat, qui finance bon an, mal an le déficit des différentes filiales de Sonelgaz estimé à 80 milliards de dinars annuellement, se trouve ainsi obligé de recourir à ces hausses du prix du kilowatt sachant que les revenus de la compagnie ne couvrent pas plus de 60% de la production.
Si, théoriquement, le gouvernement est en droit de chercher des palliatifs à ces manques à gagner, il est de son devoir de trouver des solutions pour une meilleure gestion de Sonelgaz. Accéder à un recouvrement des créances plus offensif en direction des institutions publiques et des collectivités locales, qui tournent autour de 45 à 47 milliards DA par an, et une rationalisation des ressources humaines devront permettre de recadrer une entreprise budgétivore qui a montré toutes ses limites dans la gestion d'un secteur aussi stratégique que celui de l'électricité et du gaz.
Il est vrai aussi que dans une implacable logique commerciale, un industriel ne peut pas être mis sur le même pied d'égalité qu'un simple ménage et Bouterfa est tout à fait dans son droit de s'interroger sur le prix d'achat de l'énergie à 2,2 DA hors taxe par la clientèle haute tension, alors que le coût de revient est de 3 DA, de même qu'il trouve illogique que les sidérurgies, les verreries et les cimenteries, entre autres gros consommateurs, paient leur consommation au prix subventionné.
Personne ne pourra le contredire mais quand on affirme que le simple citoyen ne sera pas concerné par cette hausse, ou du moins pas dans un premier temps, on se trompe lourdement. Ou on veut tromper son monde, et c'est plus grave. Car le fait d'augmenter le prix de l'électricité, du gaz et du gas-oil pour les industriels se répercutera par ricochet sur le portefeuille du citoyen puisque ces mêmes gros consommateurs devront répercuter à leur tour cette hausse, et un peu plus à l'occasion, sur leurs produits et prestations de service induisant une augmentation systématique et généralisée de tous les biens de consommation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.