Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine - Marques étrangères: Hausse surprise des prix des cigarettes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 10 - 2016

Hausse surprise des prix des cigarettes de marques étrangères. La hausse, appliquée en fin de semaine écoulée, n'a pas été du goût des consommateurs qui se demandaient si ce n'est pas de l'abus caractérisé de la part des producteurs de tabacs que de décider d'une manière unilatérale, inexplicable et sans crier gare, d'augmenter les prix des cigarettes. Les producteurs de marques étrangères, notamment la société algéro-émiratie de tabac (STAEM) et la British American Tobacco (BAT) ont augmenté le prix d'environ 10 dinars pour la quasi-totalité de leurs marques commerciales, et la hausse répercutée par certains bureaux de tabacs (détaillants) représente quant à elle le double, soit 20 dinars par paquet.
Des marques comme Marlboro sont passées à 240 dinars le paquet, les Gauloises à de 220 dinars, ainsi de suite pour d'autres marques comme Winston et West, qui ont enregistré cette augmentation de 20 dinars. Certains bureaux de tabacs ont appliqué une hausse de 10 dinars, seulement, sans ajouter un dinar à ce qui a été décidé par les producteurs, comme on a pu le constater chez des détaillants au centre-ville de Constantine. Il faut dans ce cadre tenir compte de l'approvisionnement des détaillants. Ces derniers ressentent la hausse sur tout un lot, et dans le souci de garder leur clientèle n'ajoutent pas plus à ce qui a été augmenté par la maison, gardant leur marge bénéficiaire inchangée.
En tout cas, il est très difficile de comprendre le pourquoi de cette hausse. Un prélude à de nouvelles hausses programmées en 2017. Selon certains détaillants, la cigarette Marlboro, par exemple, pourrait atteindre jusqu'à 400 dinars au rythme des augmentations, enregistrées à deux reprises en une année. Pour mémoire, une hausse similaire a été appliquée au mois d'octobre 2015, soit une année de cela, avant l'avènement d'une autre hausse qui a coïncidé avec l'entrée en vigueur de la loi de finances 2016. Le même scénario se répète-t-il ? De toute évidence c'est un planning tracé par les producteurs de tabacs, soit « la hausse en deux temps», l'une décidée sur le plan interne, avec un gain allant directement dans les caisses des producteurs, et la seconde pour se mettre au diapason des taxes qui seront introduites par la loi de finances, la prochaine (2017) comme celle qui l'a précédée (2016), à la différence que cette dernière augmentation ira aux impôts.
Pour certains observateurs, la baisse de la parité dinar/euro explique pour beaucoup ces augmentations continues. Par ailleurs, la Société nationale des tabacs et allumettes (SNTA) qui commercialise les marques nationales Rym, Nassim, Afras et Algeria, entre autres, n'a opéré aucune hausse des prix, du moins pas pour le moment. Certainement que la hausse de la SNTA devrait intervenir avec l'application des nouvelles taxes qui seront introduites par la loi de finances 2017. Dans la logique, ces hausses des prix des cigarettes doivent inciter la réduction de la consommation du tabac, mais qu'en est-il en réalité ? Aucune étude sérieuse n'existe sur ce plan, mais à vue d'œil on constate que la consommation de la cigarette est de plus en plus large, notamment parmi les jeunes. Il est à noter que le marché algérien du tabac est l'un des plus florissants en Afrique avec quelque 30 milliards de cigarettes vendues par an, d'une valeur de 2,3 milliards de dollars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.