La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Lamborghini des bourdes !    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lazio se relance en corrigeant la Roma dans le derby    L'AG ordinaire de la FAC le 23 janvier à Alger    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Le lait en sachet, une denrée rare    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    300 millions de centimes dérobés    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    LOURDE CHARGE    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Lentement ou sans précipitation ?    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pardon de Washington et Ryadh «justifie» tous les mensonges marocains
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 05 - 2018

Snobé par Donald Trump en raison du soutien marqué que le Maroc a prodigué à sa rivale démocrate Hillary Clinton lors de la course à l'élection présidentielle américaine et en délicatesse avec la famille régnante saoudienne pour son refus de rompre avec celle du Qatar accusé par Ryadh de financer le terrorisme et d'entretenir de coupables relations avec l'Iran, l'ennemi intime et absolu de la monarchie wahhabite, le roi Mohammed VI est en quête de son absolution par ces deux acteurs internationaux dont son royaume ne peut se passer des subsides et de l'appui diplomatique vitaux que leurs Etats lui dispensent.
Pour ce faire, il s'en est pris à l'Iran sachant que dans l'état de guerre pratiquement ouverte dans lequel sont les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite avec ce pays, Donald Trump et Salman lui en marqueront de la reconnaissance et cesseront de le bouder. Le monarque alaouite a en effet décrété la rupture des relations diplomatiques de son pays avec l'Iran en la justifiant par des considérations qui vont dans le sens des griefs que Washington et Ryadh formulent à l'encontre de Téhéran. Rabat s'en dit détenir des preuves attestant que le Hezbollah soutenu par l'Iran «entretient des rapports avec le Front Polisario de façon à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du royaume» notamment en le finançant et en entraînant ses éléments et que Téhéran serait l'inspiratrice de cette «collusion anti-marocaine».
Les officines du Makhzen qui ont soufflé au roi l'idée de s'en prendre au Hezbollah et à l'Iran en étant certains que cela produirait un effet favorable à Washington et Ryadh ont en même temps cherché à nuire à l'Algérie auprès de ces deux capitales en en faisant la complice de leur présumé dessein de déstabilisation du royaume.
En rompant avec l'Iran, le roi du Maroc a peut-être trouvé le moyen de se réconcilier Washington et Ryadh qui s'activent à former une alliance diplomatico-militaire la plus large possible contre l'Iran, mais s'est fourvoyé en s'en prenant à l'Algérie. Rabat a formulé des accusations gravissimes contre notre pays dont la véracité n'a été démontrée par aucune preuve probante, le Makhzen n'en ayant produit aucune tout en s'ingéniant à assener des affabulations aussi grotesques que pitoyables exactement comme l'a fait Benyamin Netanyahu à l'égard de l'Iran.
La pseudo-collusion entre le Hezbollah et le Front Polisario que les services marocains ont «opportunément» découverte permet au Maroc de diaboliser dans le même temps Téhéran et Alger avec le calcul que cela vaudra à cette dernière la rancune et de Washington et de Ryadh sans compter celle évidemment de Tel-Aviv. Le tout étant pour Rabat d'en tirer dividende dans l'affaire du Sahara Occidental. A trop forcer sur les mensonges et les grossières tentatives d'intox, le Makhzen a perdu pied en cette affaire. Après avoir présenté le Polisario comme une organisation terroriste ayant des liens «avérés» avec Al-Qaïda avec la bénédiction de l'Algérie, le voilà qu'il le dénonce comme faisant cause commune avec l'arc chiite et ses deux composantes «agressives», l'Iran et le Hezbollah, mais toujours sous la tutelle algérienne.
A ce degré d'incohérence auquel est parvenu le comportement des autorités marocaines, l'Algérie se doit d'avoir une vigilance extrême car il est révélateur que le pays voisin est tenté par l'aventure pour peu que son allégeance platement formulée à l'endroit de Washington et Ryadh lui rapporte leur absolution permissive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.