A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pardon de Washington et Ryadh «justifie» tous les mensonges marocains
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 05 - 2018

Snobé par Donald Trump en raison du soutien marqué que le Maroc a prodigué à sa rivale démocrate Hillary Clinton lors de la course à l'élection présidentielle américaine et en délicatesse avec la famille régnante saoudienne pour son refus de rompre avec celle du Qatar accusé par Ryadh de financer le terrorisme et d'entretenir de coupables relations avec l'Iran, l'ennemi intime et absolu de la monarchie wahhabite, le roi Mohammed VI est en quête de son absolution par ces deux acteurs internationaux dont son royaume ne peut se passer des subsides et de l'appui diplomatique vitaux que leurs Etats lui dispensent.
Pour ce faire, il s'en est pris à l'Iran sachant que dans l'état de guerre pratiquement ouverte dans lequel sont les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite avec ce pays, Donald Trump et Salman lui en marqueront de la reconnaissance et cesseront de le bouder. Le monarque alaouite a en effet décrété la rupture des relations diplomatiques de son pays avec l'Iran en la justifiant par des considérations qui vont dans le sens des griefs que Washington et Ryadh formulent à l'encontre de Téhéran. Rabat s'en dit détenir des preuves attestant que le Hezbollah soutenu par l'Iran «entretient des rapports avec le Front Polisario de façon à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du royaume» notamment en le finançant et en entraînant ses éléments et que Téhéran serait l'inspiratrice de cette «collusion anti-marocaine».
Les officines du Makhzen qui ont soufflé au roi l'idée de s'en prendre au Hezbollah et à l'Iran en étant certains que cela produirait un effet favorable à Washington et Ryadh ont en même temps cherché à nuire à l'Algérie auprès de ces deux capitales en en faisant la complice de leur présumé dessein de déstabilisation du royaume.
En rompant avec l'Iran, le roi du Maroc a peut-être trouvé le moyen de se réconcilier Washington et Ryadh qui s'activent à former une alliance diplomatico-militaire la plus large possible contre l'Iran, mais s'est fourvoyé en s'en prenant à l'Algérie. Rabat a formulé des accusations gravissimes contre notre pays dont la véracité n'a été démontrée par aucune preuve probante, le Makhzen n'en ayant produit aucune tout en s'ingéniant à assener des affabulations aussi grotesques que pitoyables exactement comme l'a fait Benyamin Netanyahu à l'égard de l'Iran.
La pseudo-collusion entre le Hezbollah et le Front Polisario que les services marocains ont «opportunément» découverte permet au Maroc de diaboliser dans le même temps Téhéran et Alger avec le calcul que cela vaudra à cette dernière la rancune et de Washington et de Ryadh sans compter celle évidemment de Tel-Aviv. Le tout étant pour Rabat d'en tirer dividende dans l'affaire du Sahara Occidental. A trop forcer sur les mensonges et les grossières tentatives d'intox, le Makhzen a perdu pied en cette affaire. Après avoir présenté le Polisario comme une organisation terroriste ayant des liens «avérés» avec Al-Qaïda avec la bénédiction de l'Algérie, le voilà qu'il le dénonce comme faisant cause commune avec l'arc chiite et ses deux composantes «agressives», l'Iran et le Hezbollah, mais toujours sous la tutelle algérienne.
A ce degré d'incohérence auquel est parvenu le comportement des autorités marocaines, l'Algérie se doit d'avoir une vigilance extrême car il est révélateur que le pays voisin est tenté par l'aventure pour peu que son allégeance platement formulée à l'endroit de Washington et Ryadh lui rapporte leur absolution permissive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.