Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le complot du roi contre l'Algérie
LE MAROC ACCUSE L'IRAN ET LE HIZBOLLAH D'ARMER LE FRONT POLISARIO
Publié dans L'Expression le 03 - 05 - 2018


Un selfie prémonitoire
Que sa prestation intervienne dans le droit sillage du show de Netanyahu relativise totalement la «crédibilité» de ses arguties. Qu'elle soit relayée, hier, par la déclaration immédiate de l'Arabie saoudite prête à «se tenir aux côtés du Maroc face à tout ce qui menace sa sécurité», n'est pas non plus innocent...
De notoriété publique, les liens entre le Maroc et Israël sont connus, comme est également connue la connivence de leurs services de sécurité. Il n'y a donc rien de surprenant dans le fait qu'au lendemain même de la sortie théâtrale du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, affirmant détenir des «preuves sur le programme nucléaire secret de l'Iran», on voit le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, lui emboîter le pas pour annoncer la rupture des relations diplomatiques avec Téhéran en assurant, lui aussi, avoir des «preuves» de l'implication du Hezbollah dans l'armement du Polisario. Croyant faire d'une pierre deux coups, il s'est attaqué à l'Algérie en la pointant du doigt dans ce qu'il voudrait valider comme une opération complice incluant notre pays, la RASD et le Hezbollah. Il est vrai que le ridicule ne tue pas et qu'à ce niveau de la diplomatie, plus le mensonge est gros, plus il a des échos conséquents. Mais là, il ne s'agit pas seulement de mensonge car les prétendues révélations du MAE marocain relèvent du délire diplomatique le plus affligeant.
Que sa prestation intervienne dans le droit sillage du show de Netanyahu relativise totalement la «crédibilité» de ses arguties. Qu'elle soit relayée hier par la déclaration immédiate de l'Arabie saoudite prête à «se tenir aux côtés du Maroc face à «tout ce qui menace sa sécurité, sa stabilité et son intégrité territoriale», n'est pas non plus innocent aussi bien dans le timing que dans la projection. Ces sorties interviennent en Israël comme au Maroc au lendemain de la visite du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo motivée par la demande express du président Donald Trump d' «énormément plus d'argent» pour l'engagement des forces américaines en Syrie, d'une part, et la préparation de l'opinion internationale à la décision sur le nucléaire iranien qui interviendra le 12 mai prochain, d'autre part.
Il y a là tous les ingrédients d'un plan hâtivement «réfléchi» dont Rabat croît tirer profit, au moment où sa posture dans la question sahraouie est devenue intenable au niveau du Conseil de sécurité de l'ONU qui lui a intimé l'ordre d'ouvrir des «négociations sans conditions avec le Polisario» et de rendre compte, d'ici octobre, de sa bonne volonté quant au respect du processus onusien représenté par la Minurso.
Désespérément, le Royaume du Maroc cherche comment se sortir de l'affaire tout en évitant de souscrire aux recommandations de la communauté internationale, Etats-Unis compris, et, pour cela, quoi de mieux que de se lancer dans une croisade contre l'Iran en essayant d'impliquer l'Algérie au motif que les armes du Hezbollah auraient transité par ses arcanes!
En s'insérant ainsi dans le climat propice à la mobilisation générale contre l'Iran, le Maroc pense gagner sur plusieurs tableaux: se rapprocher, grâce aux bons offices de l'Arabie saoudite et des Emirats qui ont peu apprécié ses liens avec le Qatar, se concilier les faveurs américaines et se redonner, par-là même, une nouvelle virginité pour son prochain passage devant le Conseil de sécurité de l'ONU sans céder à ses exigences.
Pour autant, ses relations avec l'Iran ont toujours été insignifiantes depuis la chute du shah et la prétendue implication du Hezbollah aux côtés du Polisario sonne comme un argument grotesque et malséant pour un pays qui vient à peine de réintégrer les rangs de l'Union africaine. Car, dans cette organisation, siège un Etat qui s'appelle la République arabe sahraouie démocratique (RASD) que Rabat, appuyée par la France, avaient essayé, mais en vain d'exclure du sommet de l'Union africaine - Union européenne. Apparemment, la déconvenue que lui a infligée alors l'UA ne lui a pas suffi et le Maroc, comme tous les colonialismes «mauvais élèves» que le général Giap dénonçait en son temps, s'échine à vendre des vessies pour des lanternes! Les pays visés ont réagi avec la mesure requise face aux accusations «infondées» et «mensongères» de Rabat dont le discours a beau obéir à une fuite en avant belliqueuse, mais sans effet sur le processus d'autodétermination du Sahara occidental, clairement réaffirmé par le Conseil de sécurité de l'ONU, en avril dernier. Cette sortie maladroite de la diplomatie du Makhzen, soutenue par une Arabie saoudite qui peine à se sortir du bourbier yéménite et se hasarde, avec de telles accusations, à une ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie, sera sans doute appréciée à sa juste mesure par la communauté internationale, éclairée par ce recours à une pièce montée aussi pathétique dont la seule conséquence est qu'un tel mensonge, aussi gros qu'il puisse être, ne passera pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.