AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    L'adhésion à temps de l'Algérie à la ZLECAF lui conférera un pouvoir d'influence    Report de la 1ère Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Athlétisme : Delhoum n'est plus    Natation : Le CR Belouizdad signe honorablement son retour    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    Hadjadj (Mostaganem) : La population se mobilise pour retrouver un harrag disparu    Cités de Bab Ezzouar : Equipements de puériculture dégradés    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    Le chef de la junte demande la levée des sanctions ouest-africaines    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Farhi au Club Africain    "Nous n'agissons pas par sentiments"    La Juventus officialise le retour de Morata    Barça : Ousmane Dembélé poussé vers la sortie ?    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    Les souscripteurs AADL protestent    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    STABLE ET DURABLE    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Bovins et crocodiles    Algérie Poste: Un nouveau calendrier de versement des pensions de retraite    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Chlef: Mener les projets à bon port    Tébessa: Un camion se renverse, un mort et un blessé    Sonelgaz Es-Sénia: Près de 197 milliards de centimes de créances détenus par les ménages    Le ministre de la Poste et des Télécommunications rassure: Le paiement électronique «sécurisé et gratuit»    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    JS Saoura: Choisir la voie de la formation    PAIX ET SERENITE    Reportage sur le «Hirak»: M6 conteste les accusations portées contre elle    La prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La gestion bientôt assurée par une entreprise algérienne    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    L'Algérie obtient une victoire définitive contre Orascom Télécom    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    Le Premier ministre palestinien salue la position du Président Tebboune contre la politique de normalisation avec l'entité sioniste    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah N'daw comme président de la transition au Mali    Journée internationale de la paix: l'impératif de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental    Décédé ce lundi, «l'Ange blanc» repose au cimetière Sidi-Aïssa de Annaba    «Khayrek sbaq»    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le complot du roi contre l'Algérie
LE MAROC ACCUSE L'IRAN ET LE HIZBOLLAH D'ARMER LE FRONT POLISARIO
Publié dans L'Expression le 03 - 05 - 2018


Un selfie prémonitoire
Que sa prestation intervienne dans le droit sillage du show de Netanyahu relativise totalement la «crédibilité» de ses arguties. Qu'elle soit relayée, hier, par la déclaration immédiate de l'Arabie saoudite prête à «se tenir aux côtés du Maroc face à tout ce qui menace sa sécurité», n'est pas non plus innocent...
De notoriété publique, les liens entre le Maroc et Israël sont connus, comme est également connue la connivence de leurs services de sécurité. Il n'y a donc rien de surprenant dans le fait qu'au lendemain même de la sortie théâtrale du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, affirmant détenir des «preuves sur le programme nucléaire secret de l'Iran», on voit le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, lui emboîter le pas pour annoncer la rupture des relations diplomatiques avec Téhéran en assurant, lui aussi, avoir des «preuves» de l'implication du Hezbollah dans l'armement du Polisario. Croyant faire d'une pierre deux coups, il s'est attaqué à l'Algérie en la pointant du doigt dans ce qu'il voudrait valider comme une opération complice incluant notre pays, la RASD et le Hezbollah. Il est vrai que le ridicule ne tue pas et qu'à ce niveau de la diplomatie, plus le mensonge est gros, plus il a des échos conséquents. Mais là, il ne s'agit pas seulement de mensonge car les prétendues révélations du MAE marocain relèvent du délire diplomatique le plus affligeant.
Que sa prestation intervienne dans le droit sillage du show de Netanyahu relativise totalement la «crédibilité» de ses arguties. Qu'elle soit relayée hier par la déclaration immédiate de l'Arabie saoudite prête à «se tenir aux côtés du Maroc face à «tout ce qui menace sa sécurité, sa stabilité et son intégrité territoriale», n'est pas non plus innocent aussi bien dans le timing que dans la projection. Ces sorties interviennent en Israël comme au Maroc au lendemain de la visite du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo motivée par la demande express du président Donald Trump d' «énormément plus d'argent» pour l'engagement des forces américaines en Syrie, d'une part, et la préparation de l'opinion internationale à la décision sur le nucléaire iranien qui interviendra le 12 mai prochain, d'autre part.
Il y a là tous les ingrédients d'un plan hâtivement «réfléchi» dont Rabat croît tirer profit, au moment où sa posture dans la question sahraouie est devenue intenable au niveau du Conseil de sécurité de l'ONU qui lui a intimé l'ordre d'ouvrir des «négociations sans conditions avec le Polisario» et de rendre compte, d'ici octobre, de sa bonne volonté quant au respect du processus onusien représenté par la Minurso.
Désespérément, le Royaume du Maroc cherche comment se sortir de l'affaire tout en évitant de souscrire aux recommandations de la communauté internationale, Etats-Unis compris, et, pour cela, quoi de mieux que de se lancer dans une croisade contre l'Iran en essayant d'impliquer l'Algérie au motif que les armes du Hezbollah auraient transité par ses arcanes!
En s'insérant ainsi dans le climat propice à la mobilisation générale contre l'Iran, le Maroc pense gagner sur plusieurs tableaux: se rapprocher, grâce aux bons offices de l'Arabie saoudite et des Emirats qui ont peu apprécié ses liens avec le Qatar, se concilier les faveurs américaines et se redonner, par-là même, une nouvelle virginité pour son prochain passage devant le Conseil de sécurité de l'ONU sans céder à ses exigences.
Pour autant, ses relations avec l'Iran ont toujours été insignifiantes depuis la chute du shah et la prétendue implication du Hezbollah aux côtés du Polisario sonne comme un argument grotesque et malséant pour un pays qui vient à peine de réintégrer les rangs de l'Union africaine. Car, dans cette organisation, siège un Etat qui s'appelle la République arabe sahraouie démocratique (RASD) que Rabat, appuyée par la France, avaient essayé, mais en vain d'exclure du sommet de l'Union africaine - Union européenne. Apparemment, la déconvenue que lui a infligée alors l'UA ne lui a pas suffi et le Maroc, comme tous les colonialismes «mauvais élèves» que le général Giap dénonçait en son temps, s'échine à vendre des vessies pour des lanternes! Les pays visés ont réagi avec la mesure requise face aux accusations «infondées» et «mensongères» de Rabat dont le discours a beau obéir à une fuite en avant belliqueuse, mais sans effet sur le processus d'autodétermination du Sahara occidental, clairement réaffirmé par le Conseil de sécurité de l'ONU, en avril dernier. Cette sortie maladroite de la diplomatie du Makhzen, soutenue par une Arabie saoudite qui peine à se sortir du bourbier yéménite et se hasarde, avec de telles accusations, à une ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie, sera sans doute appréciée à sa juste mesure par la communauté internationale, éclairée par ce recours à une pièce montée aussi pathétique dont la seule conséquence est qu'un tel mensonge, aussi gros qu'il puisse être, ne passera pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.