Commandant Si H'mimi : Ce qu'il faut savoir    Pays-Bas: le taux de chômage en baisse en juillet, à 3,8%    Choléra: Le bilan passe à 26 décès au Niger    Kim Jong Un dénonce les responsables des "sanctions scélérates"    JSK / Mellal : «Que le derby soit l'occasion de renforcer les liens entre les deux clubs»    L'Equateur exige un passeport aux migrants vénézuéliens    L'euro monte un peu face au dollar dans un marché apaisé    JSS - MCO, aujourd'hui à 20h00 : L'heure de vérité pour les Hamraoua    Slimani : «Feghouli m'a félicité pour mon transfert au Fenerbahce»    Feux de forêts: près de 1.470 hectares parcourus depuis juin    Services vétérinaires: le cheptel ovin n'est pas exposé au risque de la fièvre aphteuse    13 Palestiniens arrêtés par les forces de l'occupation israélienne en Cisjordanie    RND : Ouyahia décide de radier le sénateur élu à Tipasa pour son implication dans une affaire de corruption    Mali/présidentielle: Boubacar Keïta réélu avec 67,17% des voix    L'objectif des négociations est de garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination (Addouh)    Chlef: 10 milliards de centimes de dédommagements pour des agriculteurs    Historicisation de l'intervention militaire de la Russie au Moyen-Orient dans l'histoire. Trump peut-il inverser le jeu planétaire ?    Les nuées de drones sur Hmeimin: un message à l'adresse de Moscou    Constantine - Pour faire face à la demande: Les bureaux de poste ouverts jusqu'à 22h    Constantine - Récupération de peaux de mouton: Le circuit de l'opération arrêté    Des devoirs de vacances pour nos ministres!    Nous avons besoin d'une élite scientifique nobelisable    En Algérie, les trains n'arrivent pas à l'heure mais ils arrivent quand même    Tunisie : projet d'égalité hommes-femmes pour l'héritage, je ne félicite personne !    Le rêve Zidane de plus en plus crédible ?    Un paradis aquatique en plein désert    Coupure de gaz aujourd'hui à Hammamet et Aïn Benian    «Les résultats obtenus dépassent nos prévisions»    La finale de la 2e édition à la piscine 20 août    Pétrole : La production de l'Opep a légèrement augmenté en juillet    C'est la rentrée politique!    "Parlez-moi du mouton et de la pomme de terre!"    Les folles dépenses du mariage    Assaut contre les barons de la pomme de terre    Lieux Saints: Nécessité d'une coordination entre tous les partenaires    Ligue des champions d'Afrique (5e j), ESS-TP Mazembe ce vendredi à Sétif: Les Sétifiens pour une victoire avant le MCA    Belmadi en conférence de presse ce samedi    4325 opérateurs assurent la permanence à constantine    Semaine économique et culturelle à Washington : Une réunion de coordination pour préparer la participation algérienne    Myriade de stars à l'Esplanade de Riadh el Feth    Netflix produit la première série fantastique arabe    Bouzeguène fête la vie!    L'Algérie à la rescousse des migrants    "30 partis soutiennent Bouteflika"    MO Béjaïa - JS Kabylie l'affiche du jour !    Le théâtre romain a abrité la 11e édition    Skikda : La sensibilisation sur les dangers de la mauvaise utilisation d'internet, cheval de bataille de la Sûreté nationale    Les "vagues" de la rentrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trous d'air
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 07 - 2018

L'appel d'air du personnel de maintenance d'Air Algérie, dont le déficit frôlait les 60 milliards de DA à fin 2017, est un signe qui inquiète sur la santé du pavillon aérien national. Jamais une entreprise publique n'a enregistré autant de mouvements sociaux, de débrayage et de colère qu'Air Algérie qui collectionne les grèves de ses employés. Son déficit est un gouffre financier qui n'a d'égal qu'un personnel pléthorique, un peu plus de 9.000 personnes, quand la gestion de la compagnie ne nécessite pas plus de 3.000 personnes selon des cadres de la compagnie.
En fait, l'annonce du débrayage du personnel de maintenance n'est en elle-même pas une surprise tellement cette compagnie a habitué tout le monde, ses soutiens comme ceux, au sein du gouvernement, qui voudraient la privatiser, à ces sorties de piste sociales qui semblent devenir une seconde nature. Ailleurs, une compagnie aérienne pareille aurait déjà déposé son bilan, mais les autorités du pays semblent s'accommoder d'une telle situation, maintenant sous perfusion financière un pavillon qui aurait dû être réformé depuis longtemps. Car il ne fait aucun doute qu'une compagnie aérienne dont certains de ses employés se permettent de rabrouer des voyageurs ou de les humilier, quand ils ne les font pas descendre d'avion, ne pourra jamais voler de ses propres ailes sans la protection financière de l'argent de la collectivité publique. Et c'est là en réalité où réside la mauvaise gestion d'Air Algérie, car même déficitaire la compagnie est assurée d'être renflouée par l'Etat. Alors, à quoi bon la performance ?
La compagnie, qui croule sous un phénoménal sureffectif, n'a jusqu'à présent accompli aucun programme de réduction de sa voilure, limiter les postes budgétaires boulimiques, supprimer des représentations à l'étranger inutiles et, notamment, une réduction des déficits par un gel des hausses salariales et un plan social pour des départs en retraite. D'autres compagnies aériennes proches de nous ont été contraintes de passer par ces mesures impopulaires, dont un plan social dramatique et la suppression de bureaux et représentations à l'étranger, et plus d'agressivité sur la politique des tarifs avec, cependant, un service à bord parfait, ont réussi en moins de deux années à enregistrer des bénéfices. Et, en particulier, améliorer le rendement de la compagnie, en dépit de la politique d'Open Sky. Mais, ces schémas de restructuration ne sont pas connus au sein d'Air Algérie, pilotée à distance, avec des plans de financement bancaires pour l'achat de la flotte de la compagnie qui ne les rembourse jamais. Du moins au compte-goutte, alors qu'un plan de financement est là, à portée de main, si elle est intégrée à la Bourse des valeurs d'Alger.
Le mal de la compagnie aérienne algérienne est profond, et ce n'est pas une grève de plus ou de moins qui va détériorer une image du pays déjà mal en point depuis longtemps par rapport aux standards de l'IATA. Et, si le ministère des Transports s'inquiète des retombées de la grève annoncée par les techniciens de maintenance d'Air Algérie sur le moral des touristes, il ne fait rien, par contre, pour proposer au gouvernement de lancer un vaste plan de restructuration d'Air Algérie pour la replacer sur le marché international des transporteurs aériens. Comme si cette situation délirante d'une compagnie sous perfusion arrange bien des intérêts personnels, bien des parties, bien des lobbies. Et que la relance d'Air Algérie, sclérosée par des méthodes de gestion archaïques, n'a jamais été une priorité pour les pouvoirs publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.