30e anniversaire de la création de l'UMA : Le Président Bouteflika affirme aux chefs d'Etat de la région l'attachement de l'Algérie à redynamiser ...    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Le local de domiciliation n'est plus obligatoire    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    Agence nationale de l'aviation civile : Contrôle, régulation et supervision sont ses missions essentielles    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    Ligue 2 Mobilis (22e journée) : Le NC Magra résiste au RC Relizane (1-1)    Coupe du monde 2019 "juniors" d'escrime : La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    Benghabrit répond à l'Intersyndicale    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    Oran a son orchestre symphonique    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    L'opposition sceptique    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Nouvelles d'Oran    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trous d'air
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 07 - 2018

L'appel d'air du personnel de maintenance d'Air Algérie, dont le déficit frôlait les 60 milliards de DA à fin 2017, est un signe qui inquiète sur la santé du pavillon aérien national. Jamais une entreprise publique n'a enregistré autant de mouvements sociaux, de débrayage et de colère qu'Air Algérie qui collectionne les grèves de ses employés. Son déficit est un gouffre financier qui n'a d'égal qu'un personnel pléthorique, un peu plus de 9.000 personnes, quand la gestion de la compagnie ne nécessite pas plus de 3.000 personnes selon des cadres de la compagnie.
En fait, l'annonce du débrayage du personnel de maintenance n'est en elle-même pas une surprise tellement cette compagnie a habitué tout le monde, ses soutiens comme ceux, au sein du gouvernement, qui voudraient la privatiser, à ces sorties de piste sociales qui semblent devenir une seconde nature. Ailleurs, une compagnie aérienne pareille aurait déjà déposé son bilan, mais les autorités du pays semblent s'accommoder d'une telle situation, maintenant sous perfusion financière un pavillon qui aurait dû être réformé depuis longtemps. Car il ne fait aucun doute qu'une compagnie aérienne dont certains de ses employés se permettent de rabrouer des voyageurs ou de les humilier, quand ils ne les font pas descendre d'avion, ne pourra jamais voler de ses propres ailes sans la protection financière de l'argent de la collectivité publique. Et c'est là en réalité où réside la mauvaise gestion d'Air Algérie, car même déficitaire la compagnie est assurée d'être renflouée par l'Etat. Alors, à quoi bon la performance ?
La compagnie, qui croule sous un phénoménal sureffectif, n'a jusqu'à présent accompli aucun programme de réduction de sa voilure, limiter les postes budgétaires boulimiques, supprimer des représentations à l'étranger inutiles et, notamment, une réduction des déficits par un gel des hausses salariales et un plan social pour des départs en retraite. D'autres compagnies aériennes proches de nous ont été contraintes de passer par ces mesures impopulaires, dont un plan social dramatique et la suppression de bureaux et représentations à l'étranger, et plus d'agressivité sur la politique des tarifs avec, cependant, un service à bord parfait, ont réussi en moins de deux années à enregistrer des bénéfices. Et, en particulier, améliorer le rendement de la compagnie, en dépit de la politique d'Open Sky. Mais, ces schémas de restructuration ne sont pas connus au sein d'Air Algérie, pilotée à distance, avec des plans de financement bancaires pour l'achat de la flotte de la compagnie qui ne les rembourse jamais. Du moins au compte-goutte, alors qu'un plan de financement est là, à portée de main, si elle est intégrée à la Bourse des valeurs d'Alger.
Le mal de la compagnie aérienne algérienne est profond, et ce n'est pas une grève de plus ou de moins qui va détériorer une image du pays déjà mal en point depuis longtemps par rapport aux standards de l'IATA. Et, si le ministère des Transports s'inquiète des retombées de la grève annoncée par les techniciens de maintenance d'Air Algérie sur le moral des touristes, il ne fait rien, par contre, pour proposer au gouvernement de lancer un vaste plan de restructuration d'Air Algérie pour la replacer sur le marché international des transporteurs aériens. Comme si cette situation délirante d'une compagnie sous perfusion arrange bien des intérêts personnels, bien des parties, bien des lobbies. Et que la relance d'Air Algérie, sclérosée par des méthodes de gestion archaïques, n'a jamais été une priorité pour les pouvoirs publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.