Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Sa gestion confiée à l'EPIC Ermeso: La mise en service du parking à étages de M'dina Djdida tarde à venir    Skikda: Grève au marché de gros de Salah Bouchaour    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Sovac: Des offres inédites pour le Salon AUTOWEST    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    NA Hussein Dey: Le Nasria dès aujourd'hui en Zambie    Division nationale amateur - Ouest: Une étape favorable aux poursuivants    El Tarf: Deux corps repêchés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Communion    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Ah'chem chouia !    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trous d'air
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 07 - 2018

L'appel d'air du personnel de maintenance d'Air Algérie, dont le déficit frôlait les 60 milliards de DA à fin 2017, est un signe qui inquiète sur la santé du pavillon aérien national. Jamais une entreprise publique n'a enregistré autant de mouvements sociaux, de débrayage et de colère qu'Air Algérie qui collectionne les grèves de ses employés. Son déficit est un gouffre financier qui n'a d'égal qu'un personnel pléthorique, un peu plus de 9.000 personnes, quand la gestion de la compagnie ne nécessite pas plus de 3.000 personnes selon des cadres de la compagnie.
En fait, l'annonce du débrayage du personnel de maintenance n'est en elle-même pas une surprise tellement cette compagnie a habitué tout le monde, ses soutiens comme ceux, au sein du gouvernement, qui voudraient la privatiser, à ces sorties de piste sociales qui semblent devenir une seconde nature. Ailleurs, une compagnie aérienne pareille aurait déjà déposé son bilan, mais les autorités du pays semblent s'accommoder d'une telle situation, maintenant sous perfusion financière un pavillon qui aurait dû être réformé depuis longtemps. Car il ne fait aucun doute qu'une compagnie aérienne dont certains de ses employés se permettent de rabrouer des voyageurs ou de les humilier, quand ils ne les font pas descendre d'avion, ne pourra jamais voler de ses propres ailes sans la protection financière de l'argent de la collectivité publique. Et c'est là en réalité où réside la mauvaise gestion d'Air Algérie, car même déficitaire la compagnie est assurée d'être renflouée par l'Etat. Alors, à quoi bon la performance ?
La compagnie, qui croule sous un phénoménal sureffectif, n'a jusqu'à présent accompli aucun programme de réduction de sa voilure, limiter les postes budgétaires boulimiques, supprimer des représentations à l'étranger inutiles et, notamment, une réduction des déficits par un gel des hausses salariales et un plan social pour des départs en retraite. D'autres compagnies aériennes proches de nous ont été contraintes de passer par ces mesures impopulaires, dont un plan social dramatique et la suppression de bureaux et représentations à l'étranger, et plus d'agressivité sur la politique des tarifs avec, cependant, un service à bord parfait, ont réussi en moins de deux années à enregistrer des bénéfices. Et, en particulier, améliorer le rendement de la compagnie, en dépit de la politique d'Open Sky. Mais, ces schémas de restructuration ne sont pas connus au sein d'Air Algérie, pilotée à distance, avec des plans de financement bancaires pour l'achat de la flotte de la compagnie qui ne les rembourse jamais. Du moins au compte-goutte, alors qu'un plan de financement est là, à portée de main, si elle est intégrée à la Bourse des valeurs d'Alger.
Le mal de la compagnie aérienne algérienne est profond, et ce n'est pas une grève de plus ou de moins qui va détériorer une image du pays déjà mal en point depuis longtemps par rapport aux standards de l'IATA. Et, si le ministère des Transports s'inquiète des retombées de la grève annoncée par les techniciens de maintenance d'Air Algérie sur le moral des touristes, il ne fait rien, par contre, pour proposer au gouvernement de lancer un vaste plan de restructuration d'Air Algérie pour la replacer sur le marché international des transporteurs aériens. Comme si cette situation délirante d'une compagnie sous perfusion arrange bien des intérêts personnels, bien des parties, bien des lobbies. Et que la relance d'Air Algérie, sclérosée par des méthodes de gestion archaïques, n'a jamais été une priorité pour les pouvoirs publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.