Quatorze propositions aux futurs candidats à l'élection présidentielle    ACCORD MAROC-UE: Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    FORMATION PROFESSIONNELLE : Plus de 3000 postes pour la prochaine rentrée    BILAN DE LA GENDARMERIE NATIONALE A MOSTAGANEM : Plus de 17.000 permis retirés en 2018 !    L'INTERSYNDICALE BOYCOTTE LA RENCONTRE AVEC LA MINISTRE : La menace plane sur les écoles d'Oran    Abderrazak Dourari, professeur de linguistique au Temps d'Algérie : « Pourquoi j'ai quitté l'Académie Tamazight »    Tirs de gaz lacrymogènes sur des manifestants près du Parlement    La répression n'est qu'un «avant-goût», avertit le porte-parole présidentiel    Le WA Tlemcen retrouve le podium, l'ASO Chlef trébuche à Kouba    Nette victoire du CS Constantine devant le TP Mazembe (3-0)    L'ES Sétif s'enfonce dans la crise    La démarche prudente de Ali Benflis    La déclaration de la main-d'œuvre étrangère, un autre souci pour la Cnas    Convocation du corps électoral : fin de récréation ?    Vers le remboursement des sondes urinaires    1 004 agneaux, dont 414 atteints de peste et fièvre aphteuse, ont péri    Dieu peut-il offrir une Ferrari ?    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Ich Liebe Dich Frau Angela !    La présidentielle lancée    Tiaret: Un ancien bâtonnier tire sa révérence    Tipasa: 7 morts dans une collision entre deux bus    Ouled Rahmoune: 26 milliards pour l'aménagement urbain    Coupe d'Algérie «Réserves» : 1/8e de finale: PAC - WAT et NAHD - ASO, principaux duels    Migration: Mettre en place une nouvelle gouvernance    En 2017 en Algérie: Le salaire net moyen à plus de 40.300 dinars    Relizane: Projets AADL attendent réalisation    « L'Année miraculeuse » présenté à l'hôtel «Liberté»: Débats divergents autour du dernier roman de Mohamed Magani    El-Bayadh: 25 milliards pour la restauration du ksar de Boussemghoun    Des organisations appellent à la mobilisation citoyenne    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    Le FLN salue la décision du Président Bouteflika    D'autres engagements en perspectives    RDC : La Cour constitutionnelle proclame Félix Tshisekedi président de la République    Russie : Le procureur Mueller qualifie d'"inexactes" des allégations explosives contre Trump    Iñigo Errejon s'affranchit de Podemos    Chine : La croissance devrait avoir freiné à 6,4% au 4e trimestre    La police se dote du systéme afis    Retour sur le CES 2019 : À Las Vegas, du concret pour ménager la planète    La Haute instance indépendante de surveillance des élections installée    Dix chargeurs et une quantité de munitions saisis à Jijel    La JS Saoura n'avait pas bien compris le jeu adverse    Le MCO a sorti la tête de l'eau, mais le plus dur reste à faire    Darfalou se blesse au genou    L'Algérie favorable...    APN : La convocation du corps électoral a barré la route aux aventuristes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mers El Kébir et Aïn El Turck: L'alimentation en eau potable fait encore parler d'elle !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 08 - 2018

Une longue coupure d'eau, ayant durement affecté la localité de Mers El Kébir, a failli être à l'origine d'actes indésirables, que s'apprêtait à commettre une population en colère, en fin de semaine, n'était-ce la prompte intervention du secrétaire général de la wilaya d'Oran.
Ce dernier a été saisi illico-presto par le maire et le chef de la Sûreté urbaine de cette municipalité, qui ont réussi à calmer les esprits surchauffés en leur promettant d'intervenir en urgence pour rétablir la situation. Les habitants exaspérés ne se sont dispersés que lorsque le précieux liquide a recommencé à couler dans leurs robinets et ce, après des instructions fermes adressées par le SG de la wilaya à la direction de l'agence des eaux, ADE. Malheureusement, un peu plus de 24 heures après, la situation en termes d'alimentation en eau potable s'est encore dégradée à Mers El Kébir à l'instar des trois autres municipalités que compte la daïra d'Ain El Turck. Comble de l'ironie, les perturbations et les longues coupures d'eau, par intermittence, ont commencé à se manifester avec la canicule dés le début du mois en cours, pour aller crescendo au fil des jours jusqu'à atteindre le stade de pourrissement.
«Dans certaines zones du chef-lieu, c'est carrément la crise et l'alimentation en eau potable n'est assurée le plus souvent que durant seulement 15 minutes à peine à travers un très faible débit, sur une plage horaire de 1 jour», selon les informations recueillies auprès des habitants de la municipalité d'Aïn El Turck. «Il nous est très difficile, voire impossible, de respecter les règles de notre hygiène de vie. Prendre une douche fait partie du luxe, c'est aberrant et impardonnable à notre époque, veille de l'année 2019», ont fait remarquer nos interlocuteurs avec une pointe de dépit. Et comme le ridicule ne tue point, cette situation exécrable au plus haut point est allégrement exploitée par une cohorte de colporteurs d'eau, qui proposent un liquide douteux à partir de 1.500 dinars la citerne. «J'ai déboursé 1.600 dinars pour remplir ma citerne, je n'ai pas le choix et je n'attends pas à ce que la situation en matière d'alimentation en eau potable s'améliore, en tous les cas, ce n'est certainement pas pour demain», a confié un riverain de la partie haute de la localité de Trouville avant de renchérir «et dire que cette daïra a été choisie comme zone tampon pour les Jeux méditerranéens, qu'organisera Oran en 2021».
Il importe de noter que la Société Seor a annoncé, moins d'un mois auparavant, une nette amélioration en AEP dans la daïra d'Aïn El Turck. Cette information a été finalement qualifiée de «chimère» par des interlocuteurs dépités, qui n'ont pas caché leur colère à ce propos. Toujours est-il que, contactés à ce sujet par Le Quotidien d'Oran, les responsables locaux de la Société Seor n'ont pas été en mesure d'expliquer avec exactitude les raisons de cette crise et ce, tout en reconnaissant en partie le très faible débit en matière d'AEP.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.