Cour d'Alger: début du procès en appel de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout    L'occupant israélien veut vider El Qods de ses habitants et de ses repères    Man City : Pep Guardiola n'a rien prévu pour son avenir    Des vents forts sur plusieurs wilayas à partir de dimanche après-midi    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Vous serez relogés après le vote"    Il sera bientôt mis en service    Une secousse tellurique de magnitude 4.0 enregistrée à Bejaia    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Les Aigles du Sahara prêts pour l'attaque !    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Faible participation, pas d'incidents    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Ethiopie risque de se diriger vers un génocide    Renforcer la recherche scientifique    Souriez, nous allons tous mourir !    Sachez que...    3,420 kg de kif saisis    Modeste engouement    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    MC Alger: Un gros chantier pour Ben Yahia    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    Chômage, prix et impératif civisme    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Le culte fécond ou stérile du passé    Giroud absent 3 semaines    L'enjeu des locales    La caution d'un «pacte»    Depuis le front, Abiy Ahmed promet «d'enterrer l'ennemi»    L'assaillant est un islamiste extrémiste    Les Algériens offusqués    L'oeil vigilant de la Présidence    Tebboune plaide le patriotisme économique    L'escroc des réseaux sociaux arrêté    Une ambiance bon enfant à Alger    Les élections locales par les chiffres    Relative affluence    «Ils veulent casser l'équipe nationale»    Accord avec Torres – Barça?    Un album pour préserver Tabelbala    Vendu 2,66 millions d'euros aux enchères    La classe au bout des doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nettoyage ethnique à Khan El Ahmar : la CPI mise devant ses responsabilités
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2018

Attaquée avec virulence par l'administration Trump et mise en demeure par elle de renoncer à l'ouverture de toute enquête contre des responsables civils ou militaires américains ou de pays amis des Etats-Unis au motif qu'ils sont susceptibles d'avoir ordonné ou commis des crimes de guerre dans le cadre de conflits où leurs pays sont impliqués, la Cour pénale internationale (CPI) a répliqué avec panache que l'attaque américaine ne l'impressionne pas et que malgré les menaces dont ils ont été l'objet ses magistrats n'abdiqueront pas.
Saluée et approuvée internationalement pour sa courageuse réplique à l'opération d'intimidation entreprise à son encontre par Washington, la CPI vient de se voir offrir l'opportunité de démontrer que sa détermination affichée à passer outre l'injonction américaine n'est pas qu'un simple effet d'annonce. En effet, Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a annoncé que son organisation a déposé une plainte auprès de la CPI pour crimes de guerre israéliens dans Khan Al Ahmar, un village bédouin de Cisjordanie aux abords de Jérusalem entre deux colonies juives que l'armée sioniste a entrepris de raser et de procéder au transfert forcé de sa population dans un but de nettoyage ethnique clairement évident. L'opération entreprise contre ce village a été justifiée du côté israélien par l'arrêt de la Cour suprême de l'Etat sioniste ayant statué en faveur de sa démolition. Cette pseudo-couverture juridique n'enlève rien au caractère d'opération d'épuration ethnique sciemment voulue à travers le rasage de Khan Al Ahmar. Et c'est ainsi que l'a dénoncé la communauté internationale et que l'ont qualifié les autorités palestiniennes qui ont déposé plainte auprès de la CPI.
En Palestine, l'occupant sioniste commet l'autre crime de guerre qui consiste à tirer à balles réelles sur de pacifiques manifestants. Depuis le début de la manifestation pour le retour à laquelle la population de la bande de Ghaza participe aux limites séparant celle-ci du territoire israélien, l'armée de l'Etat sioniste fait un carnage dont le décompte s'élève à près de deux cents morts, parmi lesquels des femmes et des enfants. Si la Cour pénale internationale (CPI) est véritablement dans la détermination de montrer que sa compétence et sa justice valent pour tous les crimes de guerre et crimes contre l'humanité, ce qui se passe en Palestine lui en fournit incontestablement l'occasion. C'est d'ailleurs pour l'en détourner que l'administration américaine s'en est prise à elle et qu'elle a décidé d'enclencher une batterie de sanctions contre les Palestiniens pour les dissuader de l'actionner contre son allié et protégé israélien.
Le temps long que met la justice à se mettre en branle quand elle fait l'objet de saisine ne doit pas fournir à la CPI matière à échappatoire face à la plainte palestinienne. Elle doit au contraire faire la preuve qu'elle est sensible à l'invocation par la partie plaignante palestinienne de l'urgence de sa saisine sur les crimes de guerre dont est victime sans défense la population des territoires occupés et de la bande de Ghaza.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.