Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ignoble chantage israélien
Netanyahu gèle le transfert de 106 millions d'euros à l'Autorité palestinienne
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2015

Le négociateur palestinien en chef, Saeb Erekat, a qualifié la décision israélienne de «crime de guerre». Il a promis que les Palestiniens ne reculeront pas devant les pressions israéliennes.
En riposte à la décision de la direction palestinienne d'adhérer à 20 conventions internationales, dont celle de Rome régissant la Cour pénale internationale, prise mercredi, le gouvernement israélien a décidé de geler le transfert de 106 millions d'euros à l'Autorité palestinienne. Cette somme représente les taxes prélevées sur les marchandises destinées au marché palestinien transitant par les frontières contrôlées par l'Etat hébreu. C'est donc de l'argent palestinien à 100%.
Un argent sur lequel, faut-il le rappeler, Israël prélève un certain pourcentage. Le gel de cet argent est un vol pur et simple. C'est une méthode qui a été utilisée à maintes reprises par Tel-Aviv pour faire pression ou même punir les Palestiniens à chaque fois que leurs représentants prennent des décisions jugées contraires à ses intérêts. C'est ce qui s'est produit après l'installation du gouvernement Hamas après les législatives en 2006. Israël avait en effet arrêté de transférer le montant de ces taxes durant plus d'une année.
Il y a lieu de rappeler que cet argent sert à payer les salaires de près de 150 000 employés civils et militaires de l'Autorité palestinienne. Ceux-ci n'ont d'ailleurs toujours pas touché leur traitement du mois de décembre 2014. Pour les Palestiniens dont la vie dépend de ces salaires, les prochains jours risquent d'être très compliqués. L'ignoble chantage israélien va avoir également des retombées terribles sur la machine économique palestinienne dont le fonctionnement dépend de ces salaires.
Le raisonnement vaut notamment pour la bande de Ghaza, où une extrême pauvreté touche les deux tiers de la population. Le négociateur palestinien en chef, Saeb Erekat, a qualifié la décision israélienne de «crime de guerre». Il a promis que les Palestiniens ne reculeront pas devant les pressions israéliennes. Il faut rappeler qu'au lendemain de l'échec au Conseil de sécurité de la résolution palestinienne réclamant une fin de l'occupation israélienne d'ici fin 2017, la Palestine a demandé officiellement, vendredi, à adhérer à une vingtaine d'organismes internationaux, dont la Cour pénale internationale (CPI).
Cette adhésion a été rendue possible après le changement de statut de l'Etat de Palestine à l'ONU en novembre 2012. Ce n'est pas tout. Après l'entrée, ce mois de janvier, au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, de plusieurs pays soutenant la cause palestinienne, la direction palestinienne pense remettre de nouveau sur la table son projet de résolution rejeté pour ne pas avoir pu réunir les 9 voix nécessaires à son adoption.
Quoi qu'il en soit, l'offensive diplomatique palestinienne a affolé l'occupant israélien qui craint désormais de se retrouver isolé sur la scène internationale. Le dernier vote au Conseil de sécurité de l'ONU a montré aussi que ce sont les Etats-Unis qui empêchent le règlement du conflit palestino-israélien.
Panique en Israël
La ténacité de la direction palestinienne, représentée par Mahmoud Abbas, qui a exécuté ses menaces d'adhésion à plus d'organismes internationaux, dont la CPI qui est capable de juger les responsables israéliens pour crimes de guerre, a surpris aussi bien Israël que son allié américain. C'est ce qui explique leurs réactions immédiates de priver l'Autorité palestinienne d'argent, espérant que la crise économique et sociale qui en résultera obligera Mahmoud Abbas à changer de cap.
Mais celui-ci reste soutenu par la population. L'Administration américaine a menacé, en effet, aussi de priver les Palestiniens de ses aides financières annuelles. L'occupant israélien et son protecteur américain utiliseront sûrement d'autres moyens pour faire abdiquer Mahmoud Abbas. En cas d'échec, ils penseront probablement même à son élimination physique, comme ils l'ont fait avec son prédécesseur Yasser Arafat.
Ce dernier était devenu, subitement, à leurs yeux, un non-partenaire dans le soi-disant processus de paix, tout juste parce qu'il a refusé de faire des concessions sur des questions de principe symbolisant la cause palestinienne, en l'occurrence la création d'un Etat palestinien indépendant selon les frontières d'avant l'occupation israélienne de 1967. Soit exactement ce que revendique Mahmoud Abbas aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.