Barrage éthiopien de la Renaissance: réunion des Etats du Nil les 28 et 29 janvier    Secousse de magnitude 3 degrés enregistrée à Jijel (CRAAG)    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Alliés pour tuer le progrès !    L'exception d'inconstitutionnalité au centre d'un workshop mardi à Alger    Pour une conférence nationale indépendante    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    PAD : pour un aboutissement démocratique du hirak    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    L'économie et la crise libyenne au menu    L'USMA manquait d'armurerie !    Le Sept national en route vers le TQO    Les actes qui "tuent" les promesses    Campagne de sensibilisation de lutte contre les dangers du monoxyde de carbone    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    Journée de sensibilisation dans les écoles de Belacel    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Plusieurs dossiers au menu de la visite du président turc dimanche en Algérie    Le président Tebboune procède à un mouvement dans le corps des walis    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Le plan de surveillance tarde à être mis en place en Algérie    En bref    Real : La réponse de Zidane à Le Graët    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Championnats de la catégorie Réserve : Matchs programmés les mardis    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    Misserghine: Près de 6.000 demandes pour 700 logements sociaux    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Gestion d'épicerie !    Libye et économie au menu: Erdogan à Alger pour deux jours    31 morts et 856 blessés sur les routes en une année    Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Flappy Bird : le petit oiseau jaune de retour en mode battle royale    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Finances: Les hydrocarbures ne vont plus assurer la croissance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 10 - 2018

Le gouvernement a abandonné la piste des hydrocarbures pour relancer la croissance économique en 2019, qu'il a prévue en baisse par rapport à 2018 dans son projet de loi de finances, examiné hier dimanche en commission au Parlement. Le ministre des Finances Abderahmane Raouya, qui a présenté devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) le PLF 2019, a clairement indiqué que l'exécutif ne comptera plus sur les ventes d'hydrocarbures pour soutenir la croissance en 2019, prévue en baisse à 2,6% contre les 4% prévus pour cette année. Le ministre des Finances a indiqué que le projet de loi de finances pour 2019 prévoit un taux de croissance économique globale de 2,9% et de 3,2% hors hydrocarbure. Les secteurs de l'Industrie, du BTP, l'Agriculture ou les Services seront sollicités pour soutenir la croissance en 2019, explique le ministre selon lequel les prévisions d'exportations des hydrocarbures tablent sur un recul de 1% en termes de volume pour s'établir à 33,2 milliards de dollars.
Selon le premier argentier du pays, en volume, la croissance hors hydrocarbures en 2019 sera dans le secteur du Bâtiment et des Travaux publics de 4,7%, de 5% dans l'Industrie, de 3,7% dans l'Agriculture et de 1,8% dans les services marchands et non marchands de l'Etat. Le PLF 2019 a été élaboré sans surprise sur la base d'un prix classique du brut à 50 dollars par rapport à un prix moyen sur les marchés pétroliers de 60 dollars/baril, explique encore le PLF 2019, qui prévoit en outre que la parité du dinar algérien devrait se situer autour de 118 dinars pour un dollar, alors que l'inflation prévue sera de 4,5% en 2019 contre 5% en 2018. Pour 2020, le gouvernement prévoit un taux d'inflation de 3,9% et 3,5% en 2021. Optimiste, le gouvernement escompte réaliser en 2020 une croissance économique de 3,4% et 3,2% en 2021 avec une moyenne de croissance hors hydrocarbure de 3,1% en 2020-2021. Les prévisions du PLF 2019 tablent par ailleurs sur une légère remontée du volume des exportations d'hydrocarbures de 4,2% en 2020, générant des recettes estimées à 34,5 milliards de dollars et de 2% en 2021 pour des recettes de 35,2 milliards de dollars.
Vers une précarité financière
En matière de commerce extérieur, le même projet de loi de finances prévoit un recul des importations en 2019 à 44 milliards de dollars en 2019, 42,9 milliards de dollars en 2020, et 41,8 milliards de dollars en 2021. Fatalement, le déficit de la balance commerciale sera très important, selon le texte de projet de loi, de 10,4 milliards de dollars en 2019, 8,2 milliards de dollars en 2020 et 6,4 milliards de dollars en 2021. Dans la foulée, le gouvernement prévoit sur la période 2019-2021 une baisse continue de la balance des paiements, qui devrait retomber de 17,2 milliards de dollars en 2019 à 14,2 milliards de dollars en 2020 et 14 milliards de dollars en 2021. Les réserves de change vont cependant se contracter pour passer en 2019 à 62 milliards de dollars, puis 47,8 milliards de dollars en 2020 et 33,8 milliards de dollars en 2021. Une érosion très rapide et franche des réserves de change, qui s'établissaient à 88,1 milliards de dollars à fin juin dernier.
Ces chiffres montrent clairement que l'économie algérienne va traverser une période de grande précarité financière et seule une remontée du volume des exportations de brut et une hausse soutenue des cours au-delà des 80 dollars/baril peuvent donner quelques assurances sur le front économique externe. Le ministre des Finances a dans ce sens souligné que le projet de loi de finances pour 2019 poursuit les efforts du gouvernement pour éliminer progressivement l'impact négatif sur l'économie nationale du recours au financement non conventionnel, dicté par une baisse drastique des recettes pétrolières et une forte pression sur les réserves de change induite par une hausse incontrôlée des importations à plus de 45 milliards de dollars prévus pour 2018. D'autre part, les recettes budgétaires prévues pour 2019 sont de 6.507,9 mds de dinars, en hausse de +0,2% (6.496,58 mds de dinars prévus en clôture de 2018), et les dépenses s'établiraient à 8.502,2 mds de dinars, en baisse de 1,5% par rapport à 2018 (8.628 mds de DA), soit un déficit budgétaire de 9,2% par rapport au PIB. Le même PLF 2019 prévoit une hausse de 7,5% des dépenses de fonctionnement à 4.954.5 milliards de dinars et une baisse des dépenses d'équipement de -6,1% pour les autorisations de programme qui baisseront à 2.601,7 milliards de dinars et -12,2% pour les crédits de paiements, qui se situeraient à 3.547,7 milliards de dinars contre 4.043,3 milliards pour 2018. Les membres de la commission de l'APN ont entamé, au terme de cette présentation faite par le ministre des Finances, le débat autour du projet de loi avec le ministre et les directeurs centraux du ministère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.