Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Depuis le début de l'année: Près de 1.900 harraga interceptés ou secourus à l'ouest
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 11 - 2018

Pas moins de 33 opérations de sauvetage et de recherches en mer ont été effectuées depuis le début de l'année par les forces navales de la façade maritime ouest au large d'Oran, Mostaganem, Aïn Témouchent et Ghazaouet dans la wilaya de Tlemcen. Ces opérations qui ont nécessité d'importants moyens humains et matériels ont permis de porter secours à 413 candidats à l'émigration clandestine dont 97 Subsahariens.
Ces harraga ont été secourus en pleine traversée vers les côtes espagnoles après que leurs embarcations de fortune sont tombées en panne. D'autre part, 87 opérations ont été menées et ont permis d'intercepter 1.478 harraga dont 69 mineurs et 44 femmes. Parmi ces migrants, 36 Marocains, 3 Libyens et 26 Subsahariens. Ils ont interceptés suite à des patrouilles et également suite à l'exploitation d'informations.
Depuis plusieurs mois, les forces navales de la façade maritime ouest ont redoublé de vigilance en renforçant leur dispositif de contrôle afin de lutter contre ce phénomène qui met en danger des dizaines de vies humaines. Souvent, ces jeunes frôlent la mort après que leurs embarcations se sont renversées. Si certains, plus chanceux, ont pu être sauvés, d'autres malheureusement ont péri lors de la traversée comme en témoignent les dizaines de cadavres repêchés ces derniers mois par les unités de la Protection civile. Toutefois et en dépit du danger encouru, certains continuent à tenter ces aventures périlleuses mettant même parfois en danger la vie de leurs progénitures comme ce fut le cas des 14 candidats à l'émigration dont une femme et son bébé de quatre mois, ramenés, difficilement, en octobre dernier, sur la terre ferme par les gardes-côtes d'Oran. Ces harraga avaient refusé d'obtempérer et sont allés jusqu'à s'asperger d'essence, menaçant de s'immoler par le feu. Les gardes-côtes pour leur part ont vu leurs interventions doubler, voire tripler, afin de mettre en échec ces tentatives d'émigration clandestine. Ces harraga en quête de vie meilleure font appel à des réseaux d'intermédiaires qui leur procurent embarcation et carburant contre d'importantes sommes d'argent. Les passeurs mettent parfois à la disposition de migrants de fausses boussoles, des gilets de sauvetage contrefaits, ce qui les expose au danger.
En début d'année, une commission, présidée par le wali d'Oran et composée des services des gardes-côtes, de la gendarmerie et de la sûreté de la wilaya d'Oran, avait été installée pour tenter de faire face au phénomène de l'émigration clandestine, étudier son évolution et dégager des solutions. Les éléments du groupement de la gendarmerie et la sûreté d'Oran ont, pour leur part, renforcé leur dispositif sur la terre ferme pour lutter contre l'émigration clandestin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.