Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La revanche des riches
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 12 - 2018

C'est une bataille insidieuse, de longue haleine, où le temps n'a guère d'importance tant ceux qui la mènent considèrent que les jours, les mois et les années qui passent travaillent pour eux.
Le monde dit développé a changé depuis longtemps de paradigme mais on feint encore de l'ignorer. Nous pensons qu'il vit toujours dans l'ère qui fut celle de tous les possibles au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Celle de la signature de la déclaration universelle des droits de l'homme, celle des lois sociales en faveur du bien-être général, celle des acquis dont on n'osait même pas rêver à l'époque du bien industrieux dix-neuvième siècle.
Cette époque qui engendra baby-boom et plein-emploi fut même celle de l'amorce, vaille que vaille, de l'élan décolonisateur. Tout cela est révolu. Nous assistons aujourd'hui à une réelle régression.
Tout ce qui a été concédé par les riches, les détenteurs du capital et des moyens de production, est en train d'être repris d'une main ferme qui ne tolère pas la contestation ou la résistance. Ce qui se passe actuellement en France le montre bien. Au-delà de la chronique quotidienne ou plutôt hebdomadaire des actions menées par les gilets jaunes, c'est bien un mécanisme de dépossession qui fonctionne sous nos yeux, qui se camoufle derrière des grands mots tels que « état d'urgence sociale et économique » et qui s'entérine dans les cénacles où l'on dispose du seul pouvoir qui compte, celui de décider pour les autres. Le maître-mot dans cette affaire est « réforme ». Longtemps, ce terme a eu une connotation positive pour les principaux concernés. Aujourd'hui, il signifie qu'ils vont perdre quelque chose. Au nom d'un soi-disant principe de rationalité économique qui est la couverture habituelle de l'idéologie néo-libérale.
Ainsi, la suppression de l'impôt sur la fortune décidé par le président Emmanuel Macron et le refus de ce dernier de revenir sur cette mesure malgré la colère d'une grande partie des Français n'est pas juste une mesure idéologique. C'est l'aboutissement d'années et d'années de phrases répétées à l'envi, d'argumentaires renouvelés. C'est l'inversion de la dynamique de conquête. C'est la reprise en main d'un territoire abandonné au nom de la paix sociale, des politiques de redistribution et de défense de l'Etat-providence. C'est une victoire de ceux d'en-haut qui ont dû pendant longtemps s'accommoder des gains sociaux arrachés par ceux d'en-bas.
Les « Rouges » ne sont plus là, du moins ceux de Moscou. Ceux de Pékin, quant à eux, sont devenus des apôtres du libéralisme économique, du libre-échange commercial et du développement tentaculaire des firmes transnationales. Autrement dit, il n'y a plus personne pour faire peur aux riches si ce n'est des rivaux de même nature. Rien qui puisse constituer un contre-modèle puissant, un rival qui représenterait une source d'espérance pour ceux d'en-bas, qui leur offrirait une alternative et qui donc obligerait les possédants à faire des concessions. À ne pas aller trop loin, à ne pas pousser le bouchon trop fort. L'explosion planétaire des inégalités le démontre. Une ère de tous les possibles existe encore mais elle ne concerne qu'une minorité. Et cette minorité ne veut pas se priver de sa revanche. Pourquoi, d'ailleurs, le ferait-elle ?
La liste des « fut concédé mais désormais repris » est longue. La précarité de statut guette les salariés. Dans certains métiers, comme le journalisme, on en revient peu à peu au paiement à la tâche. L'uberisation des professions n'est pas un fantasme mais une réalité concrète. Diminuer la masse salariale, transformer ses employés en sous-traitants individuels et ainsi réduire encore plus ses contributions sociales est la norme. Des travailleurs se voient proposer de continuer à occuper le même poste et à avoir les mêmes responsabilités à condition de s'externaliser et de payer eux-mêmes pour leur assurance-maladie, leur mutuelle et leur retraite.
On leur impose de devenir des sortes d'artisans, des mini-entreprises qui doivent se débrouiller seules sans bénéficier de la solidarité nationale et intergénérationnelle.
Les syndicats sont comme les Rouges. Ils furent une puissance, un contrepoids. Aujourd'hui, ils ne pèsent guère. Il n'est d'ailleurs pas étonnant que la Confédération générale du travail (CGT) ait pris de haut le mouvement des gilets jaunes qui le lui ont bien rendu. Les syndicats, quelle que soit leur obédience ou leur orientation, en sont réduits à défendre des pré-carré qui se réduit comme une peau de chagrin. Les rouges ne sont plus là et même la CGT ne fait même plus peur.
Il est encore trop tôt pour juger de l'impact à long terme du mouvement atypique des gilets jaunes. Mais il est impossible d'oublier ces deux dernières semaines et ce qu'elles ont engendré comme trouble au sommet de l'Etat. Comment oublier cette panique au sein de la majorité d'Emmanuel Macron au point que toutes les hypothèses étaient évoquées (démission, dissolution du parlement,…).
L'irruption d'une violence incroyable dans les rues de Paris et d'ailleurs, une violence qui était le fait d'anonymes n'ayant rien à voir avec les habituels adversaires organisés des forces de l'ordre, a beaucoup pesé. Cette violence s'est étendue, elle a pris de court gouvernants et observateurs. Une chose est certaine. Si rien ne change vraiment, elle reviendra. Encore plus forte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.