L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La revanche des riches
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 12 - 2018

C'est une bataille insidieuse, de longue haleine, où le temps n'a guère d'importance tant ceux qui la mènent considèrent que les jours, les mois et les années qui passent travaillent pour eux.
Le monde dit développé a changé depuis longtemps de paradigme mais on feint encore de l'ignorer. Nous pensons qu'il vit toujours dans l'ère qui fut celle de tous les possibles au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Celle de la signature de la déclaration universelle des droits de l'homme, celle des lois sociales en faveur du bien-être général, celle des acquis dont on n'osait même pas rêver à l'époque du bien industrieux dix-neuvième siècle.
Cette époque qui engendra baby-boom et plein-emploi fut même celle de l'amorce, vaille que vaille, de l'élan décolonisateur. Tout cela est révolu. Nous assistons aujourd'hui à une réelle régression.
Tout ce qui a été concédé par les riches, les détenteurs du capital et des moyens de production, est en train d'être repris d'une main ferme qui ne tolère pas la contestation ou la résistance. Ce qui se passe actuellement en France le montre bien. Au-delà de la chronique quotidienne ou plutôt hebdomadaire des actions menées par les gilets jaunes, c'est bien un mécanisme de dépossession qui fonctionne sous nos yeux, qui se camoufle derrière des grands mots tels que « état d'urgence sociale et économique » et qui s'entérine dans les cénacles où l'on dispose du seul pouvoir qui compte, celui de décider pour les autres. Le maître-mot dans cette affaire est « réforme ». Longtemps, ce terme a eu une connotation positive pour les principaux concernés. Aujourd'hui, il signifie qu'ils vont perdre quelque chose. Au nom d'un soi-disant principe de rationalité économique qui est la couverture habituelle de l'idéologie néo-libérale.
Ainsi, la suppression de l'impôt sur la fortune décidé par le président Emmanuel Macron et le refus de ce dernier de revenir sur cette mesure malgré la colère d'une grande partie des Français n'est pas juste une mesure idéologique. C'est l'aboutissement d'années et d'années de phrases répétées à l'envi, d'argumentaires renouvelés. C'est l'inversion de la dynamique de conquête. C'est la reprise en main d'un territoire abandonné au nom de la paix sociale, des politiques de redistribution et de défense de l'Etat-providence. C'est une victoire de ceux d'en-haut qui ont dû pendant longtemps s'accommoder des gains sociaux arrachés par ceux d'en-bas.
Les « Rouges » ne sont plus là, du moins ceux de Moscou. Ceux de Pékin, quant à eux, sont devenus des apôtres du libéralisme économique, du libre-échange commercial et du développement tentaculaire des firmes transnationales. Autrement dit, il n'y a plus personne pour faire peur aux riches si ce n'est des rivaux de même nature. Rien qui puisse constituer un contre-modèle puissant, un rival qui représenterait une source d'espérance pour ceux d'en-bas, qui leur offrirait une alternative et qui donc obligerait les possédants à faire des concessions. À ne pas aller trop loin, à ne pas pousser le bouchon trop fort. L'explosion planétaire des inégalités le démontre. Une ère de tous les possibles existe encore mais elle ne concerne qu'une minorité. Et cette minorité ne veut pas se priver de sa revanche. Pourquoi, d'ailleurs, le ferait-elle ?
La liste des « fut concédé mais désormais repris » est longue. La précarité de statut guette les salariés. Dans certains métiers, comme le journalisme, on en revient peu à peu au paiement à la tâche. L'uberisation des professions n'est pas un fantasme mais une réalité concrète. Diminuer la masse salariale, transformer ses employés en sous-traitants individuels et ainsi réduire encore plus ses contributions sociales est la norme. Des travailleurs se voient proposer de continuer à occuper le même poste et à avoir les mêmes responsabilités à condition de s'externaliser et de payer eux-mêmes pour leur assurance-maladie, leur mutuelle et leur retraite.
On leur impose de devenir des sortes d'artisans, des mini-entreprises qui doivent se débrouiller seules sans bénéficier de la solidarité nationale et intergénérationnelle.
Les syndicats sont comme les Rouges. Ils furent une puissance, un contrepoids. Aujourd'hui, ils ne pèsent guère. Il n'est d'ailleurs pas étonnant que la Confédération générale du travail (CGT) ait pris de haut le mouvement des gilets jaunes qui le lui ont bien rendu. Les syndicats, quelle que soit leur obédience ou leur orientation, en sont réduits à défendre des pré-carré qui se réduit comme une peau de chagrin. Les rouges ne sont plus là et même la CGT ne fait même plus peur.
Il est encore trop tôt pour juger de l'impact à long terme du mouvement atypique des gilets jaunes. Mais il est impossible d'oublier ces deux dernières semaines et ce qu'elles ont engendré comme trouble au sommet de l'Etat. Comment oublier cette panique au sein de la majorité d'Emmanuel Macron au point que toutes les hypothèses étaient évoquées (démission, dissolution du parlement,…).
L'irruption d'une violence incroyable dans les rues de Paris et d'ailleurs, une violence qui était le fait d'anonymes n'ayant rien à voir avec les habituels adversaires organisés des forces de l'ordre, a beaucoup pesé. Cette violence s'est étendue, elle a pris de court gouvernants et observateurs. Une chose est certaine. Si rien ne change vraiment, elle reviendra. Encore plus forte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.