Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    Etats-Unis : Les démocrates rêvent de destituer Trump    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Tizi Ouzou : 1581 nouveaux cas de cancer en 2018    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Transition politique : On avance à tatons    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2019

  Un rassemblement en soutien avec le journaliste Adlène Mellah, condamné à une année de prison, a été organisé hier à la maison de la presse Tahar Djaout, en présence de journalistes, membres de la société civile, militants et citoyens.
Zoubida Assoul, avocate du détenu et porte-parole du mouvement Mouatana, a appelé à l'équité du procès de Mellah, en application des «lois en vigueur», comme l'avait exigé l'épouse du journaliste, dans une lettre rendue publique, à l'issue d'une visite qu'elle lui a rendue le 10 janvier dernier, qui a revendiqué un «procès équitable dans lequel tous ses droits seront garantis, loin de toutes les mesures politiciennes qui l'avaient conduit à la prison». La robe noire a également appelé au rassemblement le jour du procès pour, dit-elle, «montrer au régime que nous n'avons pas peur car nous défendons toutes les personnes qui ne jouissent pas de leurs droits constitutionnels», le procès en appel étant fixé pour le 23 janvier prochain. Zoubida Assoul a tenu à dénoncer les conditions d'incarcération de son client à la prison d'El-Harrach tout en déplorant la détérioration de sa santé suite à sa grève de la faim. A ce sujet, l'épouse du journaliste, directeur du site d'information Dzair Presse, avait alerté l'opinion publique sur un «état de santé très dégradé dont je suis choquée» et qui menace sa vie «plus que jamais». Elle précise que son mari «n'arrive pas à bouger son bras et son pied gauches, à cause de ce qui semble être le début d'une paralysie partielle» ainsi que «d'une infection aux yeux à cause de la lumière qui reste allumée toute la nuit dans sa cellule». Elle avait exprimé ses regrets concernant le «silence des responsables qui pèse autour de l'affaire, loin des droits de l'homme que la Constitution algérienne garantit aux citoyens». Pour son épouse, Adlène Mellah «ne fait pas cette grève de la faim pour gagner la sympathie de quiconque, ou de réclamer le pardon pour une erreur qu'il n'a pas commise, mais pour avoir droit à un procès équitable et à ses droits, selon les lois et la Constitution algériennes. Un procès dans lequel les avocats pourront plaider la cause de leur client et exposer les dépassements dont il a été victime à cause de son activité politique qui aurait dérangé des cercles, ces derniers n'ont pas trouvé de solutions à part l'instrumentalisation de la justice et de prendre le risque de sacrifier l'Etat de droit afin de réduire au silence des voix et de faire taire un journaliste qui exerce son droit constitutionnel à la critique dans le respect des lois de la république».
Par ailleurs, les manifestants de ce sit-in de solidarité ont demandé la libération de Adlène Mellah, scandant que «la presse n'est pas un crime». Condamné à une année de prison ferme par le tribunal de Bab El Oued pour «incitation à attroupement non armé», «insubordination» et «outrage à fonctionnaire», le journaliste est en grève de la faim depuis plus de deux semaines. Il avait été arrêté le 9 décembre dernier près du TNA alors qu'il avait participé à un rassemblement de soutien à Réda City 16. Le collectif d'avocats du journaliste avait décidé de se retirer, dénonçant l'absence de conditions légales de la tenue d'un procès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.