Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2019

  Un rassemblement en soutien avec le journaliste Adlène Mellah, condamné à une année de prison, a été organisé hier à la maison de la presse Tahar Djaout, en présence de journalistes, membres de la société civile, militants et citoyens.
Zoubida Assoul, avocate du détenu et porte-parole du mouvement Mouatana, a appelé à l'équité du procès de Mellah, en application des «lois en vigueur», comme l'avait exigé l'épouse du journaliste, dans une lettre rendue publique, à l'issue d'une visite qu'elle lui a rendue le 10 janvier dernier, qui a revendiqué un «procès équitable dans lequel tous ses droits seront garantis, loin de toutes les mesures politiciennes qui l'avaient conduit à la prison». La robe noire a également appelé au rassemblement le jour du procès pour, dit-elle, «montrer au régime que nous n'avons pas peur car nous défendons toutes les personnes qui ne jouissent pas de leurs droits constitutionnels», le procès en appel étant fixé pour le 23 janvier prochain. Zoubida Assoul a tenu à dénoncer les conditions d'incarcération de son client à la prison d'El-Harrach tout en déplorant la détérioration de sa santé suite à sa grève de la faim. A ce sujet, l'épouse du journaliste, directeur du site d'information Dzair Presse, avait alerté l'opinion publique sur un «état de santé très dégradé dont je suis choquée» et qui menace sa vie «plus que jamais». Elle précise que son mari «n'arrive pas à bouger son bras et son pied gauches, à cause de ce qui semble être le début d'une paralysie partielle» ainsi que «d'une infection aux yeux à cause de la lumière qui reste allumée toute la nuit dans sa cellule». Elle avait exprimé ses regrets concernant le «silence des responsables qui pèse autour de l'affaire, loin des droits de l'homme que la Constitution algérienne garantit aux citoyens». Pour son épouse, Adlène Mellah «ne fait pas cette grève de la faim pour gagner la sympathie de quiconque, ou de réclamer le pardon pour une erreur qu'il n'a pas commise, mais pour avoir droit à un procès équitable et à ses droits, selon les lois et la Constitution algériennes. Un procès dans lequel les avocats pourront plaider la cause de leur client et exposer les dépassements dont il a été victime à cause de son activité politique qui aurait dérangé des cercles, ces derniers n'ont pas trouvé de solutions à part l'instrumentalisation de la justice et de prendre le risque de sacrifier l'Etat de droit afin de réduire au silence des voix et de faire taire un journaliste qui exerce son droit constitutionnel à la critique dans le respect des lois de la république».
Par ailleurs, les manifestants de ce sit-in de solidarité ont demandé la libération de Adlène Mellah, scandant que «la presse n'est pas un crime». Condamné à une année de prison ferme par le tribunal de Bab El Oued pour «incitation à attroupement non armé», «insubordination» et «outrage à fonctionnaire», le journaliste est en grève de la faim depuis plus de deux semaines. Il avait été arrêté le 9 décembre dernier près du TNA alors qu'il avait participé à un rassemblement de soutien à Réda City 16. Le collectif d'avocats du journaliste avait décidé de se retirer, dénonçant l'absence de conditions légales de la tenue d'un procès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.