Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vous êtes les plus mauvais exemples
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 01 - 2019

Nous rentrons ainsi dans la peau d'un responsable. Loin de son personnage. A regarder autour de soi, observer ou lire les actes de ceux qui gèrent nos sorts, l'on se voit mal lotis. Malgré les nouveautés introduites dans les modes de gestion où la hiérarchie n'est qu'un indice salarial, certains des nôtres n'y voient qu'une supériorité.
Il est de notoriété publique de dire que le responsable doit quelque part jouir d'un nombre important de préalables qualitatifs. Car il devra outre exceller dans cette technicité professionnelle qui particularise le contexte attributionnel qui lui est confié, se prévaloir aussi d'autres atouts. L'ardeur et la passion qu'il développe face à son emploi. Et surtout cette nécessité de rendre justice à ceux qui la méritent, ne pas prendre des affaires publiques pour une affaire personnelle. Etre juste, droit et impartial. La volonté et la détermination en plus de la réflexion et l'initiative ne peuvent que le conforter dans la ferme décision qu'il sera appelé à prendre sans omettre de faire périodiquement son autocritique. Sans la ferme décision positive ou négative, il apparaîtra telle une hésitation paralysante. Que dire du volet communication et de son impérativité dans le fonctionnement d'un responsable ? Communiquer n'est pas brailler pompeusement des élocutions distraites à un auditoire convoqué et obligé d'ingurgiter toute baliverne. Communiquer a cet aspect envoûtant de mise à l'aise de son entourage. Il ne peut s'y dégager qu'une convivialité sereine sans pour autant nuire aux valeurs de rang qui distinguent l'un des autres. Offrir un sourire dans un moment de tourmente ne vise qu'à l'accroissement du moral des troupes. Une fausse mine ou une mine patibulaire favorise davantage sa destruction.
C'est ainsi qu'il existe plusieurs facteurs disqualificatifs du responsable. L'arrogance, la vanité et la suffisance. L'insouciance, difficilement dissimulable car publiquement perçue qu'il peut arborer sans état d'âme à l'égard du secteur qu'il dirige, constitue le premier indicateur d'une dérive qui surviendra sans doute même à la longue. Un ministre ne peut se permettre de penser à sa carrière quand son secteur est en proie à l'effervescence de la société pour laquelle il est là. Ce je-m'en-foutisme malheureusement est parfois pris pour une non-implication intuitu-personæ. Un défaut d'engagement. Il y a aussi au compte de la disqualification d'un responsable le parti pris. L'on peut former autour de soi, de son programme, un noyau dynamique qui pilotera le projet avec un esprit d'équipe. Mais l'on ne peut faire émerger ou aider à la constitution de clans. L'équipe rationnellement s'oppose au clan. Leur esprit respectif aussi. Et si son cabinet est pris par un chef brut, abrupt et mesquin, c'est que l'on est déjà pris en otage. Il vous emprisonne.
Un responsable, dans l'absolu, est censé produire des ordres. C'est à travers la production de ces ordres, commandements, directives, notes, décisions, etc., qu'il s'exprime. Qu'il soit stratégique ou tactique, l'ordre importe peu dans le mode de son expression, verbale ou expresse. S'il ne s'agissait là que de responsabilité recommandée traditionnellement par un formalisme d'une gestion désuète, l'ordre, loin d'un graphe ou d'un paraphe, ne serait qu'une conséquence à une clairvoyance déterminante d'avenir. La responsabilité y est de facto dès l'entame de l'exercice de pouvoirs. La construction d'un ordre comme une construction cellulaire obéit à des normes à peine d'échec de réception. Il doit être légal, précis, faisable et possible. On notera tout de même que la peur ou la trouille chez un responsable devient une inquiétude pour ses sujets et lui cause un lourd handicap à survivre professionnellement. Elle le déprécie. Par contre, le courage n'est pas dans l'excès de zèle plus qu'il n'est dans la crainte utile et l'étude de risques.
Il reste que le populisme et la recherche incessante de vouloir plaire à tout prix demeurent le mal viral qui gangrène le personnage du chef. La conscience nationale retiendra à la charge de certains gouverneurs ou dirigeants, en sus du dérèglement des mœurs qu'ils auraient engendrés au niveau des différentes sphères du pouvoir, le mensonge, la roublardise et la fausseté. D'où la sentence prophétique de clamer que le chef est soit un exemple à suivre (producteur d'ambition et de bonheur), soit un exemple à fuir (détracteur de valeurs et imposteur).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.