GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    RND : Seddik Chihab dément la démission de Ouyahia    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    ORAN : 3 voleurs de bétail arrêtés et 128 têtes récupérées    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Quel avenir pour le basket-ball algérien ?    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election présidentielle - Emigration : silences et interrogations
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 02 - 2019

Autant que leurs compatriotes du pays, les émigrés attendent avec une angoisse non dissimulée le rendez-vous électoral du 18 avril.
L'émigration algérienne en Europe a les yeux et les oreilles braqués sur l'étrange tranche de vie politique du pays qui part dans tous les sens à l'approche de l'élection présidentielle du 18 avril prochain avec, chez les uns une angoisse, chez les autres une distance désabusée et chez d'autres encore de la colère. Mais quelle que soit l'opinion des uns et des autres, aussi diverses et contradictoires soient-elles, un dénominateur commun réunit nos compatriotes émigrés : la perte de confiance et la peur de lendemains incertains. A chaque occasion de rencontres et de retrouvailles lors de soirées culturelles, de veillées événementielles, dans les cafés et bars, dans la rue et même dans les halls des aéroports pour des départs vers l'Algérie, la question de l'élection présidentielle s'installe dans les discussions et les commentaires se résument plus à des questionnements qu'à des pronostics sur tel ou tel candidat. «Que va-t-il se passer dans les semaines et mois à venir et surtout que se passera-t-il après le 18 avril ?» est l'interrogation principale à laquelle personne ne sait ou n'ose répondre. Tous regardent vers le pays dans l'espoir de comprendre et de se rassurer. Ce qui intrigue en particulier nos compatriotes est, à de très rares exceptions, ce silence observé par les médias étrangers sur le «cas de l'Algérie». Il ne se passe pas un jour où il n'est pas question dans les médias occidentaux d'une actualité électorale quelque part dans le monde : du Venezuela au Congo, de la Guinée Conakry au Sénégal, de la Chine aux Philippines et bien sûr dans l'Europe pays par pays et même aux USA où des candidats et candidates se sont déclarés deux ans avant la prochaine présidentielle. Ça vous donne le temps de voir venir et de comprendre. Curieusement, le cas algérien est zappé sans que personne ne comprenne pourquoi.
Le peu d'intérêt accordé à la présidentielle chez nous, voire le silence absolu dans beaucoup de pays européens laissent nos compatriotes dubitatifs: Cela veut-il dire que l'élection est jouée d'avance pour un cinquième mandat à M. Bouteflika» concluent les uns. «Pourquoi disserter sur une élection fermée et décidée d'avance, toujours au profit de M. Bouteflika» expliquent les autres. «Tant que les intérêts des Européens sont préservés, ils ne se mêlent pas de notre cuisine interne» estiment d'autres plus stoïques. Dans l'ensemble, les émigrés vivent un énorme paradoxe : ils s'interrogent eux-mêmes et sur eux-mêmes sur le pourquoi de ce silence autour de la présidentielle et en débattent tout le temps entre eux avec inquiétude.
D'ailleurs les émigrés en discutent sans cesse depuis toujours et dans le cas de M. Bouteflika depuis son premier mandat entamé en 1999. C'est-à-dire depuis 20 ans et avec toujours les mêmes interrogations. Restera-t-il encore cette fois-ci ? S'il se représente, il sera «réélu» à coup sûr estiment la majorité des émigrés. Il y a comme une sorte d'impuissance face au cours des événements politiques au pays. Le temps politique s'écoule comme les eaux souterraines, froides et silencieuses que personne ne voit et dont tous s'abreuvent. Parce que à chaque rendez-vous électoral, à fortiori une élection présidentielle, les émigrés ont été nombreux à voter et à renouveler leur confiance à Bouteflika et aux partis politiques dits de l'alliance présidentielle lors des législatives.
Ce qui les rapproche «sociologiquement et politiquement» du comportement de leurs compatriotes du pays : ils critiquent le «système» et ses élus, y compris Bouteflika et votent pour les mêmes à chaque élection. Que l'abstention ait été massive ou pas importe peu : seuls les votes exprimés font foi. Qu'il y ait eu fraude ou pas importe encore moins : seuls les votes exprimés légitiment les élus. C'est un constat observé dans tous les pays sous-développés ou ceux dit en «transition» vers la démocratie; tous ces pays en proie aux affres du pouvoir politique et à la recherche de la liberté depuis la nuit des temps. A moins de trois mois du 18 avril, les émigrés attendent avec impatience un signal de leur pays qui les éclaire sur l'enjeu de cette élection. Puis, comme ils votent quelques jours avant les Algériens au pays, ils enverront comme d'habitude à leur tour le «signal» pour en finir avec l'angoisse et les incertitudes jusqu'à dans cinq ans, jusqu'à tous les autres cinq ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.