Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Manifestations populaires et perspectives    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Les déboires des riverains continuent    Première section de formation pour les enfants autistes    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Lamamra maintient le cap    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Célébration du 19 mars à El Tarf.. Plusieurs projets inaugurés    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    SOUTIEN DU RND A LA CANDIDATURE DU PRESIDENT : Ouyahia corrige son porte-parole    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ambassadeur d'Algérie à Washington: Le dossier sahraoui pas un obstacle aux relations algéro-marocaines
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 02 - 2019

L'Algérie a réitéré mardi son refus de faire une sorte de «linkage» entre le développement de ses relations bilatérales avec le Maroc et la question, prise en charge par l'ONU, de la décolonisation au Sahara Occidental.
C'est ce qu'a confirmé l'ambassadeur d'Algérie à Washington Madjid Bouguerra lors d'un débat organisé par le Think Tank américain «Center For The National Interest» sur le rôle d'Alger dans la lutte régionale contre le terrorisme. Il a expliqué aux participants de cette rencontre, dont des diplomates européens, asiatiques et arabes, ainsi que des organes de presse américains, que le dossier sahraoui, géré par les Nations Unies, ne peut être un obstacle au développement des relations bilatérales entre l'Algérie et le Maroc.
Le diplomate algérien, qui a rappelé la position constante du pays sur ce dossier, en particulier le soutien de l'Algérie à une solution politique globale qui ouvrirait la voie à l'organisation d'un référendum d'autodétermination dans ce territoire non autonome, a affirmé qu'il ne peut y avoir de liens entre cette question et les relations bilatérales entre les deux pays. M. Bouguerra répondait lors de ce débat à une question d'un ancien diplomate américain, qui s'interrogeait si l'Algérie et le Maroc pouvaient coopérer ensemble en dépit des décennies de divergences sur la question du Sahara Occidental. L'ambassadeur d'Algérie dans la capitale fédérale a expliqué que «nous avons toujours dit que nous sommes prêts à travailler avec le Maroc pour améliorer nos relations bilatérales avec une seule condition : que nos frères marocains n'imposent pas de conditions», avant de souligner que le Maroc a toujours demandé que l'Algérie infléchisse sa position sur le Sahara Occidental pour faire avancer la coopération bilatérale.
Pour l'Algérie, «il s'agit bien d'une question traitée au niveau de l'ONU, qui engage deux parties à savoir le Maroc et le Front Polisario», a rappelé M. Bouguerra, qui a expliqué que ‘'nous avons toujours appelé à séparer les deux questions.» Il a également évoqué les appels de l'Algérie au Maroc pour discuter ensemble des questions migratoires et du trafic de drogue, mais «les Marocains n'ont pas donné suite à nos appels», a-t-il dit, avant de préciser que «cela n'affecte pas notre volonté politique d'œuvrer pour le développement de nos relations.» L'ambassadeur algérien a par ailleurs expliqué aux participants à ce débat que l'Algérie est le seul pays maghrébin qui a signé et ratifié tous les accords de l'UMA (Union du Maghreb arabe). Fin novembre dernier, l'Algérie avait annoncé une initiative pour relancer l'UMA, moins de deux semaines après l'appel du roi du Maroc pour une relance des relations maroco-algériennes. «L'Algérie a saisi officiellement le Secrétaire général de l'Union du Maghreb arabe, pour l'appeler à organiser dans les délais les plus rapprochés une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UMA», avait indiqué le ministère algérien des Affaires étrangères.
«Cette demande a été portée à la connaissance des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'Union», selon un communiqué du ministère, qui précise que ‘'cette initiative s'inscrit en droite ligne de la conviction intime et maintes fois exprimée par l'Algérie de la nécessité de la relance de l'édification de l'ensemble maghrébin et de la réactivation de ses instances.» «La relance des réunions du Conseil des ministres, à l'initiative de l'Algérie, est de nature à introduire un effet catalyseur susceptible de redynamiser les activités des autres organes de l'Union du Maghreb arabe». L'initiative de l'Algérie est en quelque sorte une réponse officielle à l'appel du roi du Maroc, début novembre, pour une relance des relations bilatérales algéro-marocaines. Mohamed VI avait en effet, dans son discours commémorant le 43ème anniversaire de l'occupation du Sahara Occidental, affirmé «la disposition du Maroc au dialogue direct et franc (avec l'Algérie sœur), afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations.» Et a proposé, dans la foulée, «la création d'un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation'', estimant que ‘'le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d'un commun accord.» Mais, plus de deux mois après, Rabat n'a pas donné de réponse à l'initiative algérienne.
Par ailleurs, sur la question «du manque de coopération» entre Alger et Rabat sur le dossier sécuritaire, l'ambassadeur a affirmé qu'il existait en réalité une coordination entre les services chargés de la lutte antiterroriste des deux pays, avant de souligner que le Maroc est aussi le premier partenaire commercial de l'Algérie au Maghreb. Le diplomate algérien a également fait état de l'importante coopération sécuritaire avec la Tunisie et l'excellence des relations avec la Mauritanie. Madjid Bouguerra n'a pas manqué d'ailleurs de réitérer le soutien de l'Algérie, pays voisin et observateur, à l'émissaire onusien, l'ancien président Allemand, Horst Köhler dans ses efforts pour parvenir à une solution politique qui débouche sur l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.