Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ras-le-bol
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2019

Faut-il s'inquiéter de ces spasmes qui ont samedi mis à nu les tares du système quand ils n'ont pas franchement dénoncé en des termes crus le 5ème mandat ? Le fait est grave et mérite d'être relevé à un moment où la campagne électorale pour un 5ème mandat du président Bouteflika est pratiquement lancée avec en plus de gros moyens. Une direction de campagne qui n'hésite plus à annoncer de grandes décisions politiques qui viendraient couronner l'élection, éventuellement du candidat Bouteflika, en particulier des réformes qui revisiteraient la Constitution et l'actuel modèle économique. Face aux certitudes du pouvoir, épaulé selon certains candidats à la candidature par une administration pas tellement neutre, quant à la manière de gérer le pays après cette élection, dont l'issue ne fait plus aucun doute pour les observateurs, il y a ces contre-vérités, ces sorties dans la rue de jeunes qui revendiquent un autre sort à cette présidentielle.
Cela devient même inquiétant avec cette colère que certains refuseraient de dire «spontanée» de jeunes dans certaines régions du pays qui ont dit «non» à un 5ème mandat. La sortie d'un stade de football à Jijel a été l'occasion pour des jeunes de manifester contre le 5ème mandat et la même revendication a été organisée près de Béjaïa, à Kherrata. La colère des jeunes est à prendre au sérieux au moment où de plus en plus de voix réclament sinon un autre sort à cette présidentielle qu'un 5ème mandat, du moins une élection démocratique avec les chances de réussite égales à tous les futurs candidats, après le tamis du Conseil constitutionnel. Or, ce qui se passe sur le terrain n'est pas tout à fait rassurant sur le climat politique ambiant, ni quant à la bonne tenue des préparatifs de ce scrutin, notamment des dépassements de l'administration rapportés par des candidats à la candidature quant à la collecte des signatures de parrainage notamment. D'autres candidats font état de pressions au moment où la campagne du président-candidat bat avant l'heure le rappel de tous les soutiens, organisations de masse, partis et personnalités.
Plus grave, la direction de la campagne électorale pour un 5ème mandat s'est cependant piégée en affirmant qu'il n'y a aucune opposition à la candidature de M. Bouteflika, ce qui a été fortement contesté samedi par la sortie dans la rue de centaines de jeunes. C'est là le signal évident d'une exécrable tension politique que ne sont pas parvenus à récupérer et matérialiser les partis de l'opposition, au contraire des jeunes qui ne s'embarrassent pas de protocole. Et c'est cet appel poignant que le pouvoir doit prendre en considération, comprendre et catalyser, car il exprime mieux que les partis politiques l'extrême détresse de la jeunesse algérienne, ses espoirs perdus et son avenir hypothéqué. Peut-être plus par des promesses non tenues que par l'éventualité ou la fatalité d'un 5ème mandat qu'auraient dans la foulée avalisé les partis d'opposition en ne se présentant pas en rangs serrés face aux partis du pouvoir qui, eux, parlent d'une seule voix. Et, à bien des égards, il faut dès lors se méfier de la colère des jeunes, en particulier son instrumentalisation par quelque partie que ce soit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.