ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2019

  Le ministère de la santé et de la réforme hospitalière a dû revoir sa décision portant désignation de trois services hospitaliers de référence en oncologie pour leur accorder l'exclusivité de prescrire les traitements innovants contre certains cancers.
Donc, le département de Mokhtar Hasbellaoui a opté pour garantir aux malades atteints du cancer de bénéficier des traitements innovants au niveau de leurs services hospitaliers respectifs (notamment dans les services hospitalo-universitaires).
Sauf que les dossiers doivent être discutés dans le cadre de trois commissions régionales, l'une à l'ouest, une autre à l'est et la troisième au centre du pays, regroupant chacune l'ensemble des chefs de services hospitalo-universitaires. Ces commissions auront la mission de discuter d'une façon collégiale tous les dossiers des patients atteints de cancer pour leur rapprocher le traitement et pour qu'ils se soignent près de chez eux. Ces comités vont sélectionner sur la base d'un dossier et analyse médicale approfondie, les patients qui vont bénéficier des traitements innovants. Autrement dit, ça sera un traitement à la carte ou ce qu'on appelle un traitement et commande nominatifs.
Les oncologues notamment ceux qui ont protesté contre la décision initiale du ministère de la santé (prescription exclusive des médicaments innovants par trois centres de références), se disent aujourd'hui, satisfaits. «Ce procédé va permettre de donner le bon traitement au bon malade et au bon moment» et permettra en outre aux malades «plus de confort, du fait qu'ils vont être traités près de chez eux». C'est ce qu'a laissé entendre le président de la Société algérienne de formation et de recherche en oncologie (Safro), le Pr. Adda Bounedjar, en marge de la tenue le week-end dernier, des 5éme rencontres de l'angiogenèses et traitement innovant organisé par la SAFRO en collaboration avec Memorial Klosan Kettering NYC USA.
Pour rappel, les autorités sanitaires du pays ont procédé depuis le mois de janvier 2018, à l'enregistrement des traitements innovants (chimiothérapie 2ème génération, hormonothérapie 2ème génération et l'immunothérapie) recommandés pour les cancers du sein, de la prostate, des poumons et celui de la peau.
Ces traitements ne sont toujours pas disponibles, en raison des difficultés financières que traverse le pays, mais le président de la SAFRO rassure en affirmant «que l'intégration de l'immunothérapie au sein des centres anti-cancer en Algérie, est prévue au cours de cette année».
Il a tenu à expliquer que l'immunothérapie trompe exclusivement la cellule cancéreuse et détruit la tumeur en stimulant l'appareil immunitaire, sans détruire les cellules saines, ce qui réduit considérablement les effets secondaires.
Il a cependant tenu à préciser que l'immunothérapie n'est pas recommandée pour toutes les pathologies ou pour l'ensemble des tumeurs. «Elle est indiquée dans le traitement des mélanomes, le cancer du poumon, le cancer du sein triple négatif, la vessie et quelques cancers digestifs», dira-t-il.
Adda Bounadjar a affirmé que malgré les insuffisances que connait le secteur de la santé en Algérie, il y a des points positifs. «En tant que vice-président de l'Association des médecins arabes de lutte contre le cancer (AMAAC) je peux vous dire, que ce qu'il y a en Algérie on ne le retrouve pas dans les pays arabes, notamment chez nos voisins, notamment en matière de gratuité de soins et de traitement en oncologie et en matière de disponibilité».
Il argumente «nous avons plus de 1000 oncologues, on a plusieurs services anti-cancer, et on est leader en matière de formation continue notamment par l'organisation de congrès et de séminaires».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.