Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    FLN: Des députés empêchent Bouchareb de tenir une réunion    Présidence du FCE: Moncef Othmani jette l'éponge et Hassen Khelifati se retire de la course    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Le Hirak entre l'admiration et la peur    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Pour une présidentielle dans 6 moi    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Le procès de Kamel "El bouchi" reporté au 19 juin    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia à ses militants: Il faut rendre crédible le processus de transition proposé par Bouteflika
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 03 - 2019

Prenant à contre-pied autant ses détracteurs que ses partisans, notamment au sein des partis de l'alliance présidentielle, le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, a expliqué dimanche dans une lettre à ses militants qu'il faut «répondre dans les meilleurs délais aux revendications» des Algériens, qui manifestent depuis le 22 février pour le départ du système actuel de gouvernance, ainsi que contre une prolongation du 4e mandat que s'est octroyée le président Bouteflika. Et, dans le même temps, il a prévenu les militants du RND qu'ils doivent travailler pour convaincre les Algériens de la «crédibilité» du processus de transition proposé par le président sortant. Dans cette même lettre, il a reconnu que «les circonstances que traverse actuellement notre pays sont préoccupantes, que ce soit à l'échelle de notre famille politique ou en tant que citoyens».
Ahmed Ouyahia, qui a été limogé la semaine dernière de son poste de Premier ministre et remplacé par Noureddine Bedoui, a d'abord salué les «demandes pacifiques» du peuple algérien, avant de préconiser que ces revendications doivent être entendues «dans les plus brefs délais, afin d'éviter à l'Algérie tout dérapage». Il s'agit également, selon Ouyahia, de permettre à l'Algérie «de reprendre son souffle pour poursuivre le processus de développement économique et social». Il affirme également qu'il n'y a «rien de plus cher que de sauver l'Algérie», estimant qu'il n'y a «ni pouvoir ni gouvernement plus chers que l'Algérie». «La situation actuelle nous impose, a-t-il dit, à resserrer nos rangs pour faire dépasser à l'Algérie la crise actuelle, et avec l'intime conviction de faire triompher la raison au profit de l'intérêt commun». Pour autant, il est resté droit dans ses bottes en appelant les militants du RND à prendre part au processus mis en place par le président Bouteflika, c'est-à-dire la poursuite du 4e mandat et la mise en place d'un gouvernement de transition devant organiser une conférence nationale inclusive qui ouvrira la voie à une élection présidentielle et une nouvelle Constitution. «Le RND, au cours de sa participation aux consultations pour la formation d'un gouvernement de transition, va convaincre tout le monde de la nécessité d'accepter toutes les concessions, notamment convaincre les citoyens de la crédibilité du processus de transition démocratique proposé par le président Bouteflika». En plus clair, le processus que défend toujours le SG du RND, en dépit du refus des Algériens d'y adhérer ou de s'y reconnaître, est la tenue d'une conférence nationale, qui doit, en toute souveraineté, procéder à la révision de la Constitution, préparer une nouvelle loi électorale et créer une instance indépendante pour l'organisation de l'élection présidentielle. Ahmed Ouyahia, à travers son message à ses militants, confirme qu'il reste toujours fidèle à la stratégie du président Bouteflika, mais veut en même temps convaincre l'opposition, si ce n'est le peuple algérien, à accepter ce ravalement de façade proposé par le pouvoir pour participer au processus prévu pour contourner l'écueil du 5e mandat. D'autre part, l'intervention de M. Ouyahia tranche avec la position des trois autres partis de la majorité : si au sein du FLN, c'est pratiquement l'implosion, avec des défections en série de cadres et militants du parti, qui ont rejoint la contestation populaire, au sein du MPA de Amara Benyounes et TAJ d'Amar Ghoul, c'est le «black-out» total.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.