Trafic d'influence, détournement de foncier, transferts de fonds vers l'étranger...: Les frères Kouninef et Rebrab présentés au procureur    En l'absence de Bensalah: Une conférence vidée de politique et des interrogations    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Tizi-Ouzou - Victime d'un accident: Un supporter du MCO succombe à ses blessures    USM Annaba: C'est la chute libre    Football - Ligue 2: Qui accompagnera l'USMB et le RCK en DNA ?    Alger: Cinq morts dans un effondrement    Constantine - Sit-in de demandeurs de logements devant la wilaya    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    L'exception algérienne    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Le bal des hypocrites    Le baril "accompagne" le Hirak    Des débuts prometteurs    Plus de peur que de mal    Ça chauffe à Aïn Berda    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les «hommes» du ministre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 03 - 2019

Le «Hirak» ne doit pas s'arrêter juste aux têtes des départements gouvernementaux. Il se doit de rentrer dedans. Dans ces bureaux, ces cabinets qui soufflent insidieusement le chaud et le froid. C'est dire que toutes les libertés octroyées ne suffisent plus, tant celles voulues et réclamées demeurent, quand bien même otages d'une éthique et d'une moralité humaine. Je ne vais pas parler d'Ouyahia qui est parti par un destin inachevé, ni de Bedoui qui vient d'avoir le même épouvantable destin ou leurs semblables, ni encore disserter sur cette sournoiserie qui fait placer certaines ombres pernicieuses, d'autres esprits obscurcis au sein des sphères qu'ils pilotent. Mais il y aussi ceux qui leur servent de pylônes. Ainsi à chaque laudateur, il y un autre laudateur, à chaque maître un maître.
Il arrive souvent, pour cause de maintien, de faire assurer par quelqu'un la tâche, de sa propre survie. Seulement, il y a certains qui se plaisent dans cette posture et se voient eux-mêmes détenteurs de toute autorité. Qu'ils soient minimes ou minuscules personnages. Cette image de voir de veules corps, manquant de gabarit tentant vaille que vaille de supporter un costume non taillé pour leurs frêles épaules est déjà le premier acte d'accusation d'une insouciance de la chose publique. Dans ce registre-là, le copinage, l'amitié commune et le croisement de liaisons influentes font que si l'on délègue aveuglément ses pouvoirs l'on finira par se voir prisonnier d'un système intérieur. Un ministre est un ministre, les autres ne doivent pas être des bis-ministres.
Si le parrainage existe un peu partout, ailleurs ou dans les rouages de l'Etat, l'on n'ose pas pour autant distinguer les parrains des parrainés. Tout s'enchevêtre. Ainsi, il ne s'agit plus de complaisance corporatiste plus qu'il ne s'agit de déficience dans la mise en place d'hommes déterminants et ès qualités. Quand un p'tit «chef de daïra» blême et impertinent se targue de la fonction de chef d'affaires réservées et se commute à son ministre, il ne reste aux vrais méritants du poste qu'à abandonner leurs carrières et aller s'inscrire comme futurs opposants. Quand il croit être un immeuble à grande hauteur alors qu'il n'est qu'un p'tit rez-de-chaussée à peine sorti d'un demi-sous-sol, il est temps de lancer des youyous républicains et des one, two, tree viva l'Algérie !
Ils ne sont pas nombreux ces traditionnels fonctionnaires, produit artisanal d'une administration révolue qui, malgré l'ère numérique ou la révolution biométrique déjà révolue, sont toujours là à officier, le plus souvent à un palier supérieur de l'Etat, d'un esprit de kaid ou de bachagha, mal en point de surcroît. Il est de ceux-là qui, pris par le zèle enivrant du fauteuil glissant, pensent retenir toutes les affaires publiques dans un cabinet et tous les arts de la rédaction dans la beauté d'un papier de bureau. Ils s'érigent en pierre angulaire, ils sont le verbe des ministres.
L'administration gagnerait à se voir dotée, notamment dans ses étages supérieurs et conséquemment à la modernisation du service public, de jeunes forces de propositions et d'innovation et non pas de vieux esprits encore fonctionnant à l'heure mécanographique. Faux dévots, égrenant des chapelets, s'habillant de religiosité au lieu de se faire habiter par la contenance, l'ouverture et l'affabilité : ils doivent renouveler leurs multiples ablutions et se refaire tout un rituel de omra. C'est dans la foi de l'administré qui se morfond à voir ce mauvais monde public que s'inspire l'amertume nationale. C'est un peu à cause de certains esprits de cette espèce agissant derrière les rideaux que la rue gronde, que le grand monde silencieux qui forme l'armée du fonctionnariat accumule les déboires et boit le dégoût.
C'est ainsi que l'amplitude d'un ministre se perd en ces conjectures de chercher à savoir qui de l'un dirige l'autre. Parfois, un ministre égare ses repères, son autonomie, ses sentences à cause de ceux qu'il promeut ou de ceux qui lui sont imposés. Le premier parmi les premiers tente de l'apprivoiser par la disjonction de contact, le second parmi les seconds s'efforce de le supplanter par le trafic d'influence et le poids de son tuteur. Les deux s'emploient à s'entre-déchirer pour se l'approprier. Une course exagérée vers sa possession. D'où la naissance de cette pauvre fournée sous ministérielle qui avait produit des ministres qui n'ont d'écoute exclusive que la parole dissuasive qui s'installe à leurs flancs immédiats au moment où il y a dans leur autre proximité une multitude d'âmes discrètes qui triment et crapahutent sans qu'il n'y ait de regard considérant à leur égard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.