Plus de 250 adhérentes à la Cellule d'accompagnement de la femme rurale    «Atal ne partira pas l'été prochain»    Les défis de la gestion de la LFP en question    Zerouati officialise son retour à la tête du club    Arrestation de deux éléments de soutien aux groupes terroristes à Tin-Zaouatine    Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Real Madrid: Benzema titulaire à Majorque, pas Varane    L'ANIE à pied d'œuvre    Signature d'une convention entre le GIE monétique et l'ANPT    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    ANARCHIE DANS LE TRANSPORT DES VOYAGEURS DE LA CORNICHE ORANAISE : 200 Da le prix d'une place par taxi à partir de 17h00    ACTION ANTI-DROGUE DE LA 8EME SURETE URBAINE (MOSTAGANEM) : Huit consommateurs de drogue arrêtés    TIARET : Des citoyens ferment le siège de l'APC de Rechaiga    APRES SES PROPOS HOSTILES AU SAHARA OCCIDENTAL : Le CNASPS qualifié Saadani ‘'d'aventurier sans conscience''    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les Verts veulent réaliser l'exploit à Berkane    Régulation de l'économie avec l'apport des Nations-Unies et de l'UE    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bedoui va-t-il ou non constituer son gouvernement ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 03 - 2019

Gérer un Etat, voyezvous n'est pas une simple tournée dans une commune où l'on engueule sans coup férir son élu local ou un speech sur un nouveau mode de production de la paperasse administrative. Cela exige bel et bien un niveau de discernement, de punch et de fort gabarit. Mais quand l'on a en face un peuple qui s'apprête à rejeter tout, la mission est presque difficile. Que reste-t-il donc à faire ? Se démettre. Là la dragée est haute et inabsorbable et n'est faisable que chez ceux qui cultivent depuis longtemps le sens des honneurs et des valeurs. Jeter l'éponge ne rime plus avec une hypothétique abdication ou un quelconque aveu d'échec. C'est un appel intérieur, de cette prise soudaine d'une conscience abondamment mise en veilleuse. Une sorte de dévotion subite.
Le gouvernement se cherche. Il peine à rassembler ses impossibles morceaux. La date avancée est largement dépassée. C'est comme si l'on semble composer une équipe chirurgicale pour l'ablation d'un mal universellement donné pour incurable, alors qu'une simple lettre aurait suffi pour le faire disparaitre. Déclarer son inaptitude pour une chose ou un devoir est déjà une qualité en soi quand l'honnêteté ou le courage viendrait à manquer.
Ce gouvernement, Bedoui l'avait pourtant promis pour le début de la semaine écoulée. Rien en vue et rien en délais ne le rend responsable d'un éventuel respect. Il n'y avait que sa promesse lors de la fameuse conférence. Rien ne semble venir que ces rumeurs têtues et tenaces sur la multitude de contacts infructueux. Sur ce bruit vrai ou faux qui s'installe dans la toile. La presse en parle. Des fuites sournoisement étayées font état d'indiscrétions de personnes indirectement approchées et qui auraient décliné l'offre et d'autres qui hésitent encore. Ainsi, la malchance a rattrapé Bedoui juste au seuil d'une apothéose inaccomplie. Il n'aurait pas mérité un tel sort final, s'il avait un tout p'tit peu équilibré son ardeur et su garder sa longitude habituelle. Une tête gardée froide est toujours utile dans les grands moments de canicule. Mais hélas, les zéphyrs enivrants du siège et les ovations déloyales qui l'entourent en chant de sirènes en font que l'horloge de son ascension s'arrête là, à cette station du Hirak. Sera-t-il le dernier des Premiers ministres d'une république essoufflée et en voie d'extinction laissant place à une autre plus civile, plus sociale, plus populaire et moins étouffante ? Sera-t-il le Premier ministre qui a le moins chauffé son poste ? En tous cas, intrinsèquement il ne se trouvait pas destiné à un tel tomber de rideau. Les feux ne scintillent plus sur les rampes tant convoitées.
Bedoui aurait-il cette irrésistible anxiété, et c'est légitimement humain et politiquement scrupuleux envers la menace de refus, de rejet, de dénégation qui pèse chez les recrutables et qui reste suspendue en l'air jusqu'à l'annonce tant attendue et non souhaitée de mise au monde ? Ni la prudence ni autre manœuvre de circonspection ne pourrait tenir sage la rue au premier flash d'info balançant la nomination de ses coéquipiers. Le recours à des femmes dans des portefeuilles clés et de souveraineté, Intérieur, Justice entre autres, était, dit-on, une option envisageable mais vite abandonnée. Le recours à des sommités scientifiques, des icônes culturelles et sportives de renommée internationale aurait été également, dit-on, envisagé mais vite abandonné. Il ne resterait, selon certains analystes, que la réduction soit le ramassage des secteurs dans un mini gouvernement. A l'exception que ces analystes n'ont pas pris en ligne de compte l'aspect hautement politique de la chose. Un gouvernement n'est pas une direction générale d'une entreprise nationale. Il n'est pas un exécutif d'une wilaya. Il s'agit de la gestion supérieure des affaires publiques d'un Etat. Le problème ne se pose pas ainsi en termes organiques, il s'installe dans le noyau central du Hirak. Le contexte est extraordinaire, le besoin n'est que revendicatif. A défaut de plébiscite par une assemblée nationale en hibernation ou mise hors d'état de nuire par sa complaisance, la rue et ses vendredis demeurent un hémicycle élargi et à ciel ouvert. Adoption ou rejet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.