L'Emir de l'Etat du Qatar entame une visite officielle en Algérie    La mobilisation se poursuit à Montréal    21 manifestants condamnés à 50 000 DA d'amende    "Halte aux pratiques liberticides !"    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    Le Targui    Le NAHD récupère l'argent du transfert de Touggaï et de Zerdoum    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    Le geste honorable du groupe Cevital    Bordj Bou-Arréridj : le P/APC d'El-Main devant le juge d'instruction    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    Sonatrach : Acquisition de trois méthaniers    Nationalisation des hydrocarbures: nécessité de réaliser la sécurité et la transition énergétique    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Epidémie de coronavirus : L'angoisse gagne la planète    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Congestion routière dans la capitale : Plus de 100 points noirs recensés    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    Promotion des droits et des libertés: contrôler l'application de la justice constitutionnelle dans la vie publique    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Encore une transgression de la loi    Objectif : La relance du cinéma algérien    Noureddine Khaldi nouveau DG des Douanes    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Bouira: Les céréales et l'intérêt des analyses des sols    24 harraga arrêtés à Skikda    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    Baisse significative de la participation aux législatives    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fin des anneaux de Jupiter
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 04 - 2019


La révolution en marche depuis le 22 février dernier est en train de bousculer les acquis hérités et imposés par la force du fait accompli et des compromissions mais aussi de faire tomber les codes structurels d'un Etat qui ont balisé une promotion sociale basée sur le clanisme et le clientélisme. Si le système politique et gouvernemental est attaqué par le hirak, un autre front est ouvert contre les organisations de masse, conçues comme de véritables satellites liberticides, premières antichambres de non-droit. Le mouvement populaire s'est mué en tsunami qui a tout balayé, à commencer par la kyrielle d'organisations estudiantines qui avaient prêté allégeance à Sellal, alors directeur de campagne de Bouteflika pour le cinquième mandat. Des organisations parasitaires, partisanes, infiltrées dont les seuls faits d'armes pour la majorité sont une politique de terreur orchestrée et contre les autres étudiants et contre l'administration. La première marche des étudiants, initiée après le 22 février, a sonné le glas de ces organisations qui ont prouvé qu'elles ne représentent finalement que leurs parrains. Si l'acte de décès de ces syndicats d'étudiants a été officialisé dès les premiers jours du hirak, cela n'a pas été le cas pour l'UGTA dont le SG, Sidi Saïd, est toujours à sa tête malgré son désir affiché de ne pas briguer un énième mandat. Longtemps protégé par le système qui l'a utilisé pour faire passer ses lois antisociales, Sidi Saïd a été l'un des plus farouches et zélés partisans d'une reconduction de Bouteflika au pouvoir. Hier, comme presque à chaque occasion, des milliers de manifestants ont occupé la rue Aïssat Idir, devant la maison du peuple, siège de la Centrale syndicale, pour réclamer son départ immédiat. Le ressenti est tellement fort que les travailleurs affiliés à l'Union ne veulent pas de lui ni de son équipe, une minute de plus à la tête de l'UGTA. Le refus même d'attendre la tenue du 13e congrès, dont la date n'est toujours pas connue pour le voir partir, est symptomatique du fossé qui existe entre la base syndicale et sa direction. Si les étudiants veulent repartir sur de nouvelles réflexions en rupture avec les schémas organisationnels traditionnels, l'UGTA se cherche un nouveau souffle tout en gardant les anciennes structures finalement obsolètes et peu représentatives. Tout comme les symboles qui ont fait ce pays, l'UGTA doit retrouver sa place dans le musée de l'histoire au même titre que le FLN et les travailleurs d'essayer de se réinventer un nouveau cadre syndical plus approprié avec la mentalité révolutionnaire de la deuxième République.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.