LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    L'ACCUSANT D'AVOIR ORDONNE LE ‘'CADENASSAGE'' DE L'APN : Said Bouhadja charge l'ex SG du FLN    SYNDICAT SNAPO : Sit-in de pharmaciens devant le ministère de la Justice    ZAKAT EL FITR : Le montant fixé cette année à 120 DA    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    ORAN : 10 ‘'harraga'' arrêtés à Ain El Turck    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Egypte: 16 terroristes présumés tués par la police    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Le maintien de ces élections, un risque pour la cohésion et la stabilité nationale    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Les étudiants ne lâchent pas prise    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Feghouli, la nouvelle année de grâce !    OC Alger-Hussein-Dey Marines pour une place en demies    «Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Le pire a été évité    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Temouchent: Et si la permaculture était l'avenir agricole de l'Algérie ? 
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 04 - 2019

Et si la permaculture était une des solutions viables aux problèmes agricoles de l'Algérie ? Concept méconnu dans notre pays, la permaculture (culture permanente ou agriculture permanente) a été développée dans les années 70 par Bill Mollison, environnementaliste australien, et son compatriote David Holmgren, concepteur écologiste. Par son éthique et ses techniques, en constante évolution, la permaculture prône une méthode systémique et globale qui vise à concevoir des systèmes humains, écologiquement responsables, humainement équitables et économiquement viables en s'inspirant de la nature (biomimétisme) et de la tradition (empirisme). En Algérie, Fayçal Anseur, formateur et entrepreneur en permaculture entre la France et l'Algérie et fondateur de AgroPerma, une entreprise de formation dans le domaine, a tenté le pari d'introduire cette nouvelle approche, loin d'une conception politique agricole mais qui nécessite un changement profond de paradigme. Du 1er au 12 avril derniers, l'Institut de technologie moyen agricole spécialisé d'Aïn Témouchent (ITMAS) a abrité une formation portant sur le « design en permaculture » avec la participation d'une vingtaine de stagiaires venus de différents horizons socioprofessionnels, plongés en immersion totale. Au menu, l'apprentissage de la conception (design) de la permaculture avec un travail sur quatre porteurs de projets (ferme et jardin urbain), explique Fayçal Anseur.
La formation s'est articulée autour de cours théoriques mais aussi de travaux pratiques, mises en situation, activités en groupe et a été assurée par Fayçal Anseur, diplômé d'Etat en maraîchage biologique à Paris et créateur du premier potager en permaculture dans la banlieue parisienne, Nesrine Rouini, doctorante en écologie végétale et designer en permaculture certifiée par le Sonoran Permaculture Guild, aux Etats-Unis, et Karim Tedjani, écologiste et expert de l'environnement et de l'écologie.
Le défi de cette formation, pour notre interlocuteur, est d'infléchir l'idée que l'arbre ne soit considéré qu'un mobilier urbain. « Le végétal est absent des villes et Oran gagnerait, comme toutes les villes d'Algérie, à profiter de chaque parcelle de terrain vague au pied des immeubles ou des terres en friche transformées en décharges sauvages pour planter des potagers et des vergers », propose-t-il comme première étape d'une transformation graduelle de l'esprit du citadin. L'effet d'émulation faisant le reste, ces actions individuelles peuvent inspirer une propagation en ondes.
L'objectif, après cette première expérience témouchentoise, est de faire une tournée nationale de sensibilisation et de formation et à cet effet, Fayçal Anseur lance un appel aux responsables du secteur agricole pour également bénéficier d'un terrain d'expérimentation qui sera aussi un centre de formation pour les formateurs en permaculture. « Au final, c'est créer des fermes, à taille humaine, scientifique, pédagogique et économique pour proposer une autre alternative et répondre au défi écologique et social», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.