Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Temouchent: Et si la permaculture était l'avenir agricole de l'Algérie ? 
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 04 - 2019

Et si la permaculture était une des solutions viables aux problèmes agricoles de l'Algérie ? Concept méconnu dans notre pays, la permaculture (culture permanente ou agriculture permanente) a été développée dans les années 70 par Bill Mollison, environnementaliste australien, et son compatriote David Holmgren, concepteur écologiste. Par son éthique et ses techniques, en constante évolution, la permaculture prône une méthode systémique et globale qui vise à concevoir des systèmes humains, écologiquement responsables, humainement équitables et économiquement viables en s'inspirant de la nature (biomimétisme) et de la tradition (empirisme). En Algérie, Fayçal Anseur, formateur et entrepreneur en permaculture entre la France et l'Algérie et fondateur de AgroPerma, une entreprise de formation dans le domaine, a tenté le pari d'introduire cette nouvelle approche, loin d'une conception politique agricole mais qui nécessite un changement profond de paradigme. Du 1er au 12 avril derniers, l'Institut de technologie moyen agricole spécialisé d'Aïn Témouchent (ITMAS) a abrité une formation portant sur le « design en permaculture » avec la participation d'une vingtaine de stagiaires venus de différents horizons socioprofessionnels, plongés en immersion totale. Au menu, l'apprentissage de la conception (design) de la permaculture avec un travail sur quatre porteurs de projets (ferme et jardin urbain), explique Fayçal Anseur.
La formation s'est articulée autour de cours théoriques mais aussi de travaux pratiques, mises en situation, activités en groupe et a été assurée par Fayçal Anseur, diplômé d'Etat en maraîchage biologique à Paris et créateur du premier potager en permaculture dans la banlieue parisienne, Nesrine Rouini, doctorante en écologie végétale et designer en permaculture certifiée par le Sonoran Permaculture Guild, aux Etats-Unis, et Karim Tedjani, écologiste et expert de l'environnement et de l'écologie.
Le défi de cette formation, pour notre interlocuteur, est d'infléchir l'idée que l'arbre ne soit considéré qu'un mobilier urbain. « Le végétal est absent des villes et Oran gagnerait, comme toutes les villes d'Algérie, à profiter de chaque parcelle de terrain vague au pied des immeubles ou des terres en friche transformées en décharges sauvages pour planter des potagers et des vergers », propose-t-il comme première étape d'une transformation graduelle de l'esprit du citadin. L'effet d'émulation faisant le reste, ces actions individuelles peuvent inspirer une propagation en ondes.
L'objectif, après cette première expérience témouchentoise, est de faire une tournée nationale de sensibilisation et de formation et à cet effet, Fayçal Anseur lance un appel aux responsables du secteur agricole pour également bénéficier d'un terrain d'expérimentation qui sera aussi un centre de formation pour les formateurs en permaculture. « Au final, c'est créer des fermes, à taille humaine, scientifique, pédagogique et économique pour proposer une autre alternative et répondre au défi écologique et social», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.