Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ettrefehnâ !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 04 - 2019

L'ambition la plus partagée par les êtres humains sur les cinq continents (et même au-delà) est de faire fortune, au sens matériel du terme, c'est-à-dire gagner le maximum d'argent. Même dans les époques et les pays héroïques du socialisme triomphant, les peuples, dans leur majorité, étaient plus intéressés par le fait de s'enrichir que de militer dans un parti politique (unique, en ce temps-là, évidemment).
L'argent a toujours été le maître du monde et aussi un test pour l'égocentrisme humain. On dit du peuple juif qu'il a le génie de faire fructifier les richesses (un rapport à l'argent qui justifierait le portrait au vitriol qu'en a fait l'ancien chef d'Etat français Charles de Gaulle : «C'est un peuple d'élite, sûr de lui et dominateur»). «Enrichissez-vous ! » suggérait à ses contemporains l'historien et homme politique français de la première moitié du 19e siècle, François Guizot.
Mourir pour une idée, une conviction, est, par contre, une situation exceptionnelle dans le destin d'un homme (d'une femme). Durant notre guerre de Libération, par exemple, sacrifier sa vie, ses intérêts, pour son pays n'était pas un vain mot. Qui faisait le contraire était d'ailleurs considéré comme un traître, ne serait-ce que d'un point de vue moral.
Pourquoi avons-nous eu l'idée d'écrire ce petit pamphlet, en partant de la réalité algérienne, ces dernières années ? Et bien parce qu'il est de notoriété publique que l'argent («el-mêl», «el-flouss», «el-bâzra») est devenu dans notre pays, malheureusement, le maître-étalon à partir duquel se juge pratiquement tout, la valeur d'un homme et la place qui lui est octroyée dans la cité. L'argent qui a empoisonné les esprits et corrompu les consciences, dévoyé la politique, dénaturé le sport, faussé les relations humaines, qui a acheté parfois les honneurs et les récompenses et même une entrée au paradis.
En une trentaine d'années, à peu près, le rapport à l'argent au sein de la société algérienne a radicalement changé. Autrefois, les «gens d'affaires» respectaient, généralement, non seulement une règle éthique mais aussi une attitude de non-ostentation, et nos parents lorsque le sort leur était favorable, disaient: «Allah râzkna !» («Dieu nous a comblés de bienfaits»). Ces dernières années, ceux qui ont réussi matériellement affichaient volontiers sur leur front (afin que tout le monde soit au courant!) : «Ettrefehnâ !» («Nous sommes devenus riches»).
Ce n'est pas la même chose. Ce n'est pas le même sentiment qui envahit les esprits dans ces deux cas et ce n'est pas le même dilemme moral qui étreint les consciences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.