Ibrahimovic bientôt de retour à l'Inter Milan ?    DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Près de 150 participants attendus à Béchar    Les Verts à la croisée des chemins !    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Belmadi : «Notre but ultime reste la qualification en Coupe du monde 2022»    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 04 - 2019

«Il nous faut respecter la dignité des personnes, l'honneur de leurs familles, en s'interdisant la diffamation, les préjugés et le dénigrement sur leur sort.»
Ce sont les propos du porte-parole du gouvernement, lors de son point de presse hebdomadaire tenu, hier, à propos des interpellations de responsables et hommes d'affaires par la justice (Ahmed Ouyahia, Loukal, Rebrab et les frères Kouninef.) «La justice est au-dessus de tous, elle va examiner tous les dossiers qui ont eu et ont encore des effets négatifs sur l'économie et la stabilité de la nation,» a déclaré Hassan Rabehi. En appelant au respect de la dignité des personnes et de leurs familles, il a jugé nécessaire de préciser qu'«il ne faut pas croire que ce qui est prouvé réellement.»
Interrogé sur la manière avec laquelle sont interpellés les justiciables qui les exposent à l'invective populaire et au lynchage, il a indiqué que «la justice est désormais indépendante, autonome, libre de ses choix, de ses actions et de ses décisions, le gouvernement ne dispose d'aucune marge de manœuvre ni de loi pour interdire la présence des gens et de la presse sur ces lieux.»
Mais promettra-t-il, «on touchera un mot au ministre de la Justice sur cette manière d'interpellation jugée inconvenable.» Il pense qu'en ces temps de fortes perturbations, «l'économie risque de prendre un sérieux coup, c'est nous tous, Etat et peuple qui devons, chacun, travailler pour qu'elle ne s'effondre pas.» Il affirme que «nous nous devons de nous consacrer à sa construction, il est vrai que les slogans et le dialogue, c'est bien mais le travail c'est mieux, il ne faut pas qu'on se désengage de notre devoir de travailler.» Il appelle à «l'utilisation rationnelle des moyens et ressources dont dispose le pays.» Rabehi interroge «où va l'Algérie ?» pour insister sur», la stabilité, la paix, la prospérité économique mais il faut qu'on trouve les moyens pour les lui assurer.» Il estime alors que «le dialogue est fondamental pour contrer ceux qui veulent l'anarchie, il faut respecter les avis des uns et des autres.»
Si tout le monde part qui va gérer ?»
Il insistera beaucoup sur «la nécessité d'un dialogue sérieux pour arriver à un consensus dans le respect mutuel et à des solutions consensuelles pour une sortie de crise.» Il a souligné que «Gaïd Salah a attiré notre attention sur l'obstacle institutionnel, en cas d'abandon du cadre constitutionnel, ce qui aboutira à une paralysie du pays.» Il estime, ainsi, que «les responsables activent dans une conjoncture délicate, attention à ne pas croire ceux qui jugent les membres du gouvernement, certains ont 30 ans d'expérience et travaillent beaucoup pour les jeunes.» Bensalah, dit-il, «continue de travailler pour nous éviter le piège du vide constitutionnel, il est chef de l'Etat, par la force de la constitution, elle lui a imposé une responsabilité très lourde (...).» S'il n'a pas été présent à la conférence tenue le lundi dernier, c'est probablement, dit-il «que les circonstances actuelles l'ont laissé juger qu'il n'était pas nécessaire qu'il le soit ou pour ne pas que certains pensent qu'il est venu pour imposer son avis.» L'absence des «grands partis», le laisse dire que «dans la conception démocratique, chaque parti a la même considération et le même respect, tous se valent et tous sont représentatifs, l'essentiel est qu'on puisse consacrer le dialogue entre l'ensemble des acteurs nationaux, tout un chacun aura une part de responsabilité dans la résolution de la crise.» Il est convaincu que «seul le dialogue est fondamental parce qu'on est en plein processus de réflexion sur la voie idoine pour transcender la situation de crise, c'est un processus qui est ponctué par des changements, des rectifications, mais la constitution reste la seule loi applicable.» A l'allusion de Gaïd Salah d'accepter «toutes les solutions (...)», le porte-parole du gouvernement note que «toutes les propositions sont les bienvenues pourvu qu'elles s'inscrivent dans le seul objectif de l'intérêt du pays, il faut agir uniquement par rapport à cet objectif (...).» Face à «l'entêtement du pouvoir de garder les 3 B», l'essentiel, dit-il, est de tendre la main à ce qui nous permet de discuter d'une manière sereine, seule l'institution de Bensalah est légitime pour cela, il faut que le mouvement populaire s'organise, qu'il ait une élite qui le représente pour venir dialoguer avec le chef de l'Etat, avec les partis, mais on ne peut s'imaginer exclure l'Etat du dialogue, si tout le monde part qui va gérer ?» Rabehi affirme, par ailleurs, que «ce qui a été dit par Gaïd Salah ou la DGSN sur les preuves du complot, c'est vérifié, réel et palpable, ce sera rendu public en temps opportun.» Il est persuadé que «la responsabilité sera plus lourde pour le président qui sera élu parce qu'il devra réunir les conditions nécessaires pour répondre aux revendications du peuple en direction de la consécration de la démocratie, la stabilité et la prospérité économique.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.