Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2019

Le politique comme conflit ou antagonisme (Mouffe, 2016) entre deux parties, ici le pouvoir réel détenu par la hiérarchie militaire et la population, ne peut pas stagner dans l'illusion de l'harmonie ou du consensus entre les différentes catégories d'acteurs politiques engagés dans le dialogue.
Le consensus fabrique nécessairement du statu quo. Il est donc de loin de constituer une condition de la démocratie (Balibar, 2001). Il ne s'agit donc pas de nouer un dialogue de circonstance, fuyant ou paternaliste, sans une prise de décisions importantes. Celles-ci ne peuvent pas éluder la revendication politique majeure de la population et de certains partis d'opposition clairement énoncée : accéder à une transition démocratique impliquant de nouvelles règles du politique et une composante humaine profondément renouvelée. Force est d'observer que le « dialogue » préconisé par la hiérarchie militaire, consiste, au contraire à repositionner de façon favorable les acteurs du système politique actuel, en maintenant les élections présidentielles prévues le 4 juillet 2019, même si les acteurs politiques savent qu'elles sont de l'ordre de l'improbable.
Une logique antinomique au dialogue
Le pouvoir réel se déploie à partir d'une logique antinomique au « dialogue », une forme sociale de perversion de celui-ci, qui est plus de l'ordre du fait accompli que de la concertation. Celle-ci suppose une remise à plat de la manière dont a fonctionné, jusqu'à présent le politique, c'est-à-dire la façon d'instituer la société, rejeté catégoriquement par la majorité de la population. C'est tout le paradoxe du politique indissociable du conflit, au fondement même de toute société, qui n'est pas socialement reconnu par le pouvoir réel sorti de l'ombre, pour privilégier politiquement de façon tenace le flou idéologique et le populisme. En termes clairs, en nous insinuant ceci : « C'est moi le chef. Je suis à côté du bon peuple. Et j'ai décidé que les élections présidentielles auront lieu ». Il ne s'agit plus de dialogue, mais de ce que le philosophe allemand Carl Schmitt (1992) nomme le « décisionnisme » : le politique est réduit à l'Etat, l'Etat au chef et le chef à la décision.
La signification du mot dialogue
Le dialogue signifie selon le dictionnaire Larousse « conversation, interaction entre deux ou plusieurs personnes ». Ceci implique l'engagement sérieux et rigoureux d'une dynamique relationnelle entre les parties en présence. Elles discutent de façon sereine les différentes propositions de départ pour aboutir, en tenant compte du rapport de force, indéniablement en faveur du mouvement populaire, à l'émergence de nouveaux éléments politiques novateurs qui puissent faire l'unanimité dans et pour la société. Le dialogue doit donc parvenir à transformer l'existant politique profondément disqualifié, même parmi les partis qui ont fait durablement allégeance au pouvoir de Bouteflika pendant plus de 20 ans, se souvenant par « hasard », après le 22 février 2019, qu'ils ont été forcés d'agir sous la contrainte du coup de téléphone. Le nouveau responsable du parti FLN demande « pardon au peuple », même s'il s'empresse d'applaudir les décisions prises par la hiérarchie militaire devenu l'acteur politique le plus puissant ; d'où cette cadence rapide des anciens « amis » du clan du frère de l'ancien président, à la reconversion, en acceptant la tutelle de la hiérarchie militaire dans le but de se placer favorablement dans le futur échiquier politique.
Le dialogue ne peut être pertinent pour la société, que dans l'hypothèse où le politique puisse fonctionner sur de nouvelles bases qui redonnent du sens aux revendications exprimées depuis plus de 13 semaines par les manifestants. Le pouvoir réel ou ses représentants devrait peut-être s'appliquer à analyser le contenu des propos de certains manifestants. L'objectif est de comprendre, que quelles que soient les décisions prises par le haut, pour perpétuer le système en place, le mouvement social pacifique et déterminé, s'armera de patience et de sacrifice pour contrer le pouvoir d'ordre. Ecoutons cette manifestante : « Je vous le jure. Je suis prête à mourir ici pour que les jeunes vivre libres et en démocratie ».
A contrario, le « dialogue » s'efface au profit du monologue quand celui-ci a pour finalité la reproduction du statu quo ou l'enfermement sur l'existant juridique qui dessine aussi une position politique, celle de la « continuité » défendue par tous les alliés, sous-traitants et clients de Bouteflika, sous prétexte de la sacralisation de la règle, en particulier l'article 102 de la constitution. Le pseudo- dialogue ressemble plus à une théâtralisation du politique ou à une fiction qui s'interdit dès lors toute remise en question des positions initiales. Sous l'instigation de la hiérarchie militaire, le pouvoir intérimaire, invisible et formel, sans épaisseur politique, émergeant de façon rare et soudaine dans la scène sociale, dit en substance : « je veux bien dialoguer. Mais je maintiens l'élection présidentielle du 4 juillet 2019 ». Ici, le dialogue se substitue à l'imposition. Elle consiste, pour ses acteurs, à affirmer de façon tranchée : « c'est à prendre ou à laisser ». En conséquence, si le dialogue est essentiel pour s'inscrire dans un pluralisme démocratique, encore faut-il, définir rigoureusement les règles du jeu de cette interaction entre les différentes parties, pour qu'elle ne soit pas diversion et manipulation dans un système politique profondément orphelin de toute culture dialogique.
Pour un dépassement du conflit
Le dialogue a pour objet de dépasser le conflit, et non de l'éliminer, parce que précisément le politique se constitue dans l'antagonisme. Il relève pur reprendre Chantal Mouffe, de « l'ontologique », à contrario de la politique qui « correspond à l'ensemble de pratiques et des institutions à travers lesquels un ordre est crée, organisant la coexistence humaine dans le contexte de la conflictualité qui est celui du politique ». Autrement dit, le dialogue ne s'enferme pas dans un ordre patriarcal (« venez mes ‘'enfants'', on va discuter »), pour créer une ambiance morale devant conduire à une réconciliation nécessairement fragile entre les deux parties, et donnant « l'illusion du consensus » (Mouffe, 2016). Le dialogue, place, au contraire, au premier plan le politique qui institue la société, dont l'objet est précisément de désamorcer frontalement l'antagonisme qui persiste entre « nous » et « eux ».
*Sociologue
Références bibliographiques
Mouffe Chantal, 2016, L'illusion du consensus, Paris, Albin Michel.
Schmitt Carl, 1992, La notion du politique, Paris, Flammarion
Balibar Etienne, 2001, Nous citoyens d'Europe ? Les frontières, l'Etat et le Peuple, Paris, La Découverte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.