Belaili : "Les supporteurs nous ont motivé et le prochain défi est de battre le Sénégal"    La SDC de Biskra nous écrit :    Les changements que vous allez observer en menant une vie sans boissons gazeuses    Bensebaini : "Cette victoire va nous donner de la confiance pour la suite"    Nouvelles de l'Ouest    Ammal : Une cinquantaine de familles oubliées du relogement    Cité des 800 logements : Le projet de rénovation non encore entamé    Annoncée pour cet été à la Casbah : Où en est l'opération d'ouverture d'espaces pour l'artisanat ?    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    L'ATTENTE ET LES EXIGENCES DE SOI AUSSI    CRB Abdelmalek Ramdane: La présidente du club dénonce un complot    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    Groupe E : Mali-Mauritanie, aujourd'hui à 21h00: Gare à l'excès de confiance !    Financement non conventionnel: L'Algérie renonce à la planche à billets    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Un projet pour la réhabilitation de la voirie à Haï Derb: 15 immeubles menaçant ruine toujours occupés par des mal-logés    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    Chaleur caniculaire sur l'Est et le Sud    Gaïd Salah tempête mais le peuple décrète    Les papys font de la résistance    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    USM Alger : La dette estimée à 104 milliards de centimes    Situation sécuritaire au Mali: L'armée renforce sa présence territoriale    Suite aux tensions des derniers jours : L'Iran lance un avertissement ferme aux USA    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Compromis fraternel    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Alger : 40 milliards de centimes pour reconstruire le marché des "Trois horloges" à Bab El Oued    Avec une croissance à la peine : Le marché pétrolier s'inquiète de la demande    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    Place au bilan    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Un putsch met fin au FFS du général Toufik    17 manifestants envoyés à la prison d'El Harrach pour port du drapeau amazigh    Nécessité d'une stratégie «intégrée» de lutte contre la violence et le terrorisme    Le front de l'opposition s'élargit    Les journalistes de Dzaïr News veulent sauver leur média    «Incha'Allah des surprises à Alger !»    Premier tour de l'élection présidentielle en Mauritanie : Un général favori pour succéder à un général ?    Nouvelles d'Oran    Culte : Un jeune Chrétien condamné à Akbou    L'unité, première arme    En finir avec l'indigénat néocolonial    Donald Trump, Président pour l'éternité ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 05 - 2019

  Le collectif Nabni a comparé huit transitions démocratiques considérées comme concluantes, menées ces quarante dernières années à travers le monde et présente des leçons de ces expériences et des premières pistes de réflexion pour l'Algérie.
En effet, Nabni s'est penché dans son 4ème chantier de la refondation sur la période de transition sur huit transitions démocratiques concluantes qui ont toutes eu lieu durant le dernier quart du siècle précédent (Brésil, Chili, Espagne, Indonésie, Mexique, Philippine, Pologne). A l'exception de la Tunisie (2011). Quatre grands défis se présentent aux acteurs du processus de transition : préparer la transition, démanteler le « système » et ses pratiques en préservant le fonctionnement de l'Etat, concrétiser et gérer le transfert du pouvoir et ancrer et institutionnaliser la démocratie naissante.
Confrontés à ces défis émaillés de moments décisifs, les dirigeants des transitions étudiées ont dû faire preuve d'anticipation, de réactivité, se sont heurtés à de fortes résistances et ont pris des décisions cruciales, précise Nabni. Pour le collectif, il est impératif de construire la coalition des forces du changement la plus large possible. Les transitions étudiées ont réussi parce qu'elles ont créé du compromis. Le compromis ne plaît à personne mais arrange tout le monde.
Il n'existe pas actuellement, selon Nabni, de force structurante majeure capable de canaliser les revendications populaires. Le paysage sociopolitique algérien se caractérise par une trop faible représentativité des partis de l'opposition face au pouvoir politique, un déficit d'organisation des corps intermédiaires et l'absence d'organisations de poids de la société civile. De nouvelles forces du changement devront se structurer, créer un consensus et se donner l'objectif commun de mettre en place un Etat de droit et mettre fin aux pratiques de l'ancien système. De nombreux collectifs citoyens et coordinations estudiantines se sont créés à la faveur du mouvement du 22 février. En l'absence d'une réaction forte des partis politiques de l'opposition, ces organisations, soudées par l'idée démocratique, pourraient être une alternative à ces acteurs traditionnels pour représenter le mouvement populaire et porter ses revendications.
Aussi, le collectif précise que toutes les transitions étudiées n'ont pas forcément abouti à la rédaction d'une nouvelle Constitution. Dans la majorité des cas de transition par le haut, au Chili, au Mexique et en Indonésie la Constitution a été amendée pour améliorer son caractère démocratique et garantir les libertés individuelles et collectives. Au Brésil, le débat sur une nouvelle Constitution s'est tenu 13 ans après le début de la transition et a duré deux ans.
A la crise politique s'ajoute très souvent un contexte de crise économique à gérer durant la transition. Les enjeux économiques sont prioritaires et vont de pair avec la mise en place d'un Etat de droit et une justice sociale. Le contexte économique et le niveau d'adhésion de la population orientera le rythme et la profondeur des réformes à engager. La majorité des transitions démocratiques réussies ont initié des réformes économiques conjuguant ouverture, discipline budgétaire et justice sociale. La Pologne a opéré sa transition économique en appliquant une véritable thérapie de choc pour sortir du modèle communiste. Les pays latino-américains (Chili, Brésil, Mexicain) ont privilégié une politique dite de croissance économique dans l'équité.
Sur la réforme de la justice dans sa structure, Nabni pense que son organisation et ses nominations est un défi majeur à mener dès les premiers mois d'un mandat de gouvernement de transition. L'indépendance du pouvoir judiciaire et le renforcement des prérogatives du pouvoir législatif doivent garantir le rééquilibrage des pouvoirs.
Comme septième enseignement, Nabni estime qu'il faut garantir un cadre institutionnel ouvert aux partis politiques et aux corps intermédiaires. Les partis politiques et les corps intermédiaires sont le lien entre le peuple et le gouvernement. Ils jouent un rôle essentiel dans les transitions démocratiques.
Et enfin, il faut placer les forces armées sous autorité civile graduellement, ou dès que possible, les pouvoirs de transition ont entamé des négociations avec les chefs militaires et les responsables des services de renseignement afin de placer les forces armées et appareils de sécurité sous contrôle civil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.