Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DES DIPLOMES COMME ORNEMENT
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 06 - 2019

Près d'un demi-million d'élèves nouveaux rejoindront l'enseignement secondaire à la rentrée prochaine. Plus d'un autre demi-million s'échinent en ce moment pour décrocher un baccalauréat prétendu sacré. Les besoins en infrastructures d'accueil nécessaires sont effarants et la folle croissance démographique dérange plus qu'elle n'arrange les mieux pensants des économistes. D'année en année, la massification des nombres dans l'éducation et l'enseignement offre en surface une glorification vide de sens dans un désert économique létal. Le gargarisme des chiffres offre une satisfaction surfaite, les succès scolaires et les diplômes n'étant plus de toute évidence qu'une fin en soi car la course engagée n'est qu'une fuite en avant.
Cette ruée impressionnante censée se diriger vers le savoir et la connaissance suppose un investissement financier colossal qui en retour doit garantir aux générations qui arrivent au pas de charge, du pain et une stabilité sociale. Accéder à la baguette de pain et se mouvoir dans une société heureuse en monnayant honorablement ses compétences exigent une orchestration harmonieuse et intelligente des faits et gestes d'une population de plus de 40 millions d'habitants. Or les appels et les invitations de la mer pour des suicides programmés et le nombre des diplômés chômeurs ne cessent de s'élargir, souvent dans le désarroi, parfois dans le drame, faute patente d'une concordance entre le dit et le vécu.
L'école et l'université comme axiome ne sont plus que des parades en trompe-l'œil, un ornement social aléatoire, et offrent rarement la clé pour un futur conséquent et serein. Ailleurs, des sociétés en constantes évolutions ont compris que l'éducation et l'enseignement n'étaient pas un gadget mais une arme efficace prise au sérieux et mise à la disposition des futurs soldats du développement et du progrès. Elles ont échappé à l'emprise stérile de la coquille vide.
Guidées par un souci d'efficacité, elles ont compris avec logique et simplicité qu'une classe d'école ou un amphithéâtre n'étaient pas un temple d'endoctrinement pour un aléatoire au-delà, mais un atelier où les générations futures apprennent comment se frayer un chemin dans ce bas monde impitoyable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.