En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    L'Alliance présidentielle décapitée    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    La présidence dit oui    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    La cérémonie en Egypte    Pas de représentant algérien à la CAF    Les syndicats ne cachent pas leur colère    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants réclament un «Etat civil»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 06 - 2019

  C'est toujours l'effervescence chez les étudiants, qui se sont mobilisés en force en ce 17ème mardi de marche consécutif à Alger et ailleurs, pour appeler au départ de quelques figures du régime qui se maintiennent au pouvoir, malgré la « sentence » prononcée par le peuple à leur égard.
Sur une pancarte brandie par une étudiante, il est inscrit : « On n'a pas confiance dans les symboles du régime en place ». Les étudiants réclament toujours le départ de Bensalah, Bedoui et ceux qui les soutiennent. Le message adressé par les étudiants au chef d'état-major de l'Armée nationale populaire est assez clair : «Gaïd Salah arrêtez vos manœuvres, appliquez l'article 7, le pouvoir au peuple». Un slogan répété à plusieurs reprises par les manifestants. Les étudiants à Alger ont rendu hommage à travers leurs slogans au peuple soudanais et à l'ex-président égyptien Mohamed Morsi, décédé ce lundi 17 juin, suite à un malaise pendant son audience dans un tribunal du Caire. Les étudiants ont rejeté l'idée d'avoir un pouvoir militaire. Ils scandaient : «Oui à un Etat civil, non à un Etat militaire», « L'Algérie libre et démocratique ». Sur une pancarte brandie par un étudiant, il est écrit : « Le résultat d'un pouvoir militaire, Hosni Moubarak a vécu libre alors que Mohamed Morsi est mort emprisonné », une façon de rappeler les conséquences d'un Etat militaire et d'une justice qui obéit aux commandes du pouvoir militaire. D'autres étudiants ont brandi des pancartes sur lesquelles ils ont exigé « la dissolution des partis de la coalition présidentielle qui ont soutenu aveuglément le cinquième mandat de l'ex-président Bouteflika ». D'autres ont plaidé pour l'installation d'une instance indépendante des élections. Sur d'autres pancartes, il est écrit : « On ne peut pas aller à des élections sans transition et sans une nouvelle Constitution, c'est un suicide ». D'autres encore ont précisé à travers leurs slogans : «Nous sommes pour des élections libres, mais pas avec les gangs». Le parcours des étudiants était déjà connu d'avance. Ils se sont rassemblés à la place des Martyrs en empruntant par la suite la rue Bab Azzoun puis Larbi Ben M'hidi, l'avenue Pasteur en passant par le boulevard Amirouche pour se rassembler à la fin de la marche à Audin. Un autre groupe s'est rassemblé en face de la Grande Poste d'Alger qui demeure toujours interdite pour les rassemblements, bloquée durant toute la semaine par les camions bleus de la police.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.