Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    À propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (1re partie)    «Il est possible de parvenir à un accord», selon Khartoum    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Les touristes se font attendre    Makhloufi et tous les autres !    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Inspection plus vigoureuse    Confusion dans la remise des corps de deux personnes décédées du Covid-19    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    L'Algérie à la croisée des chemins    Marche à Paris pour la transition démocratique    Décès du général-major Hassen Alaïmia    La situation de plus en plus inquiétante à Sétif    6 décès et 441 nouveaux cas en 24 heures    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    L'alimentation en eau renforcée    Aïn El Turck: Les traversées clandestines reprennent après une brève accalmie    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants réclament un «Etat civil»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 06 - 2019

  C'est toujours l'effervescence chez les étudiants, qui se sont mobilisés en force en ce 17ème mardi de marche consécutif à Alger et ailleurs, pour appeler au départ de quelques figures du régime qui se maintiennent au pouvoir, malgré la « sentence » prononcée par le peuple à leur égard.
Sur une pancarte brandie par une étudiante, il est inscrit : « On n'a pas confiance dans les symboles du régime en place ». Les étudiants réclament toujours le départ de Bensalah, Bedoui et ceux qui les soutiennent. Le message adressé par les étudiants au chef d'état-major de l'Armée nationale populaire est assez clair : «Gaïd Salah arrêtez vos manœuvres, appliquez l'article 7, le pouvoir au peuple». Un slogan répété à plusieurs reprises par les manifestants. Les étudiants à Alger ont rendu hommage à travers leurs slogans au peuple soudanais et à l'ex-président égyptien Mohamed Morsi, décédé ce lundi 17 juin, suite à un malaise pendant son audience dans un tribunal du Caire. Les étudiants ont rejeté l'idée d'avoir un pouvoir militaire. Ils scandaient : «Oui à un Etat civil, non à un Etat militaire», « L'Algérie libre et démocratique ». Sur une pancarte brandie par un étudiant, il est écrit : « Le résultat d'un pouvoir militaire, Hosni Moubarak a vécu libre alors que Mohamed Morsi est mort emprisonné », une façon de rappeler les conséquences d'un Etat militaire et d'une justice qui obéit aux commandes du pouvoir militaire. D'autres étudiants ont brandi des pancartes sur lesquelles ils ont exigé « la dissolution des partis de la coalition présidentielle qui ont soutenu aveuglément le cinquième mandat de l'ex-président Bouteflika ». D'autres ont plaidé pour l'installation d'une instance indépendante des élections. Sur d'autres pancartes, il est écrit : « On ne peut pas aller à des élections sans transition et sans une nouvelle Constitution, c'est un suicide ». D'autres encore ont précisé à travers leurs slogans : «Nous sommes pour des élections libres, mais pas avec les gangs». Le parcours des étudiants était déjà connu d'avance. Ils se sont rassemblés à la place des Martyrs en empruntant par la suite la rue Bab Azzoun puis Larbi Ben M'hidi, l'avenue Pasteur en passant par le boulevard Amirouche pour se rassembler à la fin de la marche à Audin. Un autre groupe s'est rassemblé en face de la Grande Poste d'Alger qui demeure toujours interdite pour les rassemblements, bloquée durant toute la semaine par les camions bleus de la police.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.