Real Madrid - Manchester City : Les compositions d'équipes avec Mahrez titulaire    Benzema a prolongé avec le Real Madrid    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Protection civile: des mesures anticipatives pour faire face au Coronavirus    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    EXPLOSION DANS UNE HABITATION : 19 blessés dont 7 enfants à Oum El Bouaghi    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    L'inébranlable détermination des étudiants    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La Libye en tête des préoccupations    Une médaille pour le hirak à Montréal    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    2 vendeurs de drogue et psychotropes arrêtés    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 05 - 2019

En dépit du durcissement du dispositif sécuritaire et malgré les arrestations opérées tôt le matin à Alger centre, la persévérance du mouvement populaire reste intacte.
Les manifestants ont encore une fois investi en force, en ce 14ème vendredi, les espaces publics, dans la capitale et d'autres villes du pays. Et ce, pour dire Non à l'élection présidentielle du 04 juillet et Oui pour une République civile gérée par un président qui sera élu par le peuple. Le message des manifestants est précis : «Ici c'est l'Algérie, et n'y aura pas de Sissi» ou «l'Algérie est une république civile et non militaire» comme on pouvait le lire sur des pancartes et banderoles brandies par des manifestants.
A 14 heure, après la prière du vendredi, les grandes artères et les grandes placettes d'Alger, notamment l'esplanade et le jardin public qui se trouve en face de la Grande poste et la place Maurice Audin centre sont pleines de monde. Les manifestants se sont donné le mot «tous vers la place des Martyrs», une façon de répondre au quadrillage impressionnant mis en place autour de la Grande poste d'Alger, en entendant dire qu'«Alger est grande, elle n'est pas limitée à la Grande Poste».
Suivant les consignes, une foule immense de manifestants a emprunté le chemin menant vers la rue Asla Hocine, en direction du Square port Saïd, une longue procession qui semblait interminable, tout droit vers la place des Martyrs. D'autres marchaient sur le boulevard Zighoud Youcef. Les manifestants scandaient haut et fort comme un seul homme en marchant et en calquant des mains «l'Armée et le peuple sont des frères, mais El Gaid nous a trahi, il est avec le gang».
Sur une grande banderole brandie par les manifestants, il était écrit «l'armée est la propriété du peuple et non pas l'inverse, et l'armée doit se soumettre à la volonté du peuple et non pas le contraire».
Certains protestataires ont tenu à rappeler que le peuple veut le départ de Bensalah, de Bedoui et son gouvernement, le départ de Mouad Bouchareb et l'application des articles 07 et 08. Avec une précision «le peuple ne veut pas de régime militaire tout en étant frère et fier de notre armée nationale».
Les services de sécurité semblaient hier plus que jamais déterminés à empêcher ce mouvement populaire, à travers le blocage des axes routiers menant à la capitale, les interpellations des militants des droits de l'homme.
A Constantine, les slogans et les écrits sur les banderoles ont été presque unifiés en ce 14 vendredi consécutif des manifestations. Les mêmes phrases rejetant l'élection présidentielle du 4 juillet et l'Etat militaire ont été scandées par les milliers de manifestants, hommes, femmes et enfants, qui ont bravé, ce vendredi 24 mai, à partir
de 14h30mn, la fatigue, la soif et la faim pour venir encore et toujours manifester leur rejet du système politique en général. «Makanch intikhabat maâ el issabat» (pas d'élection avec les gangs), criaient à gorges déployées des manifestants, pour mieux se faire entendre en exploitant ce qui leur restait encore de force. Tout en
reprenant un autre slogan largement partagé, hier, qui dit que «le peuple veut un Etat civil et non un Etat militaire». Immanquablement, les manifestants déterminés à se faire entendre, ont réitéré leur souhait ardent de voir Bensalah et Bedoui dégager de la scène politique nationale, et chanté des hymnes à l'amour de la patrie «watani watani ghali ethamani» (cher pays).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.