«Zoukh m'a demandé de choisir les bus Tahkout»    Le MSP pour un régime parlementaire    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    Sétif renoue avec le confinement    Remise de 860 clés aux bénéficiaires des logements AADL et LPA à Taher et El-Aouana    Programme spécial pour les zones d'ombre    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    9 décès et 475 nouveaux cas en 24 heures    Trois suspects arrêtés    Ali Laskri jette l'éponge    Le procès de l'ancien directeur de l'agence foncière reporté    Le procès de Belkacemi Zakaria reporté au 14 juillet    Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Sidi Bel-Abbès: Les blouses blanches descendent dans la rue    Usto, Es-Senia et Saint Eugène: 4 dealers arrêtés, de la cocaïne et des psychotropes saisis    Tiaret: Mesures renforcées pour stopper le Covid-19    Les 13 manifestants acquittés    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Equipe nationale: Pouvait mieux faire !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 06 - 2019

Finalement, Djamel Belmadi n'avait pas tort de préparer sérieusement le Kenya, que d'aucuns sont allés jusqu'à le considérer comme un faire valoir. Or, les premiers matches de cette édition 2019 ont montré clairement que les soi-disant petites équipes se comportent honorablement, jusqu'à faire douter les favoris, un statut souvent cité et diversement interprété au sein des médias et de la corporation des entraineurs. A la suite des observations, Belmadi avait mis l'accent sur la solidité de la défense kenyane, que l'entraineur français Sébastien Migné, considérait presque comme un manque de respect. Aussi, peu avant la rencontre, il a lancé un avertissement : « Si Belmadi n'a pas vu nos qualités offensives, il les verra ce soir ! ». Or, sur ce point là, il aura certainement une copie à revoir. Par ailleurs, il n'a pas fait mystère de préparer un plan anti-Bounedjah, qui était, selon lui, le principal danger pour son équipe. Ce sont là les paramètres ayant entouré ce match qui avait d'autres inconnues comme, à titre d'exemple, la mauvaise manie de l'équipe d'Algérie à mal débuter ses rendez-vous en Coupe d'Afrique des nations. Ne désirant pas s'attarder sur ce que les spécialistes considèrent comme un syndrome, Belmadi a mis en garde ses poulains, exigeant le maximum de concentration face à des Kenyans n'ayant rien à perdre dans ce débat d'ouverture. Adepte déclaré du classique 4-3-3, Belmadi a démarré en réalité en 4-1-4-1. On comprend cette précaution, car il voulait mettre aux oubliettes le syndrome des entames de compétition poussives, tenant avant tout, à faire aussi bien que le Sénégal face à la Tanzanie quelques heures auparavant (2-0). La comparaison des ces matches a fait ressortir que les Sénégalais ont déroulé face une équipe limitée, tandis que les Verts ont réussi à gérer une situation favorable contre un adversaire très agressif ayant bénéficié du laxisme de l'arbitre malien Mahamadou Keita. Comme prévu, les Algériens ont eu la possession du ballon et ont matérialisé, non sans peine, cette supériorité. Il a fallu une montée d'Atal pour faire sauter le verrou kenyan. Même Bounedjah aurait dû obtenir la même décision. Il faut relever un autre constat, à savoir que le coach français a bien appréhendé le jeu algérien en appliquant un marquage étroit sur Belaili pour tuer dans l'œuf la « connexion » avec Bounedjah. Avec 28 fautes dont certaines grossières qui ont irrité Belmadi, les Kenyans se sont avérés difficiles à manier. Or, il est clair que si les hommes de Sébastien Migné ont repris confiance en seconde mi-temps, c'est que les Verts ont relâché leur pression, consciemment ou non, comme l'a confirmé Belmadi : « J'ai senti que mes joueurs voulaient gérer le match ». Certes, les satisfactions ne manquent pas. A commencer par la défense qui a fait preuve de vigilance sur les tentatives kenyanes, même Guedioura s'est montré solide et concentré, tandis le duo Feghouli-Bennacer a fort bien assuré sa mission au milieu sur les plans défensif et offensif.
D'ailleurs, ce n'est pas par hasard si le sociétaire d'Empoli (Italie) a été distingué «homme du match», après une belle prestation assortie par la passe décisive à Mahrez. Il est certain que des lacunes ont été relevées par le sélectionneur, comme cette propension à balancer parfois des ballons au lieu de servir un coéquipier, ainsi que des pertes de balles évitables en apparence. Du côté kenyan, le technicien Migné a reconnu la supériorité de l'équipe algérienne, tout en cherchant à se dédouaner, prétendant n'avoir pas reconnu son équipe. Il s'agit, bien sûr, de la classique explication à l'intention des médias et des supporters.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.