Semi-marathon de Jijel: Abdelhadi Laâmeche (EN Militaire) et Malika Benderbal (Alger) sacrés    Coronavirus: aucun nouveau cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Algérie Presse Service: bientôt un nouveau statut    Orientations du ministre de l'Education nationale pour garantir le succès de l'examen du BEM    Attaf s'entretient avec le directeur du PNUD à New York    Industrie: M. Aoun étudie avec une délégation de l'AAAM le renforcement de la coopération    Equipe nationale de Handball: Bouchekriou nouveau sélectionneur    Attaf tient une séance de travail à New York avec le Secrétaire général de l'ONU    Tous les moyens mobilisés pour les hadjis algériens    Mme Dahleb préside à Alger le lancement des festivités célébrant la Journée mondiale de l'environnement    Installation d'un groupe de travail chargé de l'élaboration d'un projet de loi-cadre sur le faux et usage de faux    Journée internationale de l'enfance: un riche programme culturel à Alger    Le Musée national du Bardo reçoit en don un laboratoire-photo pour la numérisation de ses œuvres d'art    Une nomenclature sera élaborée pour réglementer les relations entre les journalistes et les cellules de communication des institutions    Journée mondiale de l'enfant: M. Goudjil félicite les enfants algériens    Attaf rencontre les membres de la mission permanente de l'Algérie auprès de l'ONU    L'anglais au primaire, thème d'un séminaire scientifique à Alger    Appel à la levée des réserves et de la confidentialité sur les archives liées aux champs de mines    Ligue 2: Centre-Ouest: Deux finales à Ben Aknoun et Médéa    FACE AUX INONDATIONS : CHÈQUES, BRICOLAGE , INCOMPETENCE ET NEGLIGENCES CRIMINELLES.    Ligue 2 : Centre-Ouest: Le choc ESBA-ESM a déjà commencé    Séquelles durables    Un troisième mandat pour Erdogan    Appel à renforcer les organismes de contrôle qualité    2ème Région militaire : Chanegriha supervise un exercice tactique de nuit    Changements climatiques : Des phénomènes extrêmes de plus en plus fréquents à l'avenir    Les accros aux antisèches    Saison estivale: Des instructions pour interdire les solariums illicites sur les plages    Selon le PDG d'ALVIAR : Les moutons de l'Aïd par facilité    Algérie-Italie : La coopération industrielle sur de bons rails    Ligue 1: Journée décisive pour les mal classés    Espagne: Convocation surprise de législatives après une déroute de la gauche    Décès de Pierre Audin, fils du militant Maurice Audin    Le cimetière des espérances    Décés de Pierre Audin    Lettre ouverte à Jean-Louis Levet    Conseil des ministres : Intempéries, justice et finances à l'ordre du jour    Affaire ENTMV : Les peines de première instance confirmées    «Saha we ester»    Les Moines de Tibhirine : le message qui sauve    L' "islamophobie d'atmosphère" : les ressorts d'une vieille obsession    Ali Ghediri, l'adversaire le plus dangereux pour le système    Historique 3e place pour le JSC Ouled Adouane    Visite du président de la République au Portugal pour approfondir la coopération économique entre l'Algérie et le Portugal    La Médiation de la République œuvre à réduire les délais de traitement des requêtes    Un nouveau texte pour définir les mécanismes de prévention et d'intervention    Coupe d'Algérie – Demi-finales : Tirage au sort ce lundi soir    La concrétisation des projets de développement vise à créer un équilibre régional    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eviter les icebergs
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 07 - 2019

La crise politique perdure et pour le moment aucun signe positif, encore moins encourageant n'est venu annoncer un prochain dénouement de la situation. Les marches et manifestations populaires, entrées la semaine dernière dans leur 22ème vendredi, pour un changement de gouvernance radical et dans les meilleurs délais semblent buter sur des obstacles imprévus, sinon liés justement à une très aléatoire gestion de la conjoncture politique actuelle. Une phase politique, un moment social et économique précaires qui interpellent autant les partis, la société civile que les autorités actuellement à la tête du pays pour dégager des voies de sortie et des passerelles de communication afin d'arriver à un consensus global de sortie de crise.
L'émiettement des revendications, associé à la multiplicité des groupements politiques se revendiquant de l'opposition, et la déprimante sensation que toute l'énergie du Hirak est en train d'être gaspillée dans d'inextricables impasses politiques ne peuvent donner des résultats probants et immédiats. D'autant qu'en face, du côté du pouvoir, peu de progrès dans la manœuvre, à savoir que la priorité reste toujours liée à l'organisation dans les plus brefs délais d'une élection présidentielle. Une démarche que ne veulent pas cautionner les partis de l'opposition, car elle ne ferait selon eux que légitimer la régénération du pouvoir actuel et, surtout, mettrait sous le boisseau la principale revendication du Hirak, celle d'un changement complet et radical de gouvernance et du personnel politique en haut des instances étatiques.
Un dialogue de sourds ? Pas aussi évident que cela, même si pour le moment l'Etat, à travers M. Bensalah, reste disposé à aller vers une présidentielle issue d'un large dialogue national, franc et sincère entre toutes les composantes sociales et politiques nationales. Et, surtout, la non-ingérence des autorités. C'est à un véritable bras de fer entre une partie de l'opposition et les autorités sur la manière de gérer cette période délicate de transition et, au-delà, d'organiser les futures élections présidentielles que les Algériens assistent, sans pour autant voir le bout du tunnel. Trop d'intérêts divergents empêchent pour le moment les différents acteurs politiques de discerner l'utile et le nécessaire dans la mise en place d'un vrai dialogue politique, du futile et de l'accessoire. L'appel à des personnalités politiques et historiques pour « driver » ce mouvement social, cautionner et diriger ce dialogue sonne en fait comme un cinglant échec de toutes les tentatives des uns et des autres pour se mettre d'accord sur un «smig» politique devant mettre fin à toutes les méfiances, les valses-hésitations.
Le pouvoir doit lâcher du lest et abandonner une gestion musclée des marches de protestation et donner des gages de sa bonne volonté aux courants politiques engagés dans le processus de dialogue national en cessant les arrestations d'acteurs associatifs et de militants. Les forces politiques nationales, qu'elles soient de l'opposition ou des formations proches du pouvoir, sont pour autant condamnées à s'entendre et à mettre en place une feuille de route qui puisse faire table rase de toutes les divergences, politiques et autres, afin d'asseoir les conditions d'un vrai dialogue politique qui puisse mettre fin définitivement à cette situation déprimante. Le pays en proie à une sérieuse crise économique, doublée d'une détérioration de ses fondamentaux sociaux, ne peut s'offrir le luxe de tergiverser et de retarder le processus de normalisation politique, c'est-à-dire le retour à la légitimité constitutionnelle. Et éviter l'iceberg financier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.