Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eviter les icebergs
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 07 - 2019

La crise politique perdure et pour le moment aucun signe positif, encore moins encourageant n'est venu annoncer un prochain dénouement de la situation. Les marches et manifestations populaires, entrées la semaine dernière dans leur 22ème vendredi, pour un changement de gouvernance radical et dans les meilleurs délais semblent buter sur des obstacles imprévus, sinon liés justement à une très aléatoire gestion de la conjoncture politique actuelle. Une phase politique, un moment social et économique précaires qui interpellent autant les partis, la société civile que les autorités actuellement à la tête du pays pour dégager des voies de sortie et des passerelles de communication afin d'arriver à un consensus global de sortie de crise.
L'émiettement des revendications, associé à la multiplicité des groupements politiques se revendiquant de l'opposition, et la déprimante sensation que toute l'énergie du Hirak est en train d'être gaspillée dans d'inextricables impasses politiques ne peuvent donner des résultats probants et immédiats. D'autant qu'en face, du côté du pouvoir, peu de progrès dans la manœuvre, à savoir que la priorité reste toujours liée à l'organisation dans les plus brefs délais d'une élection présidentielle. Une démarche que ne veulent pas cautionner les partis de l'opposition, car elle ne ferait selon eux que légitimer la régénération du pouvoir actuel et, surtout, mettrait sous le boisseau la principale revendication du Hirak, celle d'un changement complet et radical de gouvernance et du personnel politique en haut des instances étatiques.
Un dialogue de sourds ? Pas aussi évident que cela, même si pour le moment l'Etat, à travers M. Bensalah, reste disposé à aller vers une présidentielle issue d'un large dialogue national, franc et sincère entre toutes les composantes sociales et politiques nationales. Et, surtout, la non-ingérence des autorités. C'est à un véritable bras de fer entre une partie de l'opposition et les autorités sur la manière de gérer cette période délicate de transition et, au-delà, d'organiser les futures élections présidentielles que les Algériens assistent, sans pour autant voir le bout du tunnel. Trop d'intérêts divergents empêchent pour le moment les différents acteurs politiques de discerner l'utile et le nécessaire dans la mise en place d'un vrai dialogue politique, du futile et de l'accessoire. L'appel à des personnalités politiques et historiques pour « driver » ce mouvement social, cautionner et diriger ce dialogue sonne en fait comme un cinglant échec de toutes les tentatives des uns et des autres pour se mettre d'accord sur un «smig» politique devant mettre fin à toutes les méfiances, les valses-hésitations.
Le pouvoir doit lâcher du lest et abandonner une gestion musclée des marches de protestation et donner des gages de sa bonne volonté aux courants politiques engagés dans le processus de dialogue national en cessant les arrestations d'acteurs associatifs et de militants. Les forces politiques nationales, qu'elles soient de l'opposition ou des formations proches du pouvoir, sont pour autant condamnées à s'entendre et à mettre en place une feuille de route qui puisse faire table rase de toutes les divergences, politiques et autres, afin d'asseoir les conditions d'un vrai dialogue politique qui puisse mettre fin définitivement à cette situation déprimante. Le pays en proie à une sérieuse crise économique, doublée d'une détérioration de ses fondamentaux sociaux, ne peut s'offrir le luxe de tergiverser et de retarder le processus de normalisation politique, c'est-à-dire le retour à la légitimité constitutionnelle. Et éviter l'iceberg financier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.