Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 07 - 2019

  L'état des nouvelles villes fait toujours débat et les différents gouvernements qui se sont succédé n'arrivent apparemment pas à trouver la bonne formule pour clore définitivement ce dossier. Dimanche dernier, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a présidé une réunion du Conseil interministériel (Intérieur, Finances, Energie, Habitat, Ressources en eau, Travaux publics et des Transports, Environnement) consacrée justement à l'examen de l'état des nouvelles villes en l'occurrence Sidi Abdallah (Alger), Bouinane (Blida), Boughezoul (Médea-Djelfa), El Menia (Ghardaïa), Hassi Messaoud (Ouargla) ainsi que les pôles urbains Ali Mendjeli et Aïn Nehas (Constantine), Draa Errich (Annaba) et Ahmed Zabana (Oran), et des perspectives de leur promotion.
Cette réunion a été consacrée à l'examen des « problématiques qui entravent le parachèvement des nouvelles villes et pôles urbains, dans notre pays», indique le communiqué des services du Premier ministre. Sujet extrêmement sensible, les villes nouvelles sont un autre enjeu urbanistique de la politique du pays. En juin 2018, l'ex ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelawahid Temmar, avait annoncé que le dossier devait être soumis à un conseil interministériel en vue de la préparation de l'étape post-achèvement des travaux et l'arrêt du programme de gestion et d'organisation administratif. Parmi les aspects à débattre «les enveloppes budgétaires pour les travaux d'aménagement et la levée des entraves persistantes », avait alors indiqué le ministre lors d'une plénière de l'APN. Pourtant, et malgré les statistiques lénifiantes du ministre, les interrogations ne cessent d'accompagner ces projets qui ont déjà montré toutes leurs limites. Conçues pour remplacer ou du moins désengorger les anciennes agglomérations, ces villes nouvelles sont carrément qualifiées par des spécialistes en sociologie de « groupement de logements perdu dans la nature » ou d'« une duplication à l'infini ». Les exemples d'un échec d'une politique d'urbanisation sont nombreux, partagés entre Sidi Abdallah et Ali Mendjeli à Constantine, symboles de projets non encore achevés où l'inexistence d'espace public proprement dit offre l'image de normalité d'une ville. « Les projets de villes nouvelles sont mal partis, dès le départ, en Algérie», se désolent des architectes dont certains, comme Mohamed Larbi Marhoume, évoquent l'inexistence d'un dessin de la ville.
« Nous n'avons pas réfléchi à l'espace public. Quand bien même on pourrait avoir une résidence, une mobilité et un emploi en ville, mais cette dernière a un devenir incertain si l'espace public est inexistant », affirmera-t-il à un quotidien national. On parle par exemple de la ville de Sidi Abdallah, créée juridiquement dans les années 1980 par une agence locale, sous tutelle de la wilaya d'Alger, et qui n'est toujours pas achevée à cause de raisons procédurales et techniques, commente-t-on. L'autre cas problématique est celui de la ville nouvelle de Ali Mendjeli érigée pour désengorger Constantine et caser les populations des bidonvilles constantinois ainsi que celles bénéficiant des différents modes de logements. D'une conception urbanistique sans âme et inintelligente, Ali Mendjeli est occupée déjà par plus de 300.000 habitants et souffre du manque d'infrastructures. Ce concept des villes nouvelles, même s'il n'est pas récent, est à mille lieues de ce projet de rendre « intelligentes » des villes algériennes. Un thème développé par des experts lors d'une rencontre tenue à Alger, en janvier 2017, et intitulée : « Vision future des villes algériennes ». Pourtant, la priorité n'est pas tant de rendre nos villes « intelligentes » mais simplement vivables, agréables, propres et sécurisées. D'arrêter de clochardiser l'environnement urbain en distribuant des permis de construire à des immondices en béton et à ériger des cités-dortoirs pour y caser les mal-logés. Lors de la rencontre de dimanche dernier, Bedoui a appelé à l'« impératif de parachever les projets accompagnant les programmes de logements en cours de réalisation tels que les établissements scolaires, les réseaux de raccordement en eau, en gaz, et en électricité, ainsi que les réseaux d'assainissement et les routes, à l'occasion de la prochaine rentrée scolaire, notamment dans les villes de Sidi Abdallah où la réception de 13.000 logements est attendue cette année, et de Bouinane qui sera renforcée de 9.000 logements ». A cet effet, le Premier ministre a décidé de plusieurs actions dont la création d'un comité ad-hoc au niveau de ses services chargé du suivi des projets de réalisation des nouvelles villes et pôles urbains.
Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur et les ministres concernés ont été chargés d'œuvrer à accélérer la concrétisation de la décentralisation de la gestion des nouvelles villes et pôles urbains, notamment à travers l'installation des nouvelles wilayas déléguées et leurs directions exécutives à Sidi Abdallah, Bouinane, Drâa Errich et Ali Mendjli, dans les plus brefs délais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.