Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Brouhaha politique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 08 - 2019

La décantation politique tarde à se concrétiser et la résolution de la crise ne semble pas, pour le moment, orientée vers cette direction. Bien au contraire, de sérieux périls pointent à l'horizon avec ces appels à la désobéissance civile, une manœuvre extrêmement dangereuse et dommageable pour la sécurité et la stabilité du pays. L'appel en a été fait vendredi dernier lors des marches populaires et beaucoup estiment que cette stratégie ne milite pas vraiment pour une issue consensuelle de la crise, mais au contraire est de nature à compliquer la situation en ce que la désobéissance civile est d'abord une attaque frontale contre le fonctionnement des institutions du pays.
Beaucoup au sein des partis politiques et de personnalités nationales ont mis en garde contre cette stratégie de sortie de crise qui, si elle met davantage de pression sur le pouvoir, n'en a pas pour autant beaucoup de points négatifs, dont une possible interdiction des marches populaires de protestation, avec ses conséquences catastrophiques sur l'ordre et la sécurité publiques. Le recours à cette extrémité est, cependant, envisagé par la rue algérienne après le constat d'échec de toutes les tentatives d'amorce d'un dialogue serein et franc au sein de la classe politique et avec le pouvoir pour la satisfaction des principales revendications du Hirak, soit le départ du gouvernement et du chef de l'Etat, ainsi que la mise en place d'un gouvernement de transition.
Mais, entre les revendications de la rue, que soutiennent les partis d'opposition à l'instar de celui d'Abdallah Djaballah, et la réalité des choses au plus haut sommet de l'Etat, il y a un grand fossé, presque impossible à franchir. A commencer par celui apparu entre la présidence et l'état-major de l'ANP sur les missions et les préalables du panel de dialogue dirigé par Karim Younès. Les divergences de vue entre la présidence et l'état-major de l'armée sur la conduite du processus de sortie de crise sont en fait apparues lorsque le panel, confiant par le soutien du chef de l'Etat à leurs revendications, avait demandé des mesures d'apaisement pour entamer sa mission. Si la présidence avait apporté sa caution, cela n'a pas été le cas pour l'armée, puisque le chef d'état-major avait réservé une fin de non-recevoir catégorique aux mesures d'apaisement demandées par le panel, ce qui, concrètement, était un affreux désaveu à la politique de sortie de crise prônée par Bensalah.
Les déclarations de Smaïl Lalmas, un des membres du panel, qui avait démissionné quelques heures après la sortie mardi dernier du chef d'état-major Ahmed Gaïd Salah, sont édifiantes. Car il a constaté, comme tous les Algériens, qu'il y a un vide inquiétant dans la communication ou la concordance des positions entre la présidence et l'état-major de l'ANP. «A mon avis, le dialogue s'impose d'abord entre les tenants du pouvoir. Entre la présidence et l'institution militaire, il y a un désaccord, il y a même un fossé. Le panel dirigé par Karim Younès a mis à nu les divergences existant en haut lieu». Ces déclarations de Smaïl Lalmas faites hier dimanche montrent à quel point les distances restent infranchissables entre d'une part les différents paliers du pouvoir et, d'autre part, entre ces paliers et les acteurs politiques et de la société civile. A quelques semaines de la rentrée sociale, l'immobilisme sur le front politique inquiète.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.