Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Sit-in annoncé jeudi prochain devant la wilaya: Les souscripteurs du programme AADL 2 renouent avec la contestation    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Fraudeurs sur ordonnance    Algérie-France : c'est du concret!    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Les enseignements d'une révolte    Déluge de questions à l'APN    Benzerti relance les Vert et Rouge    Bougherra en réunion à la LFP    Boufenara, nouvel entraîneur    Souvenirs, souvenirs...    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Une vingtaine de greffes rénales au programme    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Un cas psychiatrique!    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le pari à quitte ou double de Karim Younès
Il se fie aux engagements de Bensalah et ignore le veto de Gaïd salah
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2019

En plaidant désormais pour un dialogue "entre la Présidence et l'institution militaire", entre lesquelles il décèle "un fossé", Smaïl Lalmas touche du doigt ce qui constitue, sans doute, le nœud de la crise politique. Pendant ce temps, Karim Younès, lui, se place résolument d'un côté du "fossé".
Dans un entretien publié hier par El Watan, Smaïl Lalmas a déclaré avoir claqué la porte du panel de Karim Younès, après avoir constaté des "divergences en haut lieu" sur la question du dialogue et des conditions à réunir pour sa réussite. "Nous avons été très bien reçus à la Présidence, nos interlocuteurs donnaient l'impression d'être conscients de la gravité de la situation et le chef de l'Etat par intérim s'était engagé à répondre favorablement à nos conditions. On sentait qu'il allait mettre le paquet pour la réussite de ce panel, mais après l'intervention du chef d'état-major, j'ai compris que le panel était mort-né et qu'il y avait de sérieux problèmes au sommet de l'Etat", a regretté le désormais ex-membre du panel. Et d'assener que "le dialogue s'impose d'abord entre les tenants du pouvoir. Entre la Présidence et l'institution militaire". Voilà qui est dit.
À vrai dire, ces déclarations de Smaïl Lalmas n'ont pas vraiment valeur de révélation. Tous les observateurs avaient, comme lui, relevé les flagrantes contradictions dans les approches respectives du président intérimaire et du chef d'état-major de l'armée quant aux suites qu'il conviendrait de donner aux préalables posés par le "panel du dialogue" qui, du reste, font consensus au sein de la classe politique et de la société civile. Mais en plaidant désormais pour un autre préalable, à savoir un dialogue "entre la Présidence et l'institution militaire" entre lesquelles "il y a un désaccord" et "même un fossé", M. Lalmas touche du doigt ce qui constitue, sans doute, le nœud de la crise politique. Celui-ci se trouverait donc au niveau du pouvoir qui n'aurait pas une analyse homogène de la situation du pays et, par conséquent, serait incapable d'y apporter une réponse satisfaisante. Une chose est sûre : on ne peut pas reprocher à Smaïl Lalmas de manquer d'arguments. Entre un chef de l'Etat (intérimaire) qui s'engage à œuvrer et à faire tout ce qui est possible pour répondre favorablement aux exigences du panel, dont "la libération des détenus d'opinion", et un chef d'état-major de l'armée qui oppose un niet catégorique et sans appel, et qui va jusqu'à récuser l'existence de "détenus d'opinion", le mot "divergence" ne serait peut-être pas assez fort pour rendre compte de la réalité des rapports entre les deux institutions que sont la Présidence et l'Armée.
Bensalah a-t-il agi seul ?
Que s'est-il donc passé pour que pareille contradiction arrive à être étalée, de manière aussi flagrante, sur la place publique ?
On sortirait de Saint-Cyr qu'on ne saurait le dire. Cela étant, il paraît évident que Gaïd Salah n'était pas informé à l'avance des engagements que Bensalah allait prendre, jeudi 25 juillet, devant les membres du panel. Il est vrai que le chef de l'Etat, même intérimaire, n'est pas tenu, légalement, de consulter le chef de l'institution militaire pour obtenir son accord pour une telle initiative, mais l'on sait que l'exercice du pouvoir, chez nous, est codifié par des lois non écrites. Bensalah avait-il donc agi en ayant la naïve certitude que Gaïd Salah allait consentir et même applaudir à une action qui, somme toute, était de nature à ouvrir la voie à l'amorce d'un dialogue qu'il appelait lui-même de ses vœux ? Peu probable, l'homme n'étant pas connu pour oser des initiatives en toute autonomie lorsqu'il occupait des fonctions moins sensibles. Il ne se serait donc pas risqué, tout seul et sans aucun soutien ni aucune caution préalables, dans une conjoncture politique aussi incertaine.
Bensalah a-t-il donc été "encouragé" par quelque partie à s'engager avec le panel et à lui promettre publiquement la mise en œuvre de ces fameuses mesures d'apaisement ? Cette même partie aurait-elle dissuadé Karim Younès de rendre son tablier, lui qui menaçait de se retirer du processus et qui brandissait même la menace d'une autodissolution du panel ? "Je persiste sur le fait que nous ne pouvons pas envisager un dialogue sans mesures d'apaisement", a-t-il assuré samedi dans les colonnes de Liberté. En demeurant coordinateur de cette structure, et surtout en affirmant son attachement à la satisfaction des préalables et autres mesures d'apaisement, il laisse clairement entendre qu'il ose le pari de se fier plus aux engagements de Bensalah qu'au veto de Gaïd Salah. Un pari à quitte ou double qu'il n'aurait sans doute pas pris s'il n'avait pas la certitude de pouvoir compter sur un soutien de poids au sein du pouvoir.

Saïd Chekri


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.